Jon Boutellier " On both sides of the Atlantic "

Publié le par Guillaume Lagrée

Jon Boutellier

" On both sides of the Atlantic "

Album Gaya Music. 2020.

Jon Boutellier: saxophone ténor, composition (6)

Jean-Paul Estievenart: trompette

Kirk Lightsey: piano

Alexander Claffy: contrebasse

Kyle Poole: batterie

Cecilia Kaméni: chant (4)

Concerts de sortie prévus à Paris, au Duc des Lombards, vendredi 3 et samedi 4 avril à 19h30 & 21h45 si la pandémie de COVID 19 est terminée et les mesures d'interdiction de rassemblement public levées. 

Lectrices noctambules, lecteurs nyctalopes, j'avoue être un couche tôt et lève-tôt. Grave défaut pour l'amateur de Jazz. C'est pourquoi je ne fréquente pas les boeufs (jam session in english) du Duc des Lombards à Paris le vendredi et le samedi après minuit. Entrée libre. Bar ouvert.  Au moment où j'écris, le Duc est fermé sine die pour cause de pandémie de COVID 19. Concerts et sessions confitures reprendront quand des nuits meilleures viendront. 

Si j'avais fréquenté ce lieu de débauche rythmique et d'orgie sonore, je connaîtrais déjà Jon Boutellier, saxophoniste ténor français né en 1986, qui s'y déploie depuis 2014.

Après des heures passées à travailler les standards avec des complices de sa génération ou d'autres (Kirk Lightsey est né en 1937 et joue avec une joie juvénile), voici que Jon Bouteiller met tout cette expérience en boite le temps d'enregistrer en studio cet album " Both sides of the Atlantic ". Le titre de l'album est facile à comprendre car il est enregistré en France et les thèmes sont presque tous made in USA sauf une composition originale " Quiet Sides " (6). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Lectrices noctambules, lecteurs nyctalopes, savourez le Blues nocturne de " Nice and Nasty " (5) joué en trio contrebasse, batterie, sax ténor comme Sonny Rollins mais sans trompette alors qu'il s'agit d'une composition de Thad Jones. L'ambiance et le trio demeurent avec la composition " Quiet Sides " (6) précitée.

Si vous aimez écouter une jolie voix de femme accompagnée de manière virile mais correcte, savourez " Save that time " (4) chanté par Cecilia Kaméni. 

Si vous aimez votre Blues servi chaud Funkissimo, profitez du " 1974 Blues "  (7) d'Eddie Harris toujours en trio contrebasse, batterie, saxophone ténor. 

L'ambiance nocturne, after hours selon l'expression des Jazzmen, se poursuit avec la ballade " We'll be together again " (8) jouée encore en trio contrebasse, batterie, sax ténor. Jon Bouteiller n'a pas la puissance de Sonny Rollins au même âge (écoutez Sonny Rollins en 1963-64 avec Don Cherry ou Herbie Hancock si vous n'en êtes pas encore convaincus) mais il tient la place. Alexande Claffy et Kyle Poole tiennent solidement la baraque. 

Le même trio maintient cette même ambiance avec un grand classique " Yesterdays " (9) dont Sonny Rollins grava une version sublime en duo avec son Maître Coleman Hawkins. L'album " Sonny meets Hawk " est indispensable à votre discothèque lectrices noctambules, lecteurs nyctalopes. Je l'offris il y a 20 ans à une amie qui me remercia ensuite d'avoir enrichi la sexualité de son couple. Ils sont toujours ensemble et ils ont 2 beaux garçons. C'est dire si ça marche!

Quant au pianiste Kirk Lightsey, doyen d'âge de cette séquence, il l'ouvrait joyeusement en rendant hommage à deux Maîtres du piano Jazz, Cedar Walton pour " Black " (1) & Duke Ellington pour " Blue Rose " (2). Il la conclue tout aussi énergiquement en jouant un troisième Maestro du piano, Mac Coy Tyner, pour " Blues on the corner " (10) où le trompettiste Jean-Paul Estievenar brille lui aussi de mille feux.

 

Concerts de sortie prévus à Lyon au Bémol 5, jeudi 2 avril à 20h30; à Paris, au Duc des Lombards, vendredi 3 et samedi 4 avril à 19h30 & 21h45 . Au Club de Minuit du festival Jazz à Vienne jeudi 9 juillet 2020.

Si la pandémie de COVID 19 est terminée et les mesures d'interdiction de rassemblement public levées.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article