PJ5 " Word "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

PJ5

" Word "

Produit par Paul Jarret/ SUCH Production/Collectif BLO

Distribué par Harmonia Mundi

Sortie le mardi 22 octobre 2013

Concert de sortie le mercredi 23 octobre 2013 à 20h30

à Paris, au New Morning

 

Le PJ5 est composé de:

Paul Jarret: guitares, compositions

Maxence Ravelomanantsoa: saxophone ténor

Léo Pellet: trombone

Alexandre Perrot: contrebasse

Ariel Tessier: batterie

Invités:

Stéphane Guillaume: clarinette basse (1), saxophone soprano (11)

Isabel Sörling: chant (3)

Benjamin Belloir: bugle (3)

Bertrand Luzignant: bugle (3)

Anthony Caillet: euphonium (3)

 

 

Lectrices passionnantes, lecteurs passionnés, je vous ai déjà parlé d'un concert du collectif BLO où figurait le quintette du guitariste français Paul Jarret surnommé le PJ5, sans aucun rapport avec un service secret de sa Gracieuse Majesté la Reine bien entendu.

Voici maintenant le premier album de ce groupe, entièrement composé par son directeur musical, Paul Jarret. " Ma devise: attaquer dès la première mesure " (Prince). Leçon bien appliquée par ces jeunes garçons. Ils m'ont attrapé dès la première mesure de " Stammer " qui entame l'album et ne m'ont lâché qu'à la dernière du solo de guitare auquel l'auditeur est invité à donner un nom " Give it a name " qui le conclut. L'impression est tellement forte que je ne cesse d'écouter cet album, une vingtaine de fois avant d'écrire cette chronique.

Il y a certes un léger flottement avec la " Far North Suite " (clin d'oeil à Duke Ellington et sa Far East Suite?), 3e morceau un peu long à mon goût mais pas assez pour me perdre en route. Je suis tellement accroché par les deux premiers " Stammer " et " Over the lazy dog " que je continue mon chemin, me délassant avec les brefs solos de guitare (" Ode " et " Give it a name ") et surtout me prélassant dans un champ de cendres " Ashfield " (n°6). J'adore ce morceau. J'espère qu'il passera sans cesse à la radio, à la télévision, sur le Net même si j'en doute.

Ce groupe a l'esprit rock comme le nom de groupe l'indique (clin d'oeil au MC5 ?), l'énergie rock qui vous empêche de vous endormir et la souplesse, la liberté du Jazz composé et dirigé de main de maître par Paul Jarret. Bien des jeunes jazzmen composent des thèmes ennuyeux, prétentieux qui sentent la performance et la volonté de choquer le bourgeois. Pas de ça ici. Les thèmes ont des allures de chansons. Ils vous racontent des histoires, vous captivent, vous restent dans la tête mais ce ne sont pas des tubes, brillants et creux, selon la définition due à Boris Vian

L'instrumentation est originale puisqu'il n'y a ni piano ni claviers, que le trombone et non la trompette répond au saxophone. Certes trombone signifie " grosse trompette " en italien mais cela ne donne ni le même son ni la même impression que le duo sax ténor/trompette que Miles Davis porta à sa plus haute expression. Stéphane Guillaume, avec sa merveilleuse polyvalence, ajoute son grain de sel à la clarinette basse puis au saxophone soprano. Le morceau d'inspiration nordique " Far north suite " (n°3), avec une chanteuse suédoise, est encore plus moelleux grâce aux bugles et à l'euphonium ce qui donne une ambiance de Jazz froid, ethéré, scandinave qui n'est pas ma tasse de thé mais plaira beaucoup.

Les femmes des années 80 chères à Michel Sardou ont fait de beaux garçons. Ils nous offrent de la belle musique. Merci à elles et merci à eux.

 

Assez de mots. Laissons parler Paul Jarret et son PJ5. " Word ". Rien à ajouter.

 

Commenter cet article