" Boomerang " Itamar Borochov

Publié le par Guillaume Lagrée

" Boomerang "

Itamar Borochov

Album produit par Laborie Jazz.

Sorti le 7 octobre 2016

Itamar Borochov: trompette, compositions

Michael King: piano

Avri Borochov: contrebasse

Jay Sawyer: batterie

Tournée européenne de lancement de l'album en novembre 2016:

- Amsterdam, Pays-Bas, LJG, dimanche 6 novembre

- Sarrebrück, RFA, mardi 8 novembre

- Paris, France, Studio de l'Ermitage, mercredi 9 et jeudi 10 novembre

- Limoges,France,  festival Eclats d'émail, vendredi 11 novembre

- Marseille, France, Le Cri du Port, jeudi 17 novembre

- Londres, Angleterre, London Jazz Festival,  samedi 19 et dimanche 20 novembre

Lectrices internationalistes, lecteurs cosmopolites, il n'a pas échappé à vos esprits avisés qu'Israël est devenu une des sources majeures de créativité du Jazz actuel. Des musiciens y naissent, y grandissent, puis, une fois leur service militaire accompli, s'installent à New York. 

Nouvel exemple avec le trompettiste et compositeur israélien Itamar Borochov, installé à New York depuis 2007.

L'heureux homme joue avec son frère à la contrebasse et deux Américains au piano et à la batterie.

La musique est métisse. Cet homme a suivi une formation classique, a écouté religieusement Louis Armstrong, Miles Davis et John Coltrane, suit les groupes de rock new yorkais, a voyagé en Afrique (Gabon, Bénin, Mali).

De Louis Armstrong, il a retenu la puissance, le brillant et le swing. De Miles Davis, la retenue et le goût de la note juste. De John Coltrane, le souffle lyrique mais sans le mysticisme.

Il mélange jazz, chaabi, gnawa, classique avec une aisance confondante.

Le trio le propulse du premier morceau qui est une introduction " Tangerines " (1) au dernier " Prayer " (10) qui est une conclusion. 

Ce quartet nous raconte une vraie histoire avec un début, des épisodes et une fin. Quand " Ca va bien " (8), ça va vraiment bien. L'influence du classique est audible par exemple dans " Wanderer Song " (9) avec un souffle lyrique époustouflant.

Bref, vous l'avez compris, lectrices cosmopolites, lecteurs internationalistes, l'album " Boomerang " (aucun morceau de ce titre sur l'album d'ailleurs) est un outil de paix et de joie.

En novembre 2016, que vous soyez à Amsterdam, Sarrebrück, Paris, Limoges, Marseille ou Londres, vous aurez la chance d'écouter le quartet d' Itamar Borochov sur scène. Etant donné la chaleur qu'il dégage en studio, qu'est ce qu'il doit donner en concert!

 

 

 

 

 

Commenter cet article