La chronique de Monsieur S: Un soir aux Nancy Jazz Pulsations

Publié le par Guillaume Lagrée

Nancy Jazz Pulsations

Nancy, Meurthe et Moselle, Lorraine, France

Salle Poirel

Vendredi 11 octobre 2014, 20h30

The Messenger Legacy suivi de André Manoukian Quartet.

Lectrices indulgentes, lecteurs généreux, je soumets à votre jugement éclairé la chronique qui va suivre. Ne pouvant suivre tous les festivals de Jazz de France (la France est le pays qui en compte le plus au monde, plus de 600 par an), après Monsieur P à Nantes dont la chronique des Rendez vous de l'Erdre reste attendue sur ce blog, voici que Monsieur S, à Nancy, est allé aux Nancy Jazz Pulsations. Monsieur S est allé à une soirée que je ne lui ai pas conseillé, écouter des musiciens que je n'ai jamais écouté. C'est sa première chronique de Jazz.

Pour commencer, un apéro Jazz avec le Lotardo trio. Amusant groupe que ce trio alsacien spécialisé dans le Jazz manouche. Interprétations toniques, vives et enjouées. Le public, plutôt jeune, est sous le charme et l'ambiance est détendue, cool (logique pour un apéro Jazz!).

1ère partie:

The Messenger Legacy, groupe composé d'anciens musiciens des Jazz Messengers d'Art Blakey qui rendent hommage à leur Boss. Orchestre de Jazz américain classique.Une seule performance mérite d'être relevée, celle du trompettiste Bryan Lynch, le seul Blanc du groupe (Note de Guillaume Lagrée: le seul Blanc du groupe hommage à Art Blakey se nomme Mr Lynch. Ca ne s'invente pas!).

2e partie:

Quartet d'André Manoukian (piano) avec Hervé Gourdikan (saxophones, doudouk), Christophe Wallemme (contrebasse, guitare basse électrique) et Pierre Alain Tocanier (batterie)

Il ne s'agit pas du tailleur mais du pianiste d'origine arménienne, de l'ancien animateur de " la Nouvelle Star " sur M6, du compagnon de Liane Foly, de la très courte tranche musical sur France Inter (7h25-7h30) " Erudit Dam Dam " consacrée à la présentation d'un style de musique, un chanteur et/ou musicien décédé.

Rythmes orientaux quasi planants, dépaysants en tout cas sur fond de Jazz classique (contrebasse et batterie). Cocktail réussi. Prestation remarquée d'Hevé Gourdikian au doudouk (flûte orientale usitée en Arménie et en Iran). Les harmonies andines du Pérou sont reléguées!

André Manoukian est un pianiste " jazzy ", assez doué, qui ne peut s'empêcher de faire des allusions et des blagues grivoises mais elles ne sont pas du tout machistes ni misogynes.

L'année prochaine j'insisterai auprès de Monsieur S pour qu'il assiste à un concert d'un musicien plus intéressant qu'André Manoukian aux Nancy Jazz Pulsations. Pour cette année, ce sera tout.

Commenter cet article