Matthieu Marthouret Organ Trio accoste sur les rives du 38

Publié le par Guillaume Lagrée

Matthieu Marthouret Organ Trio.

Paris. Le 38 Riv. Jeudi 9 septembre 2010. 20h30.

 

 

Matthieu-Martouret-.jpg

 

 

 

La photographie de Matthieu Marthouret est l'oeuvre de l'Organique Juan Carlos HERNANDEZ.

 

Matthieu Marthouret: orgue

Michael Valeanu: guitare électrique

Gautier Garrigue: batterie

 

Ca commence par une ballade bien classique, bien relax. Un ami est là avec sa compagne en fin de grossesse. De bonnes vibrations pour le bébé. Il faut commencer l'éducation musicale dès le plus jeune âge. Un jeune homme qui joue de la guitare en 2010 dans la lignée de Barney Kessel et Sacha Distel, c'est charmant. C'était " Paris Eyes " de Larry Young, le troisième homme aux claviers de Bitches Brew.

 

" Morning lights " ( Matthieu Marthouret). Ca sonne comme un réveil en douceur, Les lampadaires s'éteignent dans les rues alors que les phares des voitures sont encore allumés. Ca balance souplement. La ville s'éveille, bruisse, bouge, les muscles encore endormis.

 

" Tea times " (Michael Valeanu). Attaque funky, dans le grave de la guitare. C'est un thé corsé. L'orgue se fait planant. Groovy, baby! Le batteur joue sans regarder sa batterie tant il regarde sa partition. ca monte en puissance, chauffe le ventre et élève l'âme. Bons riffs finaux bien puissants entre orgue et guitare. Le batteur pousse par en dessous.

 

S'ensuit une ballade bien relax pour calmer le jeu puis ils enchaînent sur un morceau plus chaud, plus funky. Ca swingue joyeusement. C'était " La fatigue " (?) puis " The weird Monk " en hommage à Thelonious Sphere Monk  je suppose.

 

Un standard pour finir le set. " How deep is the ocean ". Chet Baker le chantait magnifiquement. Belle intro de guitare claire et mélancolique. Puis l'orgue ronronne, la batterie soutient, la guitare souligne. De bonnes sensations. C'est toujours bon pour le bébé.

 

PAUSE

 

Je ne suis arrivé  qu'à la fin de " French Corner " (Michael Valeanu). Impossible de juger de l'influence Nouvelle Orléans dans ce morceau.

 

" Playground " (Matthieu Marthouret). Le titre album. C'est un morceau joueur, enjoué comme son titre l'indique. Effet de wah wah sur la guitare. Bien maîtrisé et toujours dans un esprit jazz. Plus proche de Bubber Miley que de Jimi Hendrix. Pas de doute. Ce morceau assure méchamment.

 

" Milestones " (Miles Davis). Ca swingue bien. C'est relax. Le bébé n'est plus là pour en profiter. Ses parents sont rentrés se coucher. Le père était fatigué. En tout cas, l'ambiance est parfaite pour un jeudi soir après une longue et dure journée de travail. Par une soirée pluvieuse, cette musique tient chaud.

 

Un morceau au tempo plus rapide. Ca va vite même. Je m'endors, bercé en vitesse par ce trio organique. Le solo de batterie me réveille.

 

Voilà c'est fini. Il est temps de rentrer se coucher bercé par les bonnes vibrations procurées par l'Organ Trio de Matthieu Marthouret.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article