Raymond Carver " Neuf histoires et un poème "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Raymond Carver (1938-1988)

" Neuf histoires et un poème

Editions de l'Olivier. 1993.

 

 

New York

 

La photographie de New York est l'oeuvre de l'Instinctif Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Lectrices lettrées, lecteurs cinéphiles, j'avoue n'avoir jamais vu le film " Short Cuts " de Robert Altman, Lion d'Or de la Mostra de Venise en 1993. Robert Altman était un fou de Jazz, Raymond Carver, dont les nouvelles inspirèrent ce film, aussi. Au point que chez Carver, l'écriture elle même ressemble à celle du Jazz. Le thème, le solo brodé, une courte durée puisqu'il s'agit de nouvelles. et surtout l'ambiance: la ville américaine, ce cauchemar climatisé comme disait Henry Miller, la violence latente entre hommes et femmes, Blancs et Noirs, la peur de la chute sociale, du chômage, la déréliction, la folie. Ces personnages nous ressemblent et nous ne voudrions pas surtout finir comme eux. La banalité peut exploser à tout moment comme dans l'interprétation d'un standard de Jazz. Le seul musicien nommément cité, c'est Johny Hodges, l'inamovible saxophoniste alto du grand orchestre de Duke Ellington et pourtant le Blues, le Jazz sont omniprésents dans tout ce recueil.

Duke Ellington présente Johny Hodges (saxophone alto) jouant " Isfahan " écrit en souvenir d'un séjour de l'orchestre en au Moyen Orient. Rien à ajouter.

 

Commenter cet article