Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicolas Kummert Voices " One "

Publié le par Guillaume Lagrée

Nicolas Kummert Voices

" One "

Prova Records. 2010.

Avec le soutien de la Communauté française de Belgique.

Nicolas Kummert: saxophones, voix.

Hervé Samb: guitares, voix (2,4,6)

Jozef Dumoulin: piano

Nicolas Thys: contrebasse, voix (2,4,6)

Lionel Beuven: batterie

Jozef Dumoulin

La photographie de Jozef Dumoulin est l'oeuvre du Vibrant Juan Carlos HERNANDEZ. L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

La Belgique est décidément un pays bouillonnant. Politiquement, linguistiquement et culturellement. Plus d'un an après l'album leader de Jozef Dumoulin, je retrouve ce sorcier des claviers au service de son compatriote saxophoniste, poète, chanteur Nicolas Kummert.

Qu'y a t-il dans cet album? Mille et mille merveilles. Du Jazz de crooner avec la reprise classieuse du " Close to You " de Burt Bacharach, un vrai piège d'amour comme le chante Jacques Dutronc (n°5) . Un hommage au dessinateur belge Folon qui est en fait une chanson de Salif Keita(n°3). Une version reggae de Monk (Monk's Dream. n°2). De la poésie révoltée contre la cupidité des héritiers de Jacques Prévert (n°4) et contre la Faucheuse (n°8 qui illustre cet article). Du Jazz pur et dur qui part en voyage pour l'Afrique (n°6).

Comme le Fluturiste André Stochetti, Nicolas Kummert fait partie d'une espèce rare: musicien, poète et chanteur. C'est dire s'il faut profiter de ses talents.

Je ne vais pas tout vous raconter. A vous de sourire, vous émouvoir, danser, écouter, bouger, vous éveiller aux sons de Nicolas Kummert et ses complices, charmants lecteurs, aimables lectrices.

Ils seront en concert à Paris, au Sunset, le jeudi 2 février 2012 à partir de 21h30. J'y serai. Soyez y aussi, sapristi!

En attendant, les voici à Bruxelles, en Belgique, jouant Folon.

Partager cet article

Repost0

Antoine Berjeaut Quartet ce vendredi soir à Fontenay sous Bois

Publié le par Guillaume Lagrée

invite Mike Ladd (chant)

 Antoine Berjeaut (trompette), Jozef Dumoulin (claviers), Stephane Kerecki (contrebasse) et Fabrice Moreau (batterie)-
Vendredi 6 Janvier, 20h45
95 rue Roublot
94120 Fontenay-sous-Bois
Ce concert sera retransmis en leger différé sur France Musique, dans le Jazz Club d'Yvan Amar
 

 

Jozef Dumoulin

La photographie de Jozef Dumoulin est l'oeuvre du Vertueux Juan Carlos HERNANDEZ.  L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.


+ d'infos : 

Partager cet article

Repost0

L'orchestre de Contrebasses fête ses Trente ans au Vingtième

Publié le par Guillaume Lagrée

L'Orchestre de contrebasses

Paris. Le Vingtième Théâtre.

Mardi 3 janvier 2012. 20h.

Jean Philippe Viret

La photographie de Jean-Philippe Viret est l'oeuvre du Viscéral Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

L'Orchestre de contrebasses est composé de

Christian Gentet: contrebasse

Yves Torchinsky: contrebasse

Jean-Philippe Viret: contrebasse

Olivier Moret: contrebasse

Etienne Roumanet: contrebasse

Matthieu Verlot: contrebasse

Mes notes ayant été prises pendant le concert, dans l'obscurité de la salle, ne sont pas toujours lisibles. Je dois donc écourter mon propos et prie mes lectrices exigeantes et mes lecteurs exhaustifs de bien vouloir m'en excuser.

Six contrebasses sont couchées par terre. Six hommes marchent autour dans la pénombre. Puis ils relèvent les instruments, commencent à jouer et organisent le chaos. Subrepticement, une ligne mélodique s'installe. Ca y est, les six contrebasses sont relvées, les six contrebassistes jouent. Pour les amateurs de symboles, notez que le 6 représente une sphère se prolongeant vets l'infini, le mouvement de la clef dans une serrure, c'est dire s'il ouvre des portes. C'est ce que fait l'Orchestre de contrebasses entre Jazz et musique contemporaine. Pour poursuivre le symbolisme, la lumière s'est allumée sur la scène pour éclairer la création. Ils se passent un message de l'un à l'autre, par des gestes très précis. C'est aussi un spectacle chorégraphique. Ils sont coordonnés comme un corps de ballet. 

Jean-Philippe Viret, à gauche de la scène, lance le bal, seul, en pizzicato. De lautre côté de la scène, un autre musicien lui répond à l'archet, comme sir le Classique répondait au Jazz. Le Jazzman chante en jouant. La sarabande des archets commence. Ca danse. Les contrebasses ne sont pas amplifiées. Il y a juste qautre petits micros placés au devant de la scène. 

Une sorte de ballade langoureuse et enjouée commence. Le plaisir du jeu c'est ce qui distingue cet orchestre depuis trente ans. Les musiciens changent de place sur scène selon les règles d'un ballet connu d'eux seuls. Il y en a toujours un pour maintenir la pulsation aors que les autres font briller les archets.

La lumière s'éteint sur scène. Cinq contrebasses sont couchés comme six pieds sous terre. Un seul contrebassiste se tient au devant de la scène et fait vibrer les cordes à l'archet. La grand-mère (surnom de la contrebasse chez les musiciens) grogne, chante, se plaint. Il installe une pulsation à l'archet. Maintenant, ça grince comme une guitare électrique. 

Ca yest, ils commencent à mettre les contrebasses, la tête à l'envers, reposant sur le manche.Le musicien se trouve caché derrière son gros instrument (ne fantasmez point lectrices perverses, lecteurs vicieux!). A l'archet, cela sonne mystérieux, religieux. Ils se trouvent tous maintenant cachés derrière leurs contrebasses, manche en bas. Ils ressemblent à d'immenses masques africains en mouvement. Ca sonne parfois comme une guimbarde géante. 

Ils reviennent à une position normale de leurs instruments. Quatre sont en arrière-plan pour assurer la mélodie, deux sont devant, rapprochés pour dialoguer. Je suis encadré par deux grand-mères, l'une applaudit à tout rompre, l'autre pas du tout. Il est vrai que l'une est seule, l'autre accompagnée d'un mari qui applaudit pour elle. 

(...)

Mine de rien, sous des abords ludiques, c'est une musique contemporaine exigeante, complexe, subtile qui se joue là devant nous. 

(...)

Je reconnais " Week end à Deauville " presque dix ans après l'avoir entendu une seule et unique fois en concert à Rennes. C'est dire si ce morceau est inoubliable Tout y est. Les votures qui passent, la pluie qui tombe, les essuie glaces sur les pare brises, la Mer, le vent, les mouettes, le moteur de bateau, la corne de brume, le plancher de bateau qui craque. Un vrai film sans image mais qui suscite en nous toutes les images mentales d'un week end d'hiver sur la rive française de la Manche.

Il y eut encore plein de surprises, de joie, de Swing, de créativité. La grand-mère boudeuse a fini par craquer et applaudir elle aussi. Pas trop tout de même de peur de se fatiguer. Elle a eu tort. L'Orchestre de contrebasses élève l'âme et soulage le corps sans effort.

Partons en week end à Deauville avec l'Orchestre de contrebasses. Bon voyage, lectrices à l'âme maritime, lecteurs au pied marin.

 


Partager cet article

Repost0

Jazz à la Java, à Paris, le lundi 30 janvier avec Alexandra Grimal et ses Dragons

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices avides de nouveauté musicale, lecteurs friands de surprises auditives, réjouissez vous!

 

Alexandra Grimal, saxophoniste si talentueuse qu'elle est en train de conquérir les Etats Unis d'Amérique, est de retour à Paris avec un nouveau groupe, Dragons, qui crachera le feu à La Java, le lundi 30 janvier 2012 à partir de 20h30.

 

Dragons est composé d'Alexandra Grimal aux saxophones, Nelson Veras à la guitare, Jozef Dumoulin au Fender Rhodes et Dré Pallemaerts à la batterie.

 

Jozef Dumoulin

La photographie de Jozef Dumoulin est l'oeuvre de l'Incontournable Juan Carlos HERNANDEZ. L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Ce concert sera joint à celui de la pianiste Eve Risser.

 

Avec cette soirée Jazz à la Java, se réconcilieront les deux rivaux de la chanson de Claude Nougaro et plus encore puisque cette salle accueille généralement de la chanson et de l'électro. Une Française avec un Brésilien et deux Belges, ce ne sera pas de la petite bière qui nous sera servie ce soir là à la Java!

 

Vous trouverez une video d'un précédent concert de Dragons ici.

 

 

Partager cet article

Repost0

Quelques concerts de Jazz à Paris en janvier 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

Respectables lectrices, estimables lecteurs, pour vous remettre des conséquences des festivités de la fin d'année 2011, je vous recommande, en toute subjectivité, les concerts de Jazz suivants à Paris pour le mois de janvier 2012.

Bruno Angelini

 

La photographie de Bruno Angelini est l'oeuvre du Pétrifiant Juan Carlos HERNANDEZ. L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

New Morning

Mercredi 18 à 20h30 le trio Péala/Angelini/Bearzatti viendra présenter au public parisien son album Move is, subtile évocation moderato cantabile de l'art cinématographique.

Mardi 24 à 20h30 La Grande Compagnie des Musiques à Ouïr viendra jouer Duke&Thelonious soit Duke Ellington et Thelonious Sphere Monk comme vous ne les avez jamais ouïs, parole de poisson!

Le Triton (métro Mairie des Lilas, ligne 11)

Vendredi 20 à 20h le trio de Nelson Veras (guitare) avec Gildas Boclé (contrebasse) et Stéphane Galland (batterie). Je vous recommande toujours aussi vivement son dernier album en trio où Nelson Veras compose enfin et son sublime album solo. Les deux sont à tomber par terre, les bras en croix. 

Studio de l'Ermitage

Mercredi 18 à 20h, duo André Minvielle (vocalchimiste) et Lionel Suarez (accordéon). Grâce à André Minvielle, j'ai appris à faire le tonnerre, la pluie, le vent avec des sacs plastiques de supermarché. Parents, emmenez y vos enfants. Cela stimulera leur créativité et la vôtre en même temps.

Mercredi 25 à 20h, Lucas Gillet viendra présenter son nouvel album " A Darker wave. Emily Bronte Poems " et jouera aussi le précédent " A thin sea of flesh " avec Elise Caron au chant.

Duc des Lombards

Le mois de janvier 2012 est consacré aux Jazzmen français sous le titre générique de French Quarter, en clin d'oeil à La Nouvelle Orléans, évidemment.

Vendredi 20 à 20h et 22h le trio du pianiste guadeloupéen  Alain Jean Marie.

Jeudi 26 à 20h et 22h le quartet du saxophoniste alto breton Pierrick Pédron

Samedi 28 à 20h et 22h le trio du pianiste antillais Mario Canonge.

Auditorium Saint Germain des Prés

Mardi 24 janvier à 19h30, Leçon de Jazz sur Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova par Antoine Hervé (piano, enseignement) et Rolando Faria (chant).

Sunset/Sunside

Sunside. Lundi 16 à 20h. Minino Garay et sa Cordoba Reunion. Leçon de percussions garantie. Viva Argentina!

Sunside. Mercredi 18 à à 21h. Marc Copland (piano) en duo avec John Abercrombie (guitare électrique). Conversation de haut vol entre deux beaux oiseaux. Chut, écoutons...

Sunset. Samedi 21 à 21h30. Brady Winterstein Trio. Le renouveau de la guitare manouche. On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans.

Sunside. Vendredi 27 à 21h. Leila Olivesi Quintet. Beauté, sensualité, féminité, raffinement, métissage. Que demander de plus?

Samedi 28 à 21h, duo Ari Hoenig (batterie)/Rick Margitza (saxophone ténor). Ca va chauffer!

Voici le trio Thierry Péala (chant)/Bruno Angelini (piano)/Francesco Bearzatti (saxophone ténor, clarinette) lors d'un concert de préparation de l'album Move is au Duc des Lombards le 12 février 2010. Vous pourrez constater vous même leurs progrès le 18 janvier 2012 à partir de 20h au New Morning.

 

Partager cet article

Repost0

Le Nouveau Dictionnaire du Jazz par Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli

Publié le par Guillaume Lagrée

Le Nouveau Dictionnaire du Jazz. 

André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Philippe Carles, 

Collection Bouquins, Editions Robert Laffont, Paris, 2011, 1472 p. 

 

Sages lectrices, prudents lecteurs, imaginons que votre conjoint vous ait offert pour Noël une poêle à frire (Elle se reconnaîtra) ou une cravate jaune à gros pois verts (par une fan de Gilbert Bécaud). Que faire? Enfoncer six pieds sous terre Monsieur à coups de poêle à frire, étrangler Madame avec la cravate? Cela défoule certes mais payer quelques minutes de défoulement de plusieurs années de prison, c'est vraiment un mauvais calcul coûts/avantages comme disent les économistes. Avant de changer de conjoint, mesure radicale mais légalement permise, il convient d'abord de vendre les dits objets (il y a des sites sur la Toile faits exprès pour ça) et de vous faire plaisir avec l'argent tiré de cette vente. Si cela ne suffit pas, complétez jusqu'à 32 euros (moins si vous le trouvez déjà d'occasion sur le même site où vous avez vendu votre poêle à frire ou votre cravate) et offrez vous Le Nouveau Dictionnaire du Jazz ( Bouquins, Robert Laffont, Paris, 2011, 1472 p).

La première édition de ce Dictionnaire, avec les mêmes auteurs dans la même collection, date de 1988 et comprenait des photographies à l'intérieur. La réédition de 1994 ne comprend pas de photographie à l'intérieur mais une photographie de saxophone ténor en couverture, compte 1400 pages et coûtait 149FF (je l'avais eu d'occasion pour 100FF lorsque j'étais étudiant). L'édition de 2011 n'a toujours pas de photographie à l'intérieur mais arbore une photographie de Miles Davis en couverture.

mederic collignon 040

La photographie de Médéric Collignon est l'oeuvre du Juvénile Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Dix sept ans après, tout a augmenté: le prix, le nombre de pages et le nombre d'articles (3200). Si trois auteurs figurent sur la couverture, ils sont 67 en tout à avoir écrit, la plupart issus de Jazz Magazine. Cela vaut l'investissement car ce livre est un outil indispensable pour l'amateur de Jazz qu'il veuille le découvrir ou approfondir ses connaissances. TOUT y est sous la main, dans l'ordre alphabétique: les musiciens, les styles, les instruments, les lieux, les maisons de disques. Il ne manque que les partitions mais il y a d'autres livres pour ça. Outre l'avantage d'être écrit en français, comme ce blog d'ailleurs, le fait qu'il soit écrit par des experts français pour la plupart fait qu'outre le Jazz américain, berceau et foyer de cette musique, le Jazz européen est bien représenté dans cet ouvrage ce qui n'est pas le cas des ouvrages américains équivalents.

Deux regrets cependant: dans l'édition 1994, à l'article batterie, le seul instrument inventé par le Jazz, déterminant pour toute la musique populaire du XX° siècle et encore au XXI°, il y avait un dessin qui permettait à l'ignorant, au néophyte, au béotien, de savoir à quoi ressemblent et où se placent la caisse claire, la grosse caisse, les toms, la cymbale crash, la cymbale charleston, la cymbale ride. Dans l'édition 2011, il n'y a pas de dessin à l'article batterie. C'est dommage. Après vérification, dans l'édition 1994, il y avait un dessin illustrant chaque instrument clef du Jazz. Il n'y en a plus dans l'édition 2011. Dommage, vraiment dommage. Par ailleurs, la musique militaire est essentielle au Jazz, issu des fanfares. Si l'US Army est représentée par Glenn Miller, l'Armée Rouge n'est pas representée par Eddie Rosner, le Jazzman du Goulag. Là aussi, c'est regrettable.

Attention: la lecture de cet ouvrage peut être addictive. Par exemple, si vous lisez l'article Piano des pages 1002 à 1007, vous aurez des dizaines de musiciens, de styles à découvrir ou redécouvrir. Vous quitterez le livre pour aller chercher ces musiques, les écouter. En chemin, vous découvrirez d'autres morceaux, d'autres musiciens, irez voir leur notice dans le Dictionnaire du Jazz et vous serez partis pour un autre tour de manège.

Les notices des musiciens présents dans l'édition précédente ont été mises à jour. Je l'ai vérifié pour Eric Le Lann et Martial Solal. Des jeunes talents apparus depuis 1994 figurent dans ce Nouveau Dictionnaire du Jazz. Pas tous. Par exemple, le chanteur Thierry Péala n'y figure pas. C'est ainsi que, dans l'ordre alphabétique toujours, Claudia Solal devance désormais Martial Solal. Parmi ces jeunes talents, certains figurent sur ce blog comme Médéric Collignon, d'autres non comme Stacey Kent.

Les voici réunis. Profitez en pleinement.

Partager cet article

Repost0

Fin de partie avec le BSC News

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Selon Frédéric Beigbeder, l'écrivain qui parle des problèmes des gens qui n'ont pas de problème, l'amour dure trois ans. J'ignore s'il a raison mais, trois ans, c'est le temps qu'a duré ma participation au webzine littéraire Best Seller Consulting News où j'animais une rubrique Jazz Club en duo avec le Prestigieux  Juan Carlos HERNANDEZauteur de la photographie des trois hommes dans Manhattan ci dessous.

 

Manhattan

 

Toute utilisation de cette oeuvre sans utilisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Au départ, l'initiative semblait belle. Une équipe jeune et dynamique, animée par un rédacteur en chef basé à Montpellier, prête à faire découvrir des livres, des films, des BD, de la musique, des photographies hors des circuits promotionnels de la société spectaculaire marchande. Tous bénévoles, unis par l'amour de l'art. Tous ensemble, tous ensemble, Oui! 

Puis je remarquais que l'animatrice de la rubrique Littérature jeunesse était partie parce qu'elle ne supportait plus de travailler gratuitement, ce qui lui ne paraissait pas professionnel. Je remarquais aussi qu'il fallait me battre sans cesse avec le rédacteur en chef pour que les articles soient publiés correctement avec le bon titre, la bonne photographie, les bons liens vers Juan Carlos Hernandez, les artistes et votre serviteur. Enfin, je notais qu'il y avait de plus en plus de publicité sur les pages du magazine, que le nombre de lecteurs augmentait, d'après le rédacteur en chef mais que, pour autant, il n'était toujours pas question de payer les auteurs du magazine un centime d'euro.

J'ai un métier et ne vis pas de mes chroniques. Juan, lui, est un photographe professionnel. Il vit de la vente de ses photographies. Il me les prête pour ce blog parce qu'il n'y a pas de réclame dessus, que ma démarche n'est pas commerciale et que nous sommes amis de longue date. Prêter  gratuitement des photographies pour un magazine qui vit de la publicité, ce n'est pas son truc et cela ne me convient pas non plus.

Alors, j'ai demandé au rédacteur en chef, Nicolas Vidal (rien à voir avec Sébastien Vidal du Duc des Lombards, TSF Jazz et autres lieux) les comptes de son entreprise avec les dépenses et les recettes pour en avoir le coeur net. J'avais posé là une question plus que dérangeante, outrageante même. Le sieur Nicolas Vidal a donc décidé de cesser toute collaboration avec Juan et moi. Cela nous évitera de nous battre avec lui à l'avenir. Nous ne sommes pas Témoins de Jéhovah. Ni Juan ni moi n'acceptons de travailler gratuitement pour des gens qui gagnent leur vie avec notre travail. Danseurs, oui! Gogos, non!

Je viens d'apprendre que le sieur Nicolas Vidal démarche les maisons d'édition pour qu'elles insèrent des réclames moyennant phynances sur son site sans indiquer que le dit site est entièrement l'oeuvre de bénévoles sauf lui, bien sûr. Les deniers ainsi récoltés vont donc intégralement dans la bourse de ce drôle. C'est dire son outrecuidance.

Nos aventures continuent sur ce blog, sur le blog de Juan Carlos HERNANDEZ, sur ulike et paperblog qui reprennent automatiquement, dès publication, chaque article de ce blog, sur facebook et twitter grâce à Juan, sur vos blogs, vos sites, vos forums, vos courriels selon votre bon plaisir respectables lectrices, estimables lecteurs.

Que l'an 2012 soit pour tous Superfunkycalifragisexy! Pour cet hiver, gardez la maison chaude.

 

 


Partager cet article

Repost0

L'Orchestre de Contrebasses fête ses 30 ans au Vingtième Théâtre à Paris les 2 et 3 janvier

Publié le par Guillaume Lagrée

 

orchestre de contrebasses

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Le calendrier engagé 2012 de Juan Carlos Hernandez est sorti

Publié le par Guillaume Lagrée

      « L’histoire révèle que les banques privées utilisent toutes les formes d’abus, d’intrigues, de supercheries et tous les moyens violents possibles afin de maintenir leur contrôle sur les gouvernements par le contrôle de l’émission monétaire ». James Madison (1751-1836),  quatrième président des Etats Unis d'Amérique de 1809 à 1817. 

Lectrices engagées, lecteurs révoltés, il ne vous a pas échappé que des manifestants occupent Wall Street à New York City, USA au nom des 99% les moins riches de la population afin de lutter contre le pouvoir excessif du % restant.Le photographe exclusif de ce blog, le Révolté Juan Carlos HERNANDEZ les a photographiés.

 L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

calendrier-Occupy-Wall-Street.jpg

Il en a tiré un calendrier de l'an 2012 bissextile, électoral et olympique dont vous pouvez voir les images ci dessus. Ce calendrier est en vente au bénéfice exclusif du mouvement Occupy Wall Street.

Si vous aussi vous faites partie des 99% les moins riches de la population, sachez que vous bénéficiez d'un tarif réduit sur l'achat de ce calendrier jusqu'au dimanche 31 décembre 2011 inclus en entrant le code HOLIDAYSUPERSAVINGS345 lors de votre commande. Il ne vous en coûtera que 15$US plus les frais de port.

Bonne année 2012.    

Partager cet article

Repost0

Les leçons de Jazz d'Antoine Hervé à votre disposition en CD et DVD

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Sages lectrices, vertueux lecteurs, il est possible que vous receviez des cadeaux fort peu à votre goût en ce soir de Noël. Pour vous réconforter, offrez vous donc les Leçons de Jazz d'Antoine Hervé, pianiste, compositeur, chef d'orchestre photographié ci dessous par le Festif Juan Carlos HERNANDEZ.

 

Antoine Hervé

 

Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanction civiles et pénales.

 

Si vous parcourez ce blog, vous verrez que je suis un fan invertébré des Leçons de Jazz d'Antoine Hervé. Il peut nous arriver de manquer ces leçons parce que nous sommes en voyage entre Valdivostok et Tombouctou, parce que nous travaillons, nous sommes malades, nous vivons à l'année dans le pays des Rohan ou le désert de Chartreuse, parce que nous n'avons pas été attentifs au programme, parce que nous avons des enfants à garder, trop jeunes pour aller au concert ou  pour mille autres raisons valables ou non.

 

Qu'importe. Si la montagne ne vient pas à Mahomet, Mahomet ira à la montagne dit un vieux proverbe. Désormais, grâce à la magie de la technologie, il est possible d'acquérir ces Leçons de Jazz en coffret CD et DVD, de les écouter, les étudier, d'apprécier en béotien ou en connaisseur les doigtés du pianiste, l'à propos des propos du professeur, l'élégance de ses accompagnateurs, l'humour des acteurs, de bénéficier des english subtitles pour ceux qui maîtrisent mieux l'idiome d'Oscar Wilde que celui d'Alphonse Allais, bref de nous régaler à volonté à domicile ou en voyage, d'en faire profiter la nouvelle génération ainsi que l'ancienne d'ailleurs.

 

J'ai profité pour l'instant de deux leçons que j'avais déjà apprécié in vivo à Paris:

-  Wayne Shorter avec Jean Charles Richard au saxophone soprano

-  Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova avec Rolando Faria au chant.Avec des bonus dans le DVD.

 

 

L'abus des Leçons de Jazz d'Antoine Hervé est recommandé pour la santé et devrait être remboursé par la Sécurité Sociale pour ses vertus tonifiantes, reconstituantes, anti dépressives et stimulantes.

 

Voici ci dessous un extrait de la Leçon sur Jobim et la Bossa Nova. Profitez en pleinement, nuit et jour.

Produit par Antoine Hervé avec le soutien de la Fondation BNP Paribas. Distribué par Harmonia Mundi.

 


 

 

 


Partager cet article

Repost0