Benjamin Moussay a Quarte blanche au Triton avec Bruno Chevillon & Daniel Humair

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Quarte Blanche à Benjamin Moussay

Les Lilas, Seine-Saint-Denis, Ile de France, France.

Le Triton.

Samedi 20 octobre 2013. 19h30.

 

Benjamin Moussay: piano

Bruno Chevillon: contrebasse

Daniel Humair: batterie

 

Daniel Humair

La photographie de Daniel Humair est l'oeuvre du Genevois Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

C'est le premier concert de ce trio. Une découverte pour eux comme pour nous. Pour ceux qui l'ignorent encore, Bruno Chevillon et Daniel Humair jouent ensemble depuis un certain temps. A écouter par exemple leur concert enregistré au Centre culturel suisse à Paris en juin 2001 avec Marc Ducret (guitare électrique) et Ellery Eskelin (sax ténor), " Liberté surveillée ".

Cela se passe dans la salle 2 du Triton, inaugurée le dimanche 22 septembre 2013. 3 rangées de fauteuils en bas, 4 en haut. En haut, mieux vaut avoir les jambes courtes. D'en haut, c'est haut. Vue plongeante sur la scène comme à l'opéra. Curieusement, vu de la salle, le piano est à gauche, la contrebasse à droite et la batterie au centre. Habituellement, la contrebasse est au centre pour faire le lien entre les deux autres et éviter que la batterie ne prenne trop de place. Physiquement et musicalement, Daniel Humair prend de la place. 

Au premier morceau, la contrebasse est d'ailleurs éclipsée par le volume sonore de la batterie. Au deuxième morceau, Bruno Chevillon trouve ses marques et s'impose. Ce soir, ce n'est pas soirée disco chez Boris. Avec des musiciens de cette carrure, la pulsation est intérieure. Ceux qui aiment les suivent. Si l'obscurité qui règne en haut de la salle 2 du Triton est propice à l'écoute, elle est hostile à la prise de notes. Cette chronique sera donc brève car mes notes sont illisibles. 

Sachez simplement que Benjamin Moussay qui admire et respecte ses aînés a revisité leur répertoire. Celui des trios Henri Texier/Daniel Humair/François Jeanneau,  Joachim Kühn/Jean-François Jenny Clarke/ Daniel Humair. Il y a ajouté aussi ses compositions. L'interaction cosmicomique (cf Italo Calvino) était permanente entre les musiciens. Daniel Humair a eu des soucis techniques avec son tabouret. Si le pianiste peut jouer debout, selon Michel Berger, le batteur ne le peut point ou alors il se remet aux marches militaires ce qui n'est pas du tout l'esprit du jeu de Daniel Humair. Humair a même improvisé une chanson sur son tabouret où descendu rimait avec cul. Bruno Chevillon a un énorme son. Benjamin Moussay a visité son piano en long, en large et en travers.

Le concert s'est fait d'une traite se terminant par un Blues en rappel ce qui permit à  Daniel Humair de jouer au chanteur de Blues et me permit, musicalement, de boucler ma semaine après le concert de Larry Garner le mercredi précédent au Duc des Lombards.

Un seul regret pour ce concert. Un interdit religieux a confiné Daniel Humair aux baguettes durant toute la soirée. Certes, il les manie avec plus de fantaisie et de virtuosité qu'un cuisinier impérial chinois mais, puisqu'il est aussi peintre (exposition à la galerie Doria à Paris jusqu'au mardi 29 octobre 2013), il eût été agréable de l'entendre aussi aux balais notamment sur les ballades qui parsemèrent ce concert.

Il y a plus inconfortable que la salle 2 du Triton et l'acoustique y est impeccable. Le concert de 19h30 à 21h le samedi soir permet d'entamer en beauté la soirée. Espérons que ce concert ne restera pas unique et que d'autres mélomanes pourront profiter de ce trio sur des scènes françaises et européennes.

 

Le dernier épisode de la Quarte Blanche de Benjamin Moussay au Triton aura lieu le samedi 7 décembre 2013 dans la salle 1 à 21h. Benjamin Moussay sera accompagné de ses complices depuis 9 ans, Arnault Cuisinier à la contrebasse et Eric Echampard à la batterie.

 

Les voici en concert à Nevers, Nièvre, Bourgogne, France le vendredi 17 février 2012 dans le cadre de la saison D'Jazz Nevers. Rien à ajouter.

 

 

Commenter cet article