Le Biguine Reflections Trio enchante le Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Biguine Reflections Trio par Hélène POISSON

Biguine Reflections Trio par Hélène POISSON

Biguine Reflections Trio

Le Sunside

Paris. Ile de France. France

Samedi 25 mai 2019. 21h30

Le trio Biguine Reflections est composé de

Alain Jean-Marie: piano

Eric Vinceno: guitare basse électrique

Jean-Claude Montredon: batterie

Un morceau du trio Biguine Reflections sera diffusé dans mon émission Le Jars jase Jazz sur Couleurs Jazz Radio les vendredi 5, 12, 19 & 26 juillet à 1h et 19h, les samedi 6, 13, 20 & 27 juillet à 1h, les dimanche 7, 14, 21 & 28 juillet à 18h (heure de Paris). Emission consacrée au Jazz, flèche de l'arc caraïbe. 2e partie: la Caraïbe francophone.

Le trio commence sans dire un mot. Ca balance tout de suite. Un jazz mêlé de biguine et réciproquement dont ces hommes ont le secret. La batterie jouée aux baguettes sonne comme des percussions jouées à mains nues. La rondeur de la basse. Les éclairs du piano. Tout nous emporte dans une vague chaude. Bien qu'enfermés dans un club parisien, l'air et la lumière entrent avec la musique. C'était " Sérénade ", biguine composée par Alain Jean-Marie. 

" 22 Mazouk " (Alain Jean-Marie) inspiré par une mazurka, musique venue de Pologne qui a fait souche aux Antilles. 22 mai 1848: insurrection des esclaves de Martinique pour obtenir immédiatement l'abolition de l'esclavage. Un air joyeux, de fête. Le batteur travaille essentiellement les tambours. 1,2,3 font la mazurka, la valse et le jazz. La musique est faite pour danser, à son origine et cet esprit demeure dans l'interprétation du trio. Toutefois, comme il s'agit de Réflexions sur la Biguine, cette musique s'écoute assis. De toute façon, la disposition de la salle ne permet pas de danser et il faut être capable de suivre en dansant des musiciens de ce calibre . 

Une biguine de Robert Mavounzy (1917-1974) avec qui Alain Jean-Marie joua. Un grand classique dont je reconnais l'air à force de l'avoir entendu joué par ce trio. Ca fait toujours balancer de la tête aux pieds. Le trio joue très soudé. Pas de solo jusqu'ici. Je crois avoir compris " Kai fé ": qu'a t-elle fait pour te mettre dans cet état?

" Doudou pas pléré " d'Albert Lirvat (1916-2007) avec qui Alain Jean-Marie a aussi joué. Cf extrait audio au dessus de cet article. Du créole compréhensible même pour les non initiés. Ca balance toujours mais plus calmement. Musique consolante comme son titre l'indique. Jeff Boudreaux, batteur natif de Bâton Rouge en Louisiane, est venu écouter ses amis et voisins Antillais. 

Une biguine des années 1940 arrangée par Jean-Claude Montredon. Ca repart plus énergique, toujours groupé. Musique de danse, savante et populaire en même temps. De la musique populaire ils tirent une musique savante mais sans rien lui faire perdre de sa verve originelle. C'est la magie du Biguine Reflections Jazz trio. Premier solo de batterie " Ta ta tac ". Ca roule sous les baguettes. Frappe, sèche. Marches militaires métissées de rythmes venus d'Afrique. 

" Jean-Claude " (Alain Jean-Marie). Il est aisé de deviner à quel musicien du trio ce morceau est dédié. Un morceau savant mais toujours dansant. Avec des arrêts-départs. 

" Drive " (Eric Vinceno). Ce n'est pas le drive des golfeurs, ni la dérive des bateaux. C'est le drive créole, la dérive quand vous vous laissez aller sans savoir où vous arriverez. Groupe soudé autour du bassiste. Ca part à la dérive mais sous contrôle. Premier solo de basse. Logique vu que c'est lui le compositeur de ce morceau. Ca pince bien dans le ventre. Piano et batterie jouent mezzo voce.

Intro en piano solo. Le calme avant de lâcher les chevaux. Un morceau que j'adore. Ca chaloupe. Basse et batterie ajoutent leur pulsation. Nom de Zeus, ça respire! Un petit pont franchi et la musique reprend son cours. Un air entêtant vous saisit corps et âme. Ca roule, gîte doucement. Une musique de mer par temps calme. Un break de batterie et quelques notes de piano pour finir. C'était " Haïti " d'Alain Jean-Marie.

" Papa moin cou ". Une épouse demande à son mari de cesser de la frapper. Les statistiques sont formelles. Il y a plus de violences conjugales,en proportion de la population, aux Antilles que dans l'Hexagone. Une biguine endiablée. Sacrée pulsation. Le piano s'envole au dessus de l'ancrage fourni par la basse et la batterie.

Un petit air final funky, entraînant pour présenter de nouveau les musiciens.

PAUSE

La musique est magnifique mais je suis trop enrhumé pour savourer un 2e set. Le trio Biguine Reflections existe depuis plus de 25 ans. Les mêmes musiciens, la même musique et ils sont toujours aussi intéressants. " Les bons mûrissent, les mauvais pourrissent " (Victor Hugo). Alain Jean-Marie, Eric Vinceno et Jean-Claude Montredon sont dans les bons, les très bons même. Plaise aux Dieux et aux Muses qu'ils nous réjouissent encore longtemps!

Le portrait du Biguine Reflections Trio a été réalisé pendant le concert. Il est l'oeuvre de gente et noble Dame Hélène POISSON. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article