Greg Houben Quartet invite Pierrick Pédron en tournée au Duc des Lombards

Publié le par Guillaume Lagrée

Greg Houben Quartet.

Paris. Le Duc des Lombards.

Vendredi 29 octobre 2010. 22h.

 

Greg Houben: trompette, bugle

Pierrick Pédron: saxophone alto

Pascal Mohy: contrebasse

Salvatore La Rocca: contrebasse

Rick Hollander: batterie

 

La photographie de Pierrick Pédron est l'oeuvre de l'Exceptionnel Juan Carlos HERNANDEZ.

pierrick-p-dron.jpg

 

Ca commence bien groupé, bien hard bop. Greg se prend pour Clifford Brown. Erreur de ma part car il s'agit de Cherokee Sketches d'Art Farmer basé sur le fameux standard Cherokee rendu immortel par Charlie Parker.

C'est chaud, vif, précis. Pierrick a joué Bird hier soir. Ca l'a bien échauffé. Ca va très vite sans jamais partir dans le décor. Rien de neuf sous le soleil mais c'est bien agréable. La rythmique tourne bien toute seule mais il n'y a pas ce petit truc en plus qui permettrait de faire oublier Martial Solal avec Pierre Michelot et Kenny Clarke. Pierrick m'a lu. Ses chaussures sont nickel chrome ce soir.

 

A mail to JP un morceau de Greg Houben en hommage à Jacques Pelzer, sax alto belge je suppose. Une ballade qui ondule par vagues. Très beau thème cool, émouvant, pudique que vous pouvez retrouver sur l'album. De nos jours, les Jazzmen boivent sur scène, à la bouteille, de l'eau. De plus, il est interdit de fumer dans la salle.C'est dire si, en 2010, la fréquentation des clubs de Jazz est plus recommandable pour la saine moralité de la jeunesse de France que celle des stades de football.

 

Light wind blew through your hair (Pascal Mohy). Une composition dans l'esprit de Duke Ellington selon Greg. Il y  a de cela dans cette ballade mais il y a aussi du Charles Mingus, grand admirateur d'Ellington, pour la tension sous l'apparent relâchement du tempo. Pierrick joue viril, savoureux à souhait, avec la dose d'âpreté pour relever le goût du ragout. Le pianiste devait (doit?) être amoureux de la femme pour qui il a écrit ce thème. Peut-être  l'a t-il écrit pour un homme d'ailleurs mais cela ne nous regarde pas. Jolies claques tout en souplesse des balais sur les cymbales. Rick retient son geste, relevant les balais avant même qu'ils ne touchent les cymbales.

 

Un tempo plus rapide, plus énergique. Je bats la mesure des pieds. C'est bon signe. Le groupe est superbement soudé. Ca avance comme le pack du XV de France. C'était une composition du pianiste Victor Feldman.

 

Ocean Floor (Greg Houben). Greg passe au bugle. C'est une ballade. Ils nagent lentement au fond des flots comme des poissons abyssaux. Greg a dû écrire ça lors d'une plongée sous marine. Nous sommes vraiment dans cette ambiance.

 

Funnell Cloud (Pascal Mohy). Est-ce un clin d'oeil à son collègue pianiste Jim Funnell? Ca reste dans le style hard bop. C'est agréable mais il s'est passé des trucs depuis 1955, Messieurs. Greg a repris la trompette. Pierrick est plus fort que le leader du groupe. L'inverse de Miles Davis chez Cannonball Adderley en fait.

 

Costrucao (Chico Buarque). Un thème écrit en exil à Paris pendant la dictature des générau brésiliens dans les années 1970. Très beau thème brésilien ondulant, souple, soyeux qui vous touche droit au coeur sans effort. Petit intermède entre musique de cirque et musique militaire. Ra ta ta ta ta ta font les tambours.

 

Mademoiselle Croissant (Greg Houben). Les deux seuls mots français que les Américains savent dire selon le Belge Greg Houben. Il a mis une sourdine Harmon à sa trompette. Ca sonne très proche de Miles Davis sur Someday my prince will come. Pierrick Pédron est un vrai " Saxy Mother Fucker " comme dirait Prince.

 

" Nippon Soul " écrit par Nat Adderley lors d'une tournée des frères Julian  " Cannonball "et Nat Adderley au Japon. C'est du hard bop. Pour ceux qui ne connaitraient pas encore ce genre musical, rière d'écouter Art Blakey et les Jazz Messengers, Horace Silver, Clifford Brown et les frères Adderley bien sûr. Pour fêter le dernier morceau, Salvatore La Rocca prend son seul solo de contrebasse du concert, bien chaud, grave, puissant, à la Mingus.

 

Un concert bien agréable qui m'a permis de faire le plein de bonnes vibrations avant le début du week end. Tel est le bilan globalement positif de cette soirée.

Commenter cet article