Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blue Giant. Volume 10. Le manga Jazz de Shinichi Ishizuka

Publié le par Guillaume Lagrée

 Blue Giant

Volume 10

Tenor Saxophone: Miyamoto Dai

Shinichi Ishizuka

Glénat. 2020

Lectrices de manga, lecteurs de Jazz, je vous ai déjà chanté les louanges de Blue Giant, Tenor saxophone Myamoto Dai, le manga Jazz de Shinichi Ishizuka pour ses volumes  1, 2, 3 , 4, 5, 6, 7, 8 & 9

En résumé, l'histoire de Dai Myamoto, jeune garçon de Sendaï, fou amoureux de son saxophone ténor, qui décide de devenir le plus grand Jazzman au monde.

L'histoire est racontée selon les principes du manga Elle se lit donc de gauche à droite, en commençant par la fin pour un lecteur français habitué à l'alphabet latin mais de haut en bas pour garder un repère habituel. Avec un rythme digne d'un film d'action. Un concert de Jazz devient, dans les dessins de Shinichi Ishizuka, aussi violent, palpitant et rapide qu'un combat d'art martial. Le Jazz est un sport de combat, bien des musiciens vous le diront, lectrices manga, lecteurs jazz.

Dai Myamoto est monté à Tokyo, a créé le trio Jass avec deux garçons de son âge (19 ans), un pianiste professionnel et un batteur amateur. Le pianiste accompagne des Américains de passage au So Blue, le grand club de Tokyo, manifestement inspiré du Blue Note Tokyo. Il est persuadé que son premier concert est aussi le dernier. Alors il donne tout et plus encore. Il convainc le patron du club de faire jouer son trio d'inconnus dans cette salle prestigieuse. La presse est prévenue, le public répond présent mais le mauvais pressentiment du pianiste se réalise. Il ne peut pas jouer le concert de Jass. Vous saurez pourquoi en lisant ce volume 10.

 Les deux rescapés, saxophoniste et batteur, mettent le feu à la salle en duo comme Sonny Rollins avec Philly Joe Jones ( " The surrey with the fringe on top ") et John Coltrane & Rashied Ali ( " Interstellar space "). Une fois ce succès acquis, notre héros, Myamoto Dai passe à l'étape suivante. Après avoir conquis Tokyo et le Japon, conquérir le monde.

Comme il a l'esprit rebelle, il décide de ne pas aller aux Etats Unis d'Amérique, terre natale du Jazz, mais en France. Excellent choix. J'attends la réouverture des clubs de Jazz en France pour aller écouter sur scène Myamoto Dai. Malheureusement, cela ne va pas être possible car il s'agit d'un héros imaginaire. En tout cas, je crois à son potentiel après avoir lu les 10 volumes de ce manga. D'ailleurs, ses aventures ne sont pas finies. En effet, le bonus du volume 10 nous annonce un " Blue Giant Supreme " dont j'attends la version française pour la consommer sans modération. Je compte aussi sur les Françaises pour déniaiser ce jeune homme car, au bout de 10 épisodes, il a beaucoup joué du saxophone mais pas encore à la bête à deux dos.

Toujours soucieux de stimuler votre soif de sons, votre faim de rythmes, lectrices manga, lecteurs Jazz, Shinichi Ishizuka donne à chacun des chapitres de son manga, le titre d'un standard de Jazz.

Chapitre 78: " Blue train " de John Coltrane. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Chapitre 74: " Passion Dance " de Mac Coy Tyner (piano) avec Joe Henderson (sax ténor), Ron Carter (contrebasse) & Elvin Jones (batterie). Cf vidéo sous cet article.

 

Partager cet article

Repost0

Détours de France. Mon programme sur Couleurs Jazz Radio à partir de décembre 2020

Publié le par Guillaume Lagrée

Martial Solal par Juan Carlos HERNANDEZ

Martial Solal par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices voyageuses, lecteurs explorateurs, mon émission Le Jars jase Jazz sur Couleurs Jazz Radio vous a déjà emmené dans les Caraïbes, en Afrique, au Brésil, en Argentine et en Italie.

Le prochain cycle de voyage musical s'intitule " Détours de France. La France à la lumière du Jazz ", commencera en décembre 2020 et durera le temps nécessaire. Comme en France, tout finit par des chansons, selon un proverbe français, il se terminera par La Marseillaise, hymne national de la France, aux termes de l'article 2 de la Constitution de la Ve République mais jouée par des Jazzmen français ou américains.

L'émission est diffusée  chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris). Pas de podcast. Une fois sur le site de Couleurs Jazz Radio, cliquez sur " Ecouter le live radio " au centre de l'écran et l'émission commence, lectrices voyageuses, lecteurs rêveurs.

A défaut d'ordinateur, vous pouvez écouter l'émission sur votre téléphone portable.

 

AppsCouleurs Jazz Radio GooglePlay : https://bit.ly/CJRGooglePlay
Apps Couleurs Jazz Radio iOS  Appstore : https://bit.ly/CJRAppstore

 

Mon émission est comme un train, lectrices voyageuses, lecteurs explorateurs. Plusieurs passages dans le mois mais elle part toujours à l'heure. Si vous n'êtes pas au bon endroit au bon moment, tant pis pour vous, elle est partie.

Le générique de mon émission est d'ailleurs une oeuvre française puisqu'il s'agit d'une interprétation Jazz de " Laideronette, impératrice des pagodes " ( Maurice Ravel , 1875- 1937) par deux musiciens français vivants,  Jean de Aguiar (guitare acoustique) & Marc Buronfosse (contrebasse). 

L'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles sera traitée de A comme Ayler Albert à Z comme Zorn John en passant, entre autres, par Miles Davis (cf extrait audio au dessus de cet article pour sa recomposition de la berceuse française " Do, do, l'enfant do " sous le titre Jean-Pierre avec le Français Mino Cinelu aux percussions), Martial Solal (cf. photographie au dessus de cet article) et Serge Gainsbourg (cf vidéo sous cet article où le beau Serge joue au piano un standard du Jazz, " All the things You are " accompagné de Michel Gaudry à la contrebasse et d'Elek Bacsik à la guitare électrique). 

Dans la continuité du cycle Caraïbes de l'été 2019, les Antilles françaises et le Jazz feront l'objet d'une émission spécifique au sein de cette épopée " Détours de France. La France à la lumière du Jazz. "

Le musicien français le plus influent de l'histoire du Jazz, un Manouche né en Belgique, Jean dit Django Reinhardt (1910 - 1953) fera lui aussi l'objet d'une émission spéciale dans ce cycle. " Quand je veux me sentir humilié, j'écoute Django Reinhardt pendant une demi-heure " (Jeff Beck, guitariste anglais, 1944) 

Bon voyage en France en dirigeable chauffé à la flamme du Jazz.

La photographie de Martial Solal est l'oeuvre du Francophone Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Partager cet article

Repost0

Les musiques de Jean-Luc Godard dans Arabesques sur France Musique

Publié le par Guillaume Lagrée

Bienvenue au 58e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

 

Lectrices cinéphiles, lecteurs mélomanes, soyez en accord (majeur ou mineur) avec l'émission Arabesques de François-Xavier Szymczak sur France Musique, du lundi 30 novembre au vendredi 4 décembre de 13h30 à 15h (heure de Paris).

Au programme pour cette 49e semaine de l'an 2020, les musiques du cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard qui aura 90 ans le 3 décembre 2020. 

Parmi les musiciens qui ont créé pour Jean-Luc Godard, Martial Solal pour " A bout de souffle " (cf extrait audio au dessus de cet article) et Michel Legrand (cf vidéo sous cet article).

J'ai fait des films, comme deux ou trois musiciens de jazz : on se donne un thème, on joue et puis ça s'organise.

Jean-Luc Godard.

Partager cet article

Repost0

Le Mississipi, dernier Etat à abandonner le drapeau confédéré

Publié le par Guillaume Lagrée

Honorables lectrices, respectables lecteurs, je vous avais annoncé que le Mississipi était le dernier Etat des Etats-Unis d'Amérique à abandonner le drapeau confédéré.

Tout comme il fut le dernier Etat à reconnaître l'abolition de l'esclavage.

Le choix du nouveau drapeau a été validé par referendum le mardi 3 novembre 2020.

Plus de 71% des électeurs participants de l'Etat du Mississipi ont tourné la page, 155 ans après la fin de la Guerre de Sécession. 

Dans la vidéo ci-dessous, Mississipi John Hurt(1892-1966) joue et chante " You got to walk that lonesome valley ". Un Maître du Blues du Delta (du Mississipi, bien sûr).

 Une légende de musicien prétend que le guitariste classique espagnol Andrès Segovia (1893-1987) déclara, après avoir écouté pour la première fois Mississipi John Hurt jouer en solo, " C'est un excellent guitariste mais qui est son accompagnateur? ".

Comme disent les Italiens, " Se non è vero è ben trovato ". 

Partager cet article

Repost0

RECLAME: Ouverture des candidatures pour les résidences Occijazz 2021 en Occitanie

Publié le par Guillaume Lagrée

RECLAME

Ouverture des candidatures pour les résidences Occijazz 2021

 

Lectrices créatrices, lecteurs improvisateurs, supposons que vous viviez en France, en région Occitanie , entre Mer Méditerranée, Cévennes et Pyrénées, et que vous soyez musicienne ou chanteur de Jazz.

Si vous remplissez ces deux conditions essentielles, l'annonce qui suit est pour vous. 

 

Depuis 2011, Occijazz met en place des résidences de création à l'attention des musiciens et musiciennes de la région Occitanie. C’est près d’une trentaine de créations qui ont déjà vu le jour accompagnées par des partenaires historiques de diffusion : Jazzèbre à Perpignan (66), Jazz à Junas (30), Le Théâtre Molière Sète - Scène Nationale Archipel de Thau (34) rejoints par L'Astrada à Marciac (32), Millau Jazz (12), Le Taquin (31) et un réseau qui s'étoffe au fil des années.
 
Chaque année, les partenaires des résidences accueillent entre 3 et 6 groupes pour des temps de création qui varient entre 5 et 10 jours. Les créations sont ensuite accueillies dans la programmation de leurs saisons.
 
L'appel à candidature pour 2021 est lancé pour les musiciens et musiciennes !
Date limite de candidature : Dimanche 13 décembre 2020 à minuit.

Pour accéder au dossier de candidature, cliquez ICI.

En illustration de cet article, voici deux exemples de Jazzmen français actuels inspirés par les beautés de la région Occitanie

" Summer in Barrancoueu " est extrait de l'album " Dichotomie's " de Daniel Zimmermann (trombone). Barrancoueu est une commune de la communauté de communes Aure Louron, département des Hautes Pyrénées, région Occitanie, France. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Dans la vidéo ci-dessous, Jean-Charles Richard (saxophone soprano) improvise dans le cadre majestueux de la forteresse de Salses, département des Pyrénées Orientales, région Occitanie, France, au festival Jazzèbre, édition 2011. 

Partager cet article

Repost0

" Nuages " Mauro Gargano

Publié le par Guillaume Lagrée

Nuages par Juan Carlos HERNANDEZ

Nuages par Juan Carlos HERNANDEZ

" Nuages "

Mauro Gargano

Diggin Music Prod

Sorti vendredi 13 novembre 2020

Concert de sortie à Paris, en France, au Sunside, vendredi 22 janvier 2021. 

 

Mauro Gargano: contrebasse, compositions sauf 1 & 11

Matteo Pastorino: clarinettes

Giovanni Ceccarelli : piano

Patrick Goraguer: batterie

Lectrices rêveuses, lecteurs voyageurs, l'album " Nuages " du contrebassiste et compositeur italien Mauro Gargano est fait pour vous retrouver même si le confinement et la distanciation de Covid 19 vous séparent encore. De plus, il vous portera chance puisqu'il sortira un vendredi 13.

La ligne directrice de cet album est fuyante puisque le thème en est les Nuages justement, ceux qui vont et viennent, se font et se défont au gré des vents. Impossible de créer sur ce thème sans jouer Django Reinhardt, fils du vent, dont le plus célèbre thème se nomme " Nuages ". C'est le passage obligé et il clôt l'album (11), sans guitare, en laissant la porte ouverte à nos imaginations. Joué en duo contrebasse & clarinette,le thème en sort rafraîchi.

Une autre reprise, bien moins connue des amateurs de Jazz, encore moins s'ils ne sont pas Italiens, c'est la chanson de Domenico Modugno pour Toto (le Maestro italien de Louis de Funès, lui même d'origine espagnole. Entre aristocrates du rire, ils se comprenaient) dans la séance  de Pier Paolo Pasolini " Che cosa sono le nuvole? " (1) du film collectif " Capriccio all'italiana " (1968. Le dernier film de Toto). La clarinette colle parfaitement à la voix humaine absente.

L'album suit une logique propre qui entraîne l'auditeur sans qu'il s'en aperçoive. Ainsi le 2e morceau, une composition, se nomme " Nuvole ". Cf extrait audio au dessus de cet article.

Logique après " Che cosa sono le nuvole ?" (1) et toujours dans la même ambiance rêveuse. 

S'ensuit une danse du soir, " Danza della sera " (3) faite encore pour vous retrouver, lectrices rêveuses, lecteurs voyageurs. 

Pier Paolo Pasolini, lui, revient avec une composition agitée comme les mauvais garçons de la banlieue romaine qu'il aimait tant et qui, officiellement, le tuèrent. " Pasolini (Nubi di periferia) " (8). 

Autres allusions artistiques avec la Vénus au miroir, " Venere allo specchio " (4) à écouter en regardant les différentes versions de ce thème classique de la peinture européenne par Le Titien, Véronèse ou Velazquez. 

Ou encore " L'isola di Arturo " (7), d'après le roman d'Elsa Morante, roman où un garçon qui a grandi sur l'île de Procida, au large de Naples, quitte le monde de l'enfance en se détachant de son père, de son île et en vivant chagrins et plaisirs d'amour avec des femmes. Tout un roman dans 7'44 de musique. 

Une autre référence me revient qui ne figure pas dans cet album. " Aldilà delle nuvole " (1995) le film conjoint de Michelangelo Antionioni & Wim Wenders. Musique de U2, pas très Jazz donc.

Le jeu de batterie de Patrick Goraguer (le fils d'Alain Goraguer, pianiste et arrangeur de Boris Vian et Serge Gainsbourg?) n'ancre pas la musique. Il la propulse avec le piano de Giovanni Ceccarelli (un neveu italien d'André Ceccarelli, batteur français?) et la contrebasse de Mauro Gargano. Le choix de la clarinette ajoute à cette légèreté. Le jeu de Matteo Pastorini vient plutôt de Mozart que du Klezmer. Il donne encore plus de fraîcheur à l'ensemble. 3 Italiens et un Français jouent ensemble du Jazz d'inspiration italienne et française. C'est cela l'Union européenne, par delà les Alpes et les nuages.

En résumé, l'album " Nuages " de Mauro Gargano vous offre un beau voyage, lectrices rêveuses, lecteurs voyageurs. Profitez en pleinement pour nourrir votre imaginaire en ces temps de confinement en espérant pouvoir bientôt en profiter plus encore sur scène. 

 

La photographie des Nuages est l'oeuvre du Voyageur Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article

Repost0

" In Town " Switch Trio

Publié le par Guillaume Lagrée

Switch Trio

" In Town "

Jazz Family

Album sorti le vendredi 6 novembre 2020

 

Le Switch Trio est composé de

Maxime Fougères: guitare électrique

Fred Nardin: piano

Samuel Hubert: contrebasse

 

Lectrices admirées, lecteurs admirables, je vous ai déjà chanté sur ce blog les louanges de Fred Nardin (piano) et de Maxime Fougères (guitare électrique), chacun pour son oeuvre respective. J'ignorais l'existence de Samuel Hubert (contrebasse) et que les 3 musiciens réunis formaient le Switch Trio. Cette ignorance est désormais terminée pour ma part. 

Vu le nom du trio, impossible de ne pas penser à " Switch Blade " composition de Duke Ellington (1899-1974) pour son triumvirat avec Charles Mingus (contrebasse) & Max Roach (batterie) sur " Money Jungle " (1962), album phare de l'histoire du Jazz. 

Vu la composition du trio (piano, contrebasse, guitare électrique), impossible d'oublier les trios de Nat King Cole (1919-1965) et Oscar Peterson. Dans le Switch trio, il n'y a ni la voix d'ange de Nat King Cole ni la masse d'Oscar Peterson (1925-2007) (" La première fois que j'ai entendu Oscar Peterson à la radio, je me suis dit: " Tiens, voilà un petit Blanc qui a travaillé dur son piano et qui croit qu'il sonne comme un Noir ". Kenny Clarke 1914-1985). 

Que joue le Switch Trio?

Des standards anciens comme " Take the A Train " (9)  de Billy Strayhorn, devenu l'indicatif du Grand Orchestre de Duke Ellington. Même les Rolling Stones ont utilisé " Take the A train " pour fêter leur entrée sur scène dans la tournée américaine de 1981, celle où Prince se faisait siffler et injurier en première partie par le public des Stones. Ou un peu moins ancien comme " Blue Tempo " (1) de René Thomas que je connais sous un autre titre qui m'échappe sur l'album " Dynasty " (1971) de Stan Getz avec René Thomas justement.  Cf vidéo sous cet article. Ou même franchement récent comme " Second thought " (8) de Mulgrew Miller.

Ils jouent toujours avec un Swing tranquille et efficace même sur une ballade comme " Song for my mother " (5) de Steve Grossman.

Même quand ils jouent leurs compositions, les musiciens du Switch Trio les font sonner comme des standards. Simples, efficaces et pas sots. Exemple avec le " Don't forget the Blues " (3) de Fred Nardin que j'ai déjà célébré sur ce blog dans le format du trio piano, contrebasse, batterie.

Pas de batterie dans ce trio. Volonté de ne pas peser, choix de la légèreté qui n'empêche pas le Switch Trio de jouer funky quand il en a envie. Cf " Moore's alphabet " (7) de John Ellis. Extrait audio au dessus de cet article. 

Le Switch Trio ne cherche pas à épater le client ni à renverser la table du consommateur. Il vise à passer du bon temps ensemble et à vous en faire profiter, lectrices admirées, lecteurs admirables. A mon avis, il y parvient. Je vous laisse juges. Santé!

 

Partager cet article

Repost0