Lundi 21 avril 2014 1 21 /04 /Avr /2014 17:50

 

 

Antoine Berjeaut

featuring Mike Ladd

" Wasteland "

Fresh Sound Records

Sortie le lundi 28 avril 2014

Antoine Berjeaut:compositions, trompette, bugle

Mike Ladd: voix, poésie

Jozef Dumoulin: claviers

Stéphane Kerecki: contrebasse

Fabrice Moreau: batterie

Invité 

Julien Lourau: saxophone ténor (1,2, 9, 11)

 

Lectrices logiques, lecteurs rigoureux, vous avez noté que je vous ai d'abord parlé de Julien Lourau en concert avec Antoine Berjeaut puis d'Antoine Berjeaut en concert avec Julien Lourau.  Il est désormais temps de vous parler de l'album d'Antoine Berjeau avec, pour invité, Julien Lourau, " Wasteland ". 

Le casting est de feu. Chaque musicien a fait l'objet d'articles sur ce blog. C'est dire s'ils sont excellents. Avec une telle rythmique, tout est en place et tout se déplace. Certes, Jozef Dumoulin a un son plus personnel à l'orgue Hammond qu'au piano mais il est toujours unique. Un tel claviériste remplace guitariste.  Lorsque Stéphane Kerecki et Fabrice Moreau jouent ensemble, même quand ça groove d'enfer, ça ne sonne jamais lourd. Le leader, Antoine Berjeaut, s'exprime avec mesure. Il ne tire pas la couverture à lui, partageant l'avant-scène avec le flux poétique et rythmique de Mike Ladd. Je ne comprends pas un mot ce ce que dit Mike Ladd mais cela n'a pas d'importance puisque sa voix est un instrument qui coule dans le flot de cette musique. Julien Lourau vient ajouter son feu sacré sur 4 morceaux.

Parfois, ça sonne Funk, parfois Jazz. C'est à la fois Américain et Européen, Noir et Blanc, énervé et apaisé.Bref, voyager dans ce pays du gâchis, du déchet n'est une perte ni de temps ni d'argent.

Cette musique peut séduire l'amateur de Jazz qui aime écouter la musique assis dans son fauteuil comme le danseur de rue qui ne conçoit pas la musique sans l'accompagner de son propre mouvement.

De plus, l'album est cohérent avec un début, un milieu et une fin après laquelle il n'y a plus rien à dire tant elle est impérieuse.

A apprécier sur place et sur pièces, en concert:

le vendredi 16 mai 2014 à Pantin (93) à La Dynamo

le jeudi 3 juillet 2014 à Marseille (13) à l'U-percut

le vendredi 4 juillet 2014 à Vitrolles (13) au Charlie Jazz Festival

le vendredi 26 septembre 2014 à Fontenay sous Bois (94) aux Musiques au comptoir

 

Voici un exemple de ce que ce groupe donne sur scène. Au festival Jazzdor 2013. Rien à ajouter.

 

 

Par Guillaume Lagrée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 19 avril 2014 6 19 /04 /Avr /2014 09:34

 

Jazz Archive

Mezzo & INA

Daniel Humair

Special Show (1961) & Jazz Session (1972)

DVD en vente libre

 

 

Daniel Humair

La photographie de Daniel Humair est l'oeuvre du Genevois Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Daniel Humair Special Show. ORTF. 1961. Une émission de Jean-Christophe Averty.

Daniel Humair: batterie

Guy Pedersen: contrebasse

Eddy Louiss, René Urtreger, Henri Renaud: piano

Luis Fuentes: trombone

Sonny Grey: trompette

Jean-Louis Chautemps: saxophone ténor

Vedette américaine

Jackie Mac Lean: saxophone alto

 

Daniel Humair, jeune, svelte, rasé, chevelu, en costume cravate, présente son Soultet influencé par le Soul Jazz alors à la mode aux Etats Unis d'Amérique. Ce n'est pas de la copie, c'est du Daniel Humair. Humair était déjà un gastronome réputé. Il raconte qu'il a perdu un quarteron (25l) de lait en tentant de faire du fromage. Nostalgie de sa Suisse natale peut-être. En tout cas, le groupe swingue terriblement bien quel que soit le pianiste puisqu'ils se succèdent sur l'instrument. Tous les souffleurs s'en vont quant arrive Jackie Mac Lean. Mac Lean était alors accro à l'héroïne et ça se voit. Vivre tue mais la drogue accélère le processus. Pourtant Mac Lean, né en 1931, a tout de même vécu jusqu'en 2006. Il avait dû décrocher. Mac Lean a retenu de Charlie Parker la mauvaise influence (la drogue) et la bonne (le son). Quelle puissance! Quand il joue " Sister Salvation " tiré de " The Connexion " pièce qui raconte une nuit d'attente du dealer dans un appartement rempli de musiciens junkies, ça sonne vrai. Alors que lorsque Baptiste Herbin le joue avec Aldo Romano, ça sonne faux. Emotionnellement, pas techniquement bien entendu. Bref, Humair et Mac Lean plus de 50 ans après, cela reste une belle claque qui marque.

 

Daniel Humair. Jazz Session. ORTF. 13 mai 1972

Daniel Humair: batterie

Gordon Beck: clavier électrique

George Gruntz: piano, clavier électrique

Ron Mathewson: contrebasse, guitare basse électrique

Franco Ambrosetti: bugle

 

En 1972, par rapport à 1961, la chevelure de Daniel Humair s'est clairsemée mais son jeu s'est étoffé. Il utiiise des percussions, joue avec les mains nues sur sa batterie, nous sort des tours de magie sonores dont ce natif de l'an 1938 a toujours le secret en 2014. Le Jazz s'est marié avec la fée Electricité et ils ont fait de beaux enfants comme cette musique libre, poétique, très européenne ( 3 Suisses et 2 Britanniques dans ce groupe) mais qui swingue toujours. Par exemple, avec le tango revisité par Georges Gruntz. " The tango " tout simplement. Et dire que je ne connaissais que de nom Franco Ambrosetti! Quelle immense ignorance de ma part! Quelle finesse, quelle élégance dans son jeu au bugle!

 

Bref, vous l'aurez compris, lectrices audacieuses, lecteurs aventureux, en à peine plus d'une heure, le temps de 2 émissions de la télévision française en 1961 et 1972, vous voyagerez dans deux époques et deux styles du Jazz grâce au même homme, le batteur, percussionniste, compositeur, directeur musical, découvreur de talents, peintre et cuisinier Daniel Humair.Ensuite, vous irez écouter sur scène Daniel Humair car, en 2014, il est toujours viril et actif derrière ses tambours et ses cymbales, entouré de jeunes musiciens dont il pourrait être le grand-père, avide de nouveauté et de découverte.

Daniel Humair Jazz Session à l'ORTF le 13 mai 1972. Rien à ajouter.

 


 
 

 

Par Guillaume Lagrée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 18 avril 2014 5 18 /04 /Avr /2014 20:36

 

Jazz Archive

Max Roach Quintet

Paris. L'Alhambra. 1960

INA & Mezzo

Diffusé sur Mezzo le jeudi 8 mai 2014 à 20h30

DVD en vente libre

Max Roach: batterie

Bobby Boswell: contrebasse

Julian Priester: trombone

Stanley Turrentine: saxophone ténor

Tommy Turrentine: trompette

 

Lectrices studieuses, lecteurs appliqués, si vous découvrez la batterie, sachez que les autres batteurs appelaient Max Roach (1924-2007), " The Professor ". Les Etats Unis d'Amérique le récompensèrent du National Endowment for the Arts, la République française du grade de commandeur des Arts et Lettres. Il le méritait bien tant il transforma la batterie d'instrument rythmique en instrument mélodique.

Dans ce concert parisien, il est en pleine forme, entouré de musiciens solides mais la musique ne me touche pas. Je n' ai rien à en dire à part que c'est impeccable. Avec Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Sonny Rollins, Abbey Lincoln, son épouse, Max Roach ne cessera jamais de m'émerveiller et de m'émouvoir. Pas ici.

Je vous laisse juges avec un long extrait  de ce concert. Les batteurs sont vivement invités à écouter et regarder attentivement Le Professeur en action. Rien à ajouter.

 


 
Par Guillaume Lagrée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 15 avril 2014 2 15 /04 /Avr /2014 21:30

 

Les Athénéennes

Genève, Suisse

Du vendredi 2 au vendredi 9 mai 2014

 

 

 

 

Marc Perrenoud Trio. Athénéennes 2013

La photographie du trio de Marc Perrenoud a été prise lors de l'édition 2013 des Athénéennes par le Genevois Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Lectrices diplomates, lecteurs banquiers, après une dure journée de labeur à Genève, en Suisse, retrouvez vous, à partir du vendredi 2 mai 2014, au festival des Athénéennes qui vous fera vivre chaque soir deux concerts de genres différents alternés (classique, Jazz, électro) pour finir par une fête le vendredi 9 mai à partir de 22h.

Au programme, pour le Jazz, le guitariste Marc Ducret en trio, le pianiste et claviériste Bojan Z en solo, la chanteuse Elina Duni en quartet, entre autres.

Voici le trio Marc Ducret ( guitare)/ Bruno Chevillon (contrebasse)/Eric Echampard (batterie) rendant hommage à Verdi à Saint Denis (93) le 27 mai 2013. Rien à ajouter.

 


 
Par Guillaume Lagrée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 14 avril 2014 1 14 /04 /Avr /2014 19:25

 

New Jazz New Orleans

Un projet de reportage radiophonique par Dr Arthur & Black Trombone

 

Lectrices dynamiques, lecteurs aventureux, vous savez que ce blog soutient la jeunesse pervertie par le Jazz.

En voici un nouvel exemple.

Dr Arthur dit Arthur Deligne (22 ans), mélomane et Black Trombone dit Thomas Bouïssaguet (25 ans), tromboniste, sont tous deux étudiants en journalisme à l'iHECS (Institut des Hautes Etudes en Communications Sociales) à Bruxelles en Belgique.

Leur projet de reportage radiophonique est le suivant:

aller à La Nouvelle Orléans, en Louisiane, aux Etats Unis d'Amérique, étudier sur pièces et sur place comment une ville envahie par les eaux à 80% en 2005 suite au passage de l'ouragan Katrina se reconstruit grâce à la musique et aux musiciens. Ils en ramèneront un reportage radiophonique qui sera leur mémoire de fin d'études.

Ces étudiants là ne sont pas des fils à papa. Ils ne sont pas gigolos non plus. Ils ont donc besoin d'argent pour réaliser leur projet.

C'est ici que les Jazz Freaks comme vous et moi, lectrices dynamiques, lecteurs aventureux, peuvent leur venir en aide.

Il leur faut 1500€ d'ici le 1er mai 2014 pour financer leurs billets d'avion de Bruxelles à La Nouvelle Orléans.S'ils obtiennent plus, ils ne seront pas obligés, en plus de leur reportage, de faire la plonge dans les restaurants du Quartier Français (French Quarter pour les anglophones), de guider des brebis égarées dans cette antre du vice, de servir à boire dans les clubs ce qui les gênerait pour écouter la musique sans parler d'activités illicites et immorales que la morale et la décence m'empêchent de nommer ici.

Pour cela, c'est très simple. Comme pour "  Médo(s) " le film sur Médéric Collignon par Josselin Carré, il vous suffit de verser  de 1 € à autant que vous voulez sur KissKissBankBank pour les aider à réaliser leur projet.

Que la Conjuration des imbéciles ne les abatte point! Que les mânes de Louis Armstrong et Jelly Roll Morton guident leurs pas en Louisiane! Que les dieux et les muses protègent Dr Arthur et Black Trombone!

Lady Day et Pops interprètent " Do You know what it means to miss New Orleans ? ". Thomas et Arthur n'auront le droit de chanter cette chanson qu'une fois leur reportage bouclé. Rien à ajouter.  

 


 
 

 

 

Par Guillaume Lagrée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : Le blog de Guillaume Lagrée
  • : Le graphisme du bandeau est l'oeuvre de la Généreuse Elisabeth Fuhrer: fuhrer.elisabeth@orange.fr Les photographies publiées sur ce blog sont l'oeuvre de Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de ces photographies sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de poursuites judiciaires civiles et pénales:http://juancarloshernandezjazzphotographer.blogspot.com
  • Le blog de Guillaume Lagrée
  • : Musique Jazz Concerts Albums Improvisation Musique
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
  • : 04/07/2009

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés