Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autorisez les contrebasses dans les trains français

Publié le par Guillaume Lagrée

Omer Avital par Juan Carlos HERNANDEZ

Omer Avital par Juan Carlos HERNANDEZ

Bienvenue au 67e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

 

Lectrices contre, lecteurs bassistes, je tiens à vous signaler une pétition destinée à la SNCF.

 

Autorisez les contrebasses dans les trains français !

En effet, en France, dans un train, vous pouvez monter avec une valise, un sac à dos, une poussette, une bicyclette, un vélocipède, une planche de surf, une paire de skis mais pas avec une contrebasse. La liste des objets autorisés aux voyageurs dans les trains français est limitative et ne comprend pas la contrebasse. La contrebasse n'étant pas dans la liste des objets autorisés, elle est par conséquent interdite dans les trains français.

Les contrebassistes voyageant en train sont  obligés de veiller sur leur instrument en permanence sous peine d'une amende de 150€. Sachant qu'il s'agit d'un instrument de musique donc d'un outil de travail.  Un vélo ou une planche de surf peut aussi être un outil de travail. La contrebasse ne prend pas plus de place. Cette interdiction est donc absurde. 

J'ai signé cette pétition et vous invite à le faire, lectrices contre, lecteurs bassistes.

Une preuve qu'une contrebasse peut vous faire voyager très loin, c'est l'Orchestre de contrebasses, jouant " Week end à Deauville " dans la vidéo sous cet article.

Imaginez, lectrices contre, lecteurs  bassistes, que chaque musicien ait pris le train de Paris gare Saint Lazare à la gare de Trouville-Deauville pour aller jouer le morceau sur place. 2h07 de trajet par le train direct. De 32€ en seconde à 45€ en 1ère pour un aller simple. Chacun risque donc une amende de 150€ pour aller jouer de la musique en emmenant son instrument dans le train. 6 musiciens + 6 contrebasses = 900€ d'amende. Pour aller faire son travail. Même tarif au voyage retour soit 1 800€ d'amende au total juste pour aller jouer de la musique. Absurde, non?

Pour mieux saisir l'importance primordiale de la contrebasse dans la rythmique du Jazz (piano, contrebasse, batterie, le plus souvent), lisez l'article " Contrebasse " dans " Le nouveau dictionnaire du Jazz ", ouvrage indispensable dans votre bibliothèque, lectrices contre, lecteurs bassistes. 

 

 

La photographie d'Omer Avital, contrebassiste, est l'oeuvre du Vertueux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article
Repost0

Le meilleur du Jazz en 2022

Publié le par Guillaume Lagrée

Martial Solal par Juan Carlos HERNANDEZ

Martial Solal par Juan Carlos HERNANDEZ

 

Bienvenue aux 65e et 66e abonnés de ce blog.

Que les Dieux et les Muses les protègent!

 

Lectrices sélectives, lecteurs exigeants, c'est en totale subjectivité que je vous propose, extraite de ce blog,  la sélection suivante d'albums de Jazz sortis en 2022, mes coups de coeur de l'année passée. 

I. Album de l'année:

Anteloper " Pink Dolphins ". Les Dieux savent que je me méfie du mélange du Jazz et de l'électronique. Trop souvent à mon goût la machine écrase l'être humain et c'est l'histoire que raconte l'être humain qui m'intéresse avant tout. Rien de cela avec ce duo homme-femme made in USA. Cf vidéo sous cet article. 

II. Album instrumental et album en concert de l'année:

le dernier album en piano solo de Martial Solal " Live in Ottobrunn ". Cf photographie et extrait audio au dessus de cet article. Que serait le solo de Jazz sans Solal Martial? Né en 1927, il ne joue plus mais compose encore et son oeuvre demeure. Le pianiste le plus présent dans ma discothèque, en toute subjectivité. 

III. Album orchestral de l'année:

Olivier Calmel Double Celli " Métamorphoses ". Le raffinement n'exclue pas l'énergie. La musique contemporaine n'exclue pas le Jazz. Un ensemble à cordes avec piano et batterie. Des compositions qui sont vraiment personnelles. Des hommages aux Maîtres (Prokofiev, Stravinsky, Ligety, Bartok) et au Père, Roger Calmel, sans jamais les imiter. Bref, tout est juste et bon dans ces Métamorphoses. Album savouré sur scène à Paris, au Studio de l'Ermitage, en mars 2022.

IV. Découverte de l'année:

 le contrebassiste franco-brésilien, domicilié à New York, USA, Gui Duvignau pour son album " Baden ". Hommage au guitariste brésilien Baden Powell lui même nommé en hommage au général anglais Baden Powell, père fondateur du scoutisme. Du miel pour les oreilles. Espérons qu'il joue en concert en France en 2023.

V. Danse de l'année:

Minino Garay " Speaking Tango ". Beaucoup plus caliente sur scène évidemment. 

Vu deux fois en concert à Paris en 2022. Au Sunside en mars. Au New Morning  en octobre. En attendant de les retrouver sur scène en 2023 entraînez vous à danser, chanter, parler, écouter le Tango avec l'album " Speaking Tango " de Minino Garay, lectrices sélectives, lecteurs exigeants. 

 

La photographie de Martial Solal est l'oeuvre du Pianissimo Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article
Repost0

Fela: Rébellion Afro Beat. L'exposition à la Cité de la Musique

Publié le par Guillaume Lagrée

FELA 

Rébellion Afro Beat

Cité de la Musique

Paris, Ile de France, France

Exposition visible et audible jusqu'au dimanche 11 juin 2023 inclus.

Fermée le lundi.

 

Bienvenue au 64e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

 

Lectrices Rebelles, lecteurs Afro, voici mes impressions après une première visite de l'exposition " Fela. Rébellion Afro Beat " à la Cité de la Musique à Paris en France. En compagnie d'un ami fidèle abonné de ce blog, M.N,  bilingue Français Yoruba puisqu'il est natif du Bénin, a vécu à Lagos, Nigéria dans les années 1970 et y a rencontré Fela. Ses impressions feront l'objet d'une deuxième visite et d'un deuxième article car cette exposition est pour lui une cure de jouvence, d'énergie et de liberté. 

Fela ne sort pas des bidonvilles de Lagos. Son grand-père paternel était un pasteur anglican, le premier à enregistrer des cantiques chrétiens sur des airs yoruba à Londres en 1922. Son père était professeur et directeur du syndicat des professeurs du Nigéria. Sa mère était une militante des droits de l'homme et de la femme, reconnue nationalement et internationalement. Son éducation politique fut donc précoce. 

Fela (1938-1997) a suivi des cours de musique au Trinity College de Londres au début des années 1960: piano, trompette, saxophone. Les instruments du Jazz. C'est à Londres qu'il a découvert Miles Davis, John Coltrane, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, bref le Jazz moderne qui n'était pas diffusé dans la colonie britannique du Nigeria (indépendance proclamée le 1er octobre 1960). " C'est après avoir été exposé à tout ça (à Londres) que j'ai commence à utiliser le Jazz comme un tremplin pour faire de la musique africaine " (Fela). 

Jeune, avec les joues rondes, Fela ressemble beaucoup au boxeur et militant américain Mohamed Ali. C'est d'ailleurs aux Etats Unis d'Amérique, à la fin des années 1960, que Fela complète son éducation politique avec le mouvement des Black Panthers. Ses poings tendus vers le ciel dans ses concerts viennent de là. Faute de visa de travail, il ne peut pas jouer en Amérique sauf à La Citadelle d'Haïti, la boite noire de Los Angeles. Je l'ai fait remarquer à une visiteuse haïtienne. Elle en parlera à son père qui a vécu aux Etats Unis dans sa jeunesse. 

Pour se faire connaître, Fela achetait des encarts publicitaires dans les deux grands quotidiens du Nigéria, The Punch & The  Daily Times. En plus d'annoncer ses concerts, il faisait passer des messages politiques. Fela est surnommé " The Black President " alors qu'il n'a jamais pu se présenter comme candidat à l'élection présidentielle au Nigéria. Sa parole était plus écoutée de la jeunesse que celle des dirigeants officiels. Ne pouvant créer un parti politique, il créa un mouvement de jeunesse, les Young African Pioneers. 

Fela changea son nom pour l'africaniser. De Fela Ransome Kuti il devint Fela Anikulapo Kuti (" celui qui porte la mort dans sa poche " ), nom qui va bien avec son slogan " Music is the weapon of the future " (" La musique est l'arme de l'avenir "). A son domicile, il créa la Kalakuta Republic, république auto proclamée qui échappait de fait aux lois du Nigéria, spécialement à la loi martiale en pleine dictature militaire. 

Quant aux militaires, il leur règle leur compte dans plusieurs chansons dont " Zombie " où il se moque de leur façon de marcher, en obéissant à des ordres, comme des zombies justement ( tournez à droite, tournez à gauche, présentez armes, repos etc). 

" Ma musique n'est pas là pour le divertissement. Elle est là  pour diffuser un message " (Fela). Le même point de vue qu'Art Blakey & ses Jazz messengers ( " Nous aurons toujours les moyens de détruire les murs de brique qu'ils construisent devant nous ". Art Blakey). 

Après Dakar au Sénégal en 1966 (Duke Ellington était présent et y fut enregistré), Lagos au Nigéria accueillit en 1977 le 2e festival Panafricain des Arts. Fela créa un contre festival, tourné vers le peuple et non pas vers les officiels, où vinrent jouer Stevie Wonder, Archie Shepp, Sun Ra et son Arkestra et l'Art ensemble of Chicago. Une semaine après la fin du festival, une fois les stars américaines parties, militaires et policiers nigérians, entrèrent dans la maison de Fela, nommé Kalakuta Republic, frappèrent les hommes, frappèrent et violèrent les femmes, jetèrent par la fenêtre du 1er étage Fenminayo Kuti, la mère de Fela, militante politique et syndicale de renommée internationale. Sa hanche fut déboitée et elle en mourut. En 1978, les mêmes policiers et militaires profitèrent d'une tournée en Europe de Fela pour brûler sa maison. Le coupable ne fut jamais retrouvé. C'était l'oeuvre d'un Soldat inconnu. D'où la chanson " Unknown soldier " (1979) de Fela. 

En plus de sa maison République indépendante , Fela disposait aussi de sa salle de concerts à Lagos: lieu de musique, de prière et de militantisme politique, l'Afrika Shrine (Le Sanctuaire Africain). Depuis la mort de Fela a été ouvert à Lagos, le New Afrika Shrine, qui célèbre la mémoire de Fela et permet à la jeune scène nigériane de jouer. Images et vidéos de l'ancien et du nouveau Shrine figurent dans l'exposition. 

" J'étais le bassiste de James Brown et je faisais partie des JB's. Je croyais jouer dans le groupe le plus funky au monde. Puis Fela nous a invité chez lui, à Lagos, au Shrine, pour un concert de son groupe Afrika 70. Nous sommes entrés dans la salle. Dès que l'orchestre a commencé à jouer, j'ai compris mon erreur. Le groupe le plus funky au monde, ce n'était pas nous. C'était eux. " (Bootsy Collins). 

Comme l'exposition est pout tout public, elle n'explique pas un fait qui saute aux yeux et aux oreilles en regardant et écoutant Fela. L'importance du Sexe dans sa vie. Il épousa ses 27 choristes en danseuses dans une cérémonie polygame africaine en 1977. Ne prenant pas de précaution, il est mort du SIDA. Le fait ne fut pas nié longtemps car ses frères médecins l'expliquèrent à la télévision nigériane, en profitant pour donner une leçon d'éducation sexuelle à la population. La musique de Fela a un rythme implacable qui dure, dure, dure. Parfaite pour la pratique de tout sport d'endurance et l'activité sexuelle aussi. 

Anti colonialiste, Fela n'était pas féministe. La preuve, il était polygame. Des dizaines de femmes vivaient à son service , chantant, dansant, cuisinant, faisant les courses, le ménage et partageant son lit à tour de rôle. Certaines par dépendance économique, d'autres par fascination pour le personnage. 

L'afro centrisme de Fela se manifeste par son nom, ses discours, ses lectures et ses tenues vestimentaires. Belle collection dans l'exposition de tenues de scène et de slips made in NIgeria. Fela était mince contrairement à la tradition africaine qui veut qu'un homme riche soit gros puisqu'il peut manger plus qu'à sa faim. Le slip lui permettait de montrer son corps svelte et les traces des coups reçus des policiers et militaires nigérians. L'exhibition de son corps était donc une mise en cause du régime de dictature militaire alors en place au Nigéria. En plus d'un objet sexuel pour ses admiratrices. 

Par principe, Fela n'était pas d'accord avec le régime en place au Nigéria, pays le plus peuplé et le plus riche d'Afrique. " No agreement today, no agreement tomorrow " (Pas d'accord aujourd'hui. Pas d'accord demain). Cf extrait audio au dessus de cet article. 

Après les années 1970 en Afrique (Nigeria, Ghana, Cameroun), Fela joua de plus en plus en Europe dans les années 1980. Le groupe Afrika 70 devint Egypt 80 avec un son plus symphonique. Quand un critique reprocha à Fela de jouer des chansons de 30mn, il répondit: " Reprochez vous à Beethoven d'avoir écrit des symphonies trop longues? ".

Plein d'autres merveilles visuelles et sonores sont à découvrir dans l'exposition " Fela. Rébellion Afro Beat " à la Cité de la Musique, à Paris, en France, jusqu'au dimanche 11 juin 2023.

La vidéo sous cet article a été enregistrée au Berlin Jazz Festival (RFA), édition 1978. Cette édition ne comprend pas le discours politique de Fela qui introduit le concert et la chanson " Pansa Pansa ". Un titre qui n'est pas du yoruba mais du " broken english ", l'anglais des rues de Lagos. Votre traduction est la bienvenue, lectrices Rebelles, lecteurs Afro. Selon les principes établis par les grands orchestres de Jazz ( Le Monde a commencé par un Big Band!), les musiciens portent tous la même tenue sauf le chef qui se distingue. A voir et écouter en entier, sur grand écran, avec sous-titres en français dans l'exposition " Fela. Rébellion Afro Beat " à la Cité de la Musique, à Paris, Ile de France, France, jusqu'au dimanche 11 juin 2023.

Partager cet article
Repost0

Sélection de concerts de Jazz pour janvier 2023

Publié le par Guillaume Lagrée

Michel Portal par Juan Carlos HERNANDEZ

Michel Portal par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices vénérées, lecteurs vénérables, fidèles abonnés au Jazz et à l'électricité, tous mes voeux de santé et de prospérité pour 2023. Que les Dieux et les Muses vous protègent!

Armé de mauvaise foi et de partialité, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz pour janvier 2023.

Pour une sélection plus complète sur Paris et l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez l'agenda de Jazz Magazine

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas sortir de chez vous, plusieurs solutions s'offrent à vous:

- Ecouter les concerts sur France Musique avec les émissions Jazz Club  et Jazz sur le Vif (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live.

- Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio.  Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez au centre de l'écran sur Ecouter le live radio et le programme démarre. Mon émission Le jars jase jazz est consacrée à l'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles  sous le titre générique Détours de France. La France à la lumière du Jazz. Diffusion chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) . En janvier 2023, 26e épisode avec 9  diffusions: lundi 2, 9, 16, 23 & 30 janvier à 22h; vendredi 6, 13, 20 & 27 janvier à 12h. Pas de podcast. Au programme, le Jazz d'aujourd'hui avec Le trio d'en bas, Alex StuartDAG,Michel & Dexter Goldberg, le Doumka Clarinet Ensemble & Youval Micemacher, Sylvaine HélaryChristophe Laborde, Lalo Zanelli, Martial Solal & Manu Codjia.  Individus tous très favorablement connus de nos services. Cf extrait audio au dessus de cet article. 

Le  podcast de l' émission de juin 2022 en 2 parties sur France Culture,   " Une histoire particulière " consacrée à Dizzy Gillespie Président reste disponible.  Avec la participation de Guillaume Lagrée, l'Excellent auteur de ce blog

- Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour,  les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.  

Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor français maintes fois célébré sur ce blog, programme un concert chaque mercredi à 19h30 (heure de New York) au Bar Bayeux à New York.

Mercredi 4 janvier :: Jaleel Shaw Trio (Dezron Douglas, E.J. Strickland)
Mercredi 11 janvier :: Jon Gordon Quartet (Max Light, Marcos Varela, Jay Sawyer)
Mercredi 18 janvier: Spike Wilner Trio (Paul Gill, Anthony Pinciotti)
Mercredi 25:janvier: Troy Roberts Quartet (Jerome Sabbagh, Hamish Smith, Gary Kerkezou)

Vous pouvez assister aux concerts sur Internet en direct puis en différé et verser une libre contribution au Bar Bayeux pour que la musique continue. 

A New York, USA, festival French Quarter du jeudi 12 au lundi 16 janvier 2023 pour promouvoir le Jazz français en Amérique du Nord.

A Paris, à la Philarmonie, jusqu'au dimanche 11 juin 2023, exposition sur Fela Anikulapo Kuti. Rébellion Afro Beat. " La musique est l'arme du futur " (Fela Anikulapo Kuti. 1938-1997).

A Paris, du mardi 24 janvier au samedi 11 février 2023, 16e festival Au fil des voix consacré aux chants du monde dont le Jazz.

En Ile de France, dans le Val de Marne et à Paris, festival Sons d'hiver du vendredi 27 janvier au samedi 18 février avec du Jazz mais pas seulement.

Lundi 2 janvier, 20h30, Paris, Le Café Laurent: Deborah Tanguy& Rémi Decormeille. Classieux. Entrée libre.

Mardi 3 janvier, 19h30, Paris, Le Sunside: Jazz à la bougie avec Pierre de Bethmann. Pas d'électricité pour du Jazz durable. 

Jeudi 5 janvier, 20h, Paris, Le Barbizon: Dîner concert avec Jim Funnell's Word out, pianiste célébré sur ce blog.

Vendredi 6 janvier, 19h & 21h30, Paris, le 38 Riv: Peaks pour son album " A deep color " célébré sur ce blog. 

Samedi 7 janvier, 20h30, Vincennes (94), Espace Sorano: Arnaud Dolmen Adjusting 4tet. Victoire du Jazz 2022. 

Dimanche 8 janvier, 20h, Paris, La Rhumerie: William Chabbey trio. Groovy. Entrée libre.

Jeudi 12 janvier, 20h30, Paris, Cinéma l'Epée du bois, Ciné concert Les pionnières du cinéma. Isabelle Olivier (harpe) & Tom Olivier Beuf (accordéon) accompagneront les courts métrages muets des pionnières du cinéma: les Citoyennes Alice Guy, Mabel Normand & Mary Ellen Butte.

Vendredi 13 janvier, 20h, Bayonne (64), Scène Nationale du Sud Aquitain: l'Orchestre National de Jazz joue " Dracula " spectacle musical pour petites et grandes oreilles acclamé sur ce blog. 

Samedi 14 janvier:

- 19h30, Paris, Maison de la Radio, Studio 104: Sarah Murcia Eyeballing & Bruno Angelini Open Land. 2 concerts pour le prix d'un. Enregistré par France Musique

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Henri Texier 5tet. Le barde breton de la contrebasse. 

- 20h & 22h, Paris, Le Sunset: Ronnie Burrage 4tet avec Chico Freeman. Un souffle de liberté.


- 21h, Conflans Sainte Honorine (78), Conservatoire Georges Gershwin: Gary Brunton Trio déjà célébré sur ce blog.

Dimanche 15 janvier:

- 15h & 17h, Paris, Le Sunside: Jazz et goûter fête Ella Fitzgerald avec Ellinoa (chant) & Leila Olivesi (piano). Pour que les enfants fassent découvrir à leurs parents Ella Fitzgerald sous prétexte d'un goûter pour ces gourmands. Ella, elle l'a!

- 16h, Saumur (49), théâtre Le Dôme:  l'Orchestre National de Jazz joue " Dracula " spectacle musical pour petites et grandes oreilles acclamé sur ce blog. 

 17h, Montreuil (93): Quiet Men, quartet célébré sur ce blog. Concert privé sur réservation.

Vendredi 20 janvier, 21h, Paris, Le Baiser Salé: Noé Reinhardt trio. Jazz manouche mais pas seulement. Cf vidéo sous cet article. 

Samedi 21 janvier:

- 19h, Paris, La Scala: Michel Portal MP85. Michel Portal a 85 ans et il crée toujours. Cf photographie au dessus de cet article.

- 20h30, Paris, Le Sunside: Géraldine Laurent invite Médéric Collignon

Mardi 24 janvier, 21h30, Paris, Le Sunside: Neil Saidi & Noe Codjia 5tet. Be Bop Straight no chaser!

Jeudi 26 janvier, 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Benoît Delbecq et les Multiplexers. Ouvrez grand vos cerveaux!

Vendredi 27 janvier:

- 20h, Paris, Le Bal Blomet: Feet. Une histoire des danses Jazz. Parce que le Jazz est d'abord une musique de danse. 

- 20h30, Paris, le Sunset: Donarier, Cuisinier, Jarret. Le trio " Harpa ". Libérez vos esprits!

- 20h45, Fontenay sous Bois (94), Le Comptoir: Bruno Angelini trio. Dîner concert. 

Samedi 28 janvier:

- 20h, Paris, le Sunset: Panzani, Lucchini, Schorp. Trio sans piano. Du sax, du sax, oui mais du Panzani!

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Christophe Marguet 4tet. Poétique.

Dimanche 29 janvier:

 - 15h & 17h, Paris, Le Sunset: Jazz et goûter fête l'Afrique avec Charlotte Wassy (chant). Pour que les enfants fassent découvrir à leurs parents le Jazz et l'Afrique sous prétexte d'un goûter pour ces gourmands. L'Afrique, c'est chic!

- 17h, Paris, Musée du Quai Branly: Nouvo Lokans, concert de Gwo Ka de Guadeloupe, genre musical classé au patrimoine mondial immatériel de l'humanité par l'UNESCO, avec la génération nouvelle (Sonny Troupé, Arnaud Dolmen, Sylvain Joseph) et celle de ses pères (Christian Laviso, Mano Falla). 

Lundi 30 janvier, 19h30, 21h & 22h30, Paris, Le Duc des Lombards: Abraham Reunion & Arnaud Dolmen. Le présent et l'avenir du Jazz caribéen. Entrée libre. 

La photographie de Michel Portal est l'oeuvre du Lyrique Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article
Repost0

Martial Solal " Live in Ottobrunn "

Publié le par Guillaume Lagrée

Martial SOLAL par Juan Carlos HERNANDEZ

Martial SOLAL par Juan Carlos HERNANDEZ

Martial SOLAL

" Live in Ottobrunn "

GLMMusic. 2022.

Enregistré en concert à Munich, Bavière, RFA, le 14 décembre 2018  durant

le 5e Klavier Festival et le Jazz Piano Marathon  au sein des " Ottobrunner Konzerte "

Martial Solal: piano

Lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, cela fait 70 ans que vous vous régalez des grandes délices musicales créées par le pianiste, compositeur et chef d'orchestre français Martial Solal.

Né à Alger en 1927, il donna son dernier concert à Paris, salle Gaveau, en solo, le 23 janvier 2019. J'y étais et l'enregistrement a été publié sous forme d'un album " Coming Yesterday " célébré sur ce blog.

Avec un artiste à la production aussi riche, le public émerveillé en demande toujours Encore.

Un Encore le voici avec cet autre concert solo enregistré un mois avant celui de Paris, salle Gaveau, à Munich, Bavière, RFA, le 14 décembre 2018. C'est tellement un Encore qu'il y en a plus encore car il s'agit d'un double album et de 94mn et 7 secondes de piano seul face à Martial Solal alors que l'enregistrement de Gaveau est plus court (album simple). 

Le crocodile est un animal redoutable. 88 touches qui sont autant de dents prêtes à mordre l'interprète maladroit. Plus encore quand il s'agit d'un piano Paulello joué par un admirateur de Martial Solal, Marc Benham. . 

Avec Martial Solal, le crocodile a trouvé son Maître. Il lui obéit et produit des sons dont personne d'autre n'aurait eu l'idée. A 91 ans, il n'a rien perdu de sa maîtrise de l'instrument. Un défi pour la Science et l'Art. Même sur un standard éculé, rabâché comme " Tea for two "  (CD1, N°3) qui enchanta l'adolescence de Martial Solal à Alger quand l'arrivée des armées alliées en 1943 le libéra du Statut des Juifs du régime de Vichy. Savourez ce qu'il en fait jusqu'au bout avec cet envol final.

Ce blog vous a déjà chanté les louanges d'un précédent concert allemand de Martial Solal en solo " My one and only love " enregistré en novembre 2017. Vous en trouverez une autre version, la même mais différente, pour clore ce concert de 2018 (CD2, n°15), lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs. Cf vidéo sous cet article.

Martial Solal reste uni dans sa diversité. Y compris sur ses compositions. Comme " Coming Yesterday " (CD2, N°10) qui donne son titre à l'album enregistré en concert à Gaveau, un mois après celui-ci. Ce mélange plus que parfait du passé, du présent et de l'avenir de piano se retrouve aussi dans sa composition " Histoire de Blues "  (CD1, n°2). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Vous l'aurez compris, lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, pour assouvir votre soif inextinguible de musique fraîche, abreuvez vous de nouveau à la source de Martial Solal avec cet album en piano solo " Live in Ottobrunn ". 

Si vous êtes pianiste et que Martial Solal constitue une de vos influences majeures, faites comme les pianistes qui témoignent dans le livret de cet album (Frank Amsallem, Jean-Michel Pilc, Manuel Rocheman...), écrivez votre témoignage à info@musicjustmusic.com

La photographie de Martial Solal est l'oeuvre de l'Esthète Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article
Repost0

" A deep color " Peaks

Publié le par Guillaume Lagrée

Peaks

" A deep color "

Segram. 2022

En concert

à Paris, au 38 Riv, le vendredi 6 janvier 2023

à Roissy-en-France (95) , à l'Orangerie, le mardi 7 mars 2023

 

Peaks est composé de 

Florian Marques: saxophone ténor, direction, compositions saut N°7

Arthur Henn: contrebasse

Florent Souchet: guitare électrique

Corentin Rio: batterie

 

Lectrices  réalisatrices, lecteurs acteurs, les allusions subtiles de Florian Marques ne peuvent vous échapper. Le nom du groupe " Peaks " est évidemment une allusion à " Twin Peaks " la série TV de David Lynch. Impression confirmée par le titre de l'album " A deep color " qui est  l'anagramme de Dale Cooper, le personnage principal de la série.

Si, comme moi, vous n'avez plus de télévision depuis 1993, vous serez quand même plongé dans cette ambiance étrange du début jusqu'à la fin de l'album. Ca commence tout de suite en douceur avec " A simple thing " (1) . Ca se poursuit avec le journal d'un chat gras. " A fat cat's diary " (2). Cf vidéo sous cet article. Même gras, un chat reste un chat. Souple, lent mais capable d'accélérations soudaines, adroit. Cette vitesse silencieuse, qualité reconnue aux chats, aux grands joueurs de tennis (Pete Sampras, Roger Federer) et aux grands musiciens de Jazz, ces saxophonistes qui jouent vite alors que leurs doigts ne semblent pas bouger sur l'instrument (John Coltrane, Charlie Parker, Dave Liebman, Wayne Shorter).

S'ensuit un morceau plus énervé avec la dame du journal, " The log Lady " (3). Respectant la règle de l'alternance, le quartet joue ensuite une superbe ballade amoureuse " S and L " (4) . 

Florian Marques a des racines pyrénéennes comme son nom l'indique. La maison de production de l'album Segram est basée à Ozenx-Montestrucq (64), région Nouvelle-Aquitaine, bref en Béarn. Qui dit Pyrénées dit Neige. L'album est sorti le 25 novembre avec les premiers flocons. Il se termine sur une ballade ouatée " Snow " (8) avec un sax ténor qui fait tomber les notes comme des flocons de neige, justement. 

Entre ambiance urbaine et rurale, acoustique (4 musiciens sur 5) et électrique (la guitare de Florent Souchet), sans oublier les racines du Jazz, le Blues (2) et le Swing (7), l'album " A deep color " de PEAKS vous procurera des sensations et des émotions variées, lectrices réalisatrices, lecteurs acteurs.

A savourer en direct, sans trucage, sur scène, en Ile de France, à Paris, au 38 Riv, le vendredi 6 janvier 2023 et à Roissy-en-France (95), à l'Orangerie, le mardi 7 mars 2023. Si vous voulez les écouter plus près de chez vous, invitez les, lectrices réalisatrices, lecteurs acteurs.

 

Partager cet article
Repost0

Le Christian Brenner Quartet chauffe le Café Laurent

Publié le par Guillaume Lagrée

Christian Brenner Quartet

Le Café Laurent

Paris, Ile de France, France

Samedi 26 novembre 2022, 21h

 

Christian Brenner : piano

Bruno Schorp : contrebasse

Frédéric Delestré : batterie

Sylvain Beuf : saxophone ténor

 

« I remember You ». Batteur aux balais. Ballade tranquille. Le quartet attaque sans prévenir. Son chaud et viril du sax ténor. Des réminiscences de Stan Getz dans le jeu de Sylvain Beuf mais sans copie. Batteur aux baguettes. Qu’il est bon d’écouter un saxophone sans microphone ! Ca sonne plus chaud, plus vrai. Solo de piano en douceur. Christian Brenner chatouille bien son clavier. Solo de contrebasse bien grave et souple, finement haché par le pianiste et le batteur aux baguettes.

Une composition de Jimmy Rowles dont le titre m’échappe. Une ballade. Batteur aux baguettes. Ca roule tranquille.

Le quartet repart sur un rythme un peu plus soutenu. Batteur aux balais. Ca sonne Cool Jazz. Ca percute plus. Ils sont passés au hard bop sans changer de couleur. Echanges rythmés entre sax et batterie.

Une ballade dont le titre m’échappe alors que je reconnais le thème. Batteur aux balais. Il passe aux baguettes mais ça reste tranquille. Cool Jazz, Solo de sax sans accompagnement pour finir. Grande classe.

Un autre standard dont le titre m’échappe. Batteur aux baguettes. Ca balance tranquille. Toujours aussi Cool Jazz. Solo de piano tout en finesse, perlé, ponctué par la contrebasse et la batterie. Ca attaque plus. Le sax ténor mord franchement. Beau solo de contrebasse délicatement soutenu puis le quartette repart majestueusement.

PAUSE

Ca repart tranquille. Batteur aux balais. Gros son du sax ténor. « How deep is the Ocean ».  Standard que chantait Chet Baker. Ca déroule tranquille. Solo de contrebasse en souplesse bien malaxé par le batteur aux balais et ponctué par le pianiste.

Ca repart aux balais sur un tempo plus rapide. Batteur aux balais. Très cool. « All the things You are ». La musique nous brosse dans le sens du poil. Jolis breaks de batterie aux balais. En finesse sur les tambours.

Un autre standard dont le titre m’échappe. Du Brésil. Une Bossa Nova. Le batteur reste aux balais.

Un standard du Jazz. Batteur aux balais. Dans l’esprit Cool Jazz. Bons échanges entre saxophone et batteur aux baguettes. C’est énergique. Sylvain Beuf est chaud patate. Il n’a pas besoin d’amplification pour projeter le son de son saxophone ténor.

« I fall in love too easily ». Là encore, j’entends la voix de Chet Baker derrière le son chaud du sax ténor. Batteur aux balais. C’est soyeux. Ca tient chaud au cœur et à l’âme. Solo inspiré, particulièrement inspiré du sax ténor. La rythmique joue mezzo voce pour l’accompagner dans sa lente glissade vers le final.

« Well You needn’t » (TS Monk). Retour au Be Bop. Ca attaque sec. Batteur aux baguettes. Christian Brenner ne joue pas du piano comme Thelonious Monk mais il ornemente le thème en swinguant. Bruno Schorp enchaîne toujours aussi véloce et précis avec des breaks de Frédéric Delestré aux balais.

 

M. Besim Petrela, directeur du Tirana International Jazz Festival, m’avait accueilli comme un Président en septembre dernier en Albanie. Il est de passage à Paris. Il a apprécié le décor et l’ambiance du Café Laurent, le sens du service du barman Flavien (« So Sweet » comme disent ses admiratrices américaines), l’absence de microphone et la qualité de la musique. Il reviendra.

 

Partager cet article
Repost0

Sélection de concerts de Jazz pour décembre 2022

Publié le par Guillaume Lagrée

Samuel Blaser Trio par Juan Carlos HERNANDEZ

Samuel Blaser Trio par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, armé de partialité et de mauvaise foi, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz pour le mois de décembre 2022. 

Pour une sélection plus complète sur Paris et l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez l'agenda de Jazz Magazine

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas sortir de chez vous, plusieurs solutions s'offrent à vous:

- Ecouter les concerts sur France Musique avec les émissions Jazz Club  et Jazz sur le Vif (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live.

- Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio.  Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez au centre de l'écran sur Ecouter le live radio et le programme démarre. Mon émission Le jars jase jazz est consacrée à l'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles  sous le titre générique Détours de France. La France à la lumière du Jazz. Diffusion chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) . En décembre 2022, 25e épisode avec 9  diffusions: lundi 5, 12, 19 & 26 décembre à 22h; vendredi 2, 9, 16, 23 & 30 décembre à 12h. Pas de podcast. Au programme, le Jazz d'aujourd'hui avec Pierrick Pédron, Thibault Gomez, Pierre Durand & Sylvain Cathala, Matthieu Marthouret, Martial Solal, Bruno Angelini, Jim Funnell & Magic Malik.  Individus tous très favorablement connus de nos services. Cf extrait audio au dessus de cet article. 

Le  podcast de l' émission de juin 2022 en 2 parties sur France Culture,   " Une histoire particulière " consacrée à Dizzy Gillespie Président reste disponible.  Avec la participation de Guillaume Lagrée, l'Excellent auteur de ce blog

- Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour,  les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.  

Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor français maintes fois célébré sur ce blog, programme un concert chaque mercredi à 19h30 (heure de New York) au Bar Bayeux à New York.

Mercredi 7 décembre: Randal Despommier Quartet (Randal Despommier, Jason Yeager, Aaron Holthus, Rodrigo Recabarren)
Mercredi 14 décembre: Noah Gershwin Trio (Ben Street, Billy Hart)
Mercredi 21 décembre: Greg Tuohey Group (Isaac Wilson, Mike Harmon, JK Kim)
Mercredi 28 décembre: Marc Copland Trio (John Hebert, Mark Ferber)

En Ile de France, dans le Val d'Oise, 26e festival Jazz au fil de l'Oise jusqu'au samedi 10 décembre 2022. Programmé par Mathias Levy, violoniste célébré sur ce blog.

A Paris, festival Jazzycolors du jeudi 3 novembre au samedi 3 décembre 2022. Programme concocté par le pianiste Bojan Z. Venez découvrir le Jazz du monde entier. Cette année, l'Ukraine sera représentée. Pas la Russie. 

A Paris, à la Philarmonie, jusqu'au dimanche 11 juin 2023, exposition sur Fela Anikulapo Kuti. Rébellion Afro Beat. " La musique est l'arme du futur " (Fela Anikulapo Kuti. 1938-1997).

Jeudi 1er décembre:

- 19h30, Paris, Le New Morning: Nduduzo Makhatini, pianiste d'Afrique du Sud. Cf vidéo sous cet article. 

- 20h, Paris, Le Bal Blomet: Jeudi Jazz MagazineDaniel Zimmerman 4tet. L'homme à tête de chou. Serge Gainsbourg est au programme. Moitié légume, moitié mec.

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: A sign of the mood. Christophe Monniot 4tet.

Vendredi 2 décembre:

- 20h45, Fontenay sous Bois (94), Le Comptoir: In the mood for Chet. Joce Menniel rend hommage à Chet Baker sans trompette. 

- 21h, Paris, Le Baiser Salé: Roger " Kemp " Biwandu " Bordeaux " 5tet. Funkissimo.

- 21h30, Paris, Le Sunside: Hommage à Chet Baker par le trio de Robin Mansanti. Classieux. 

Samedi 3 décembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Marc Ducret & Samuel Blaser. Un duo de voyageurs. Cf photographie au dessus de cet article. 

- 21h, Paris, Le Café Laurent: le quartette de Yoann Loustalot. Classieux. Entrée libre. 

- 21h, Paris, Le Baiser Salé: Roger " Kemp " Biwandu " Bordeaux " 5tet. Funkissimo.

Dimanche 4 décembre, 17h, Bagneux (92), Maison de la Musique et de la Danse: Macha Gharibian " Joy Ascension ". 

Lundi 5 décembre, 20h, Paris, Le 38 Riv: Carte blanche à Carl Henri Morrisset. En duo. Suivez ce pianiste. 

Mercredi 7 décembre, 21h, Paris, Le Baiser Salé: le quartette de Jean-Marie Ecay. Lui, il joue de la guitare. 

Mercredi 7 & jeudi 8 décembre, 19h30 & 22h, Paris, Le Duc des Lombards: Jean-Philippe Viret trio +. 20 ans de création, cela se fête. 

Jeudi 8 décembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Secrets for You. Sylvain Cathala fête sur scène les 25 ans de son groupe PRINT. 

- 20h30, Paris, Le Café Laurent: Pierre Christophe & Gilles Naturel. Un duo classieux. Entrée libre. 

- 21h30, Paris, La Scala: le trio de Paul Lay joue Bill Evans. Pianissimo.

Vendredi 9 décembre:

- 20h, Nîmes (30), Petit théâtre de la Placette:  Bernard Santacruz (contrebasse) & Michel Edelin (flûtes). Un duo libre comme l'air. 

- 20h30, Beauvais (60), Conservatoire  à rayonnement départementalSecrets for You. Sylvain Cathala fête sur scène les 25 ans de son groupe PRINT. 

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Médéric Collignon, Vincent Courtois & Claude Tchamitchian. Du vent dans les cordes. Pas mieux.

- 20h30, Paris, Le Café Laurent: Pierre de Bethmann, Yoni Zelnik & Fred Pasqua. Un trio classieux. Entrée libre.

- 21h, Paris, Le Baiser Salé: Sylvain Beuf Time Feel trio.

Vendredi 9 et samedi 10 décembre, 20h30, Paris, Le Sunset: Hommage à Stéphane Grapelli par Florin Niculescu avec , comme invités, Christian Escoudé & Marcel Loeffler. Ca va filer vite et droit. 

Samedi 10 décembre:

- 19h30, Paris, Maison de la Radio: Michel Benita 4tet " Looking at sounds " déjà célébré sur ce blog puis Orchestre National de Jazz dirigé par Frédéric Maurin. " Frame by Frame ". Création mondiale. Concert enregistré par France Musique

- 20h, Paris, Le Bal Blomet: Marc Copland 4tet.

- 20h, Paris, Le Barbizon: Jeff Boudreaux Mumbo Gumbo Brass Band. Une fanfare Nouvelle-Orléans menée par Jeff Boudreaux, batteur natif de Bâton Rouge, Louisiane, USA. Authentique. Dîner concert. 

- 20h30, Conchy-les-Pots (60), Le CaméléonSecrets for You. Sylvain Cathala fête sur scène les 25 ans de son groupe PRINT. 

- 21h, Conflans Sainte Honorine (78), Conservatoire Georges Gershwin: Christophe Marguet 4tet.

- 21h30, Paris, Le Sunside: trio Ziv Ravitz, Gilad Hekselman & Petro Klampanis. Le meilleur de New York à Paris. 

Lundi 12 décembre, 20h, Paris, Le 38 Riv: Carte blanche à Carl Henri Morrisset. En 4tet. Suivez ce pianiste. 

Mercredi 14 décembre:

- 20h30, Paris, Le Sunset: Thierry Vaton 5tet jouera son album " Bel Matjoukan " inspiré par sa Martinique natale. 

- 20h30, Paris, Le Café Laurent: duo Hetty Katte (voix) & Pierre Christophe (piano). Superfunkycalifragisexy! Entrée libre.

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Arthur H en répétition publique exceptionnelle de son nouvel album qui sortira le vendredi 17 février 2023.

Jeudi 15 décembre:

- 20h, Paris, Le Sunset: Rémi Dumoulin Quartet pour la sortie de l'album " Ligne de démarcation " avec Frédéric Chiffoleau

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Henri Texier trio invite Hermon Mehari & Emmanuel Borghi. A l'aventure! 

- 20h30, Paris, ECUJE: Andy Emler & Thomas de Pourquery. Chauve Power. Un duo qui n'est pas tiré par les cheveux. 

- 20h30, Paris, L'Epée de bois: Ciné concert " Les pionnières du cinéma ". Tom Olivier-Beuf (piano) & Isabelle Olivier (harpe) accompagnent des films muets de femmes cinéastes . 

-Jeudi 15 & vendredi 16 décembre, 20h30, Paris, le Café Laurent: Christian Brenner, Bruno Schorp & Pier Paolo Pozzi. Valeur sûre. Entrée libre.

Samedi 17 décembre, 15h, Paris, Auditorium du Musée d'Orsay: l'Orchestre National de Jazz jouera " Dracula " son spectacle pour enfants célébré sur ce blog. Enfants, emmenez vos parents pour stimuler leur imaginaire. A partir de 6 ans. 

Dimanche 18 décembre, 18h, Paris, Le Sunside: concert thématique de Jacques Vidal (contrebasse). Hommage à John Coltrane avec Eric Barret (sax ténor). Lionel Eskenazi raconte, le quartette joue John Coltrane. 

Lundi 19 décembre:

- 19h30, 21h & 22h30, Paris, Le Duc des Lombards: Simon Chivallon invite Hermon Mehari. Entrée libre. La nouvelle vague du Jazz en France. 

- 20h, Paris, Le 38 Riv: Carte blanche à Carl Henri Morrisset. En trio. Suivez ce pianiste. 

Mardi 20 décembre, 20h30, Paris, le Café Laurent: le duo Robin Mansanti & Dexter Goldberg déjà acclamé sur ce blog. Entrée libre. 

Mercredi 21 & jeudi 22 décembre, 21h30, Paris, Le Sunside: dialogue entre l'époux Larry Grenadier (contrebasse) & l'épouse Rebecca Martin (chant). Les célibataires sont les bienvenus. 

Jeudi 22 décembre, 19h30 & 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Mario Canonge & Kann. Chanté Nwel. Pour chanter Noël en créole des Antilles françaises. 

Samedi 24 & dimanche 25 décembre, 19h & 21h30, Paris, Le Sunside: Denise King & Tony Match Trio " Christmas concert ". Du Gospel pour chanter Noël.

Mardi 27, mercredi 28 & jeudi 29 décembre, 19h & 21h30, Paris, Le Sunside: Jacky Terrasson trio. Rare en club.

Mardi 27, mercredi 28 & jeudi 29 décembre, 20h30, le Sunset: Tchavolo Schmitt trio. Jazz manouche à l'ancienne. Rare en club. 

Vendredi 30 décembre, 19h30 & 22h, Paris, le Duc des Lombards: Felipe Cabrera & Cuban Descargas. La Havane débarque à Paris.

Samedi 31 décembre, 20h & 23h, Paris, le Sunside: Sara Lazarus 5tet. Pour bien finir 2022 et bien commencer 2023, la voix de Sara Lazarus & le trio d'Alain Jean-Marie + Eric Breton au saxophone. Rien à ajouter.

La photographie du trio de Samuel Blaser est l'oeuvre du Suisse Juan Carlos Hernandez. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article
Repost0

Marc Benham écrit sa carte blanche au Petit Journal

Publié le par Guillaume Lagrée

Carte blanche à Marc Benham

Le Petit Journal Saint Michel

Paris, Ile de France, France

Mardi 22 novembre 2022, 21h

 

Marc Benham : piano

Alex Gilson : contrebasse

David Paycha : batterie

 

Batteur aux balais. Un petit blues tranquille. Un thème de Duke Ellington je suppose. Ca swingue. Le batteur est passé aux baguettes. Je bats la mesure du pied et hoche la tête. Le batteur est revenu aux balais alors que Marc attaque le piano. Bons accents toniques. Ca parle Jazz ici. " It's all right with me " (Georges Gershwin).

Une composition de Marc Benham dédiée à feu son chien. « Pablo, ce bon chien ». Un morceau qui sautille joyeusement. Batteur aux baguettes. C’était un chien joyeux et sportif manifestement. Solo de piano qui relance la machine.

Une composition pour un homme dont l’appartement est envahi par les punaises de lit. Sombre, menaçant. Morceau énerve comme l’homme qui se bat contre un ennemi invisible. Solo de piano stride modernisé. Contrebasse et batterie enchaînent. Le batteur hache menu aux baguettes. Ca monte en tension, en puissance. A la fin, il écrase les punaises.

« Smoke gets into Your eyes « , une ballade d’avant la loi Evin comme dit Marc Benham. La chanson préférée d’Eva Braun, selon une légende de musiciens. Batteur aux balais. Premier solo de contrebasse au milieu du trio. Sentimental à souhait.

« After You’ve gone ».  Un standard du jazz au tempo rapide. Batteur aux balais. Ca déroule. Je bats la mesure du pied droit. Je suis au concert avec un ami qui n’a pas mis les pieds au Petit Journal depuis 30 ans et ne connaît pas Marc Benham alors que je ne connais pas le Petit Journal mais ai maintes fois chanté la gloire de Marc Benham. Batteur aux baguettes. Ca swingue tranquille. Solo du batteur bien sec, bien nerveux aux baguettes. Bon envoi final en trio.

Une composition de Marc dénommée « Fougasse » alors qu’elle devait s’appeler « Fugace ». Un gourmand est passé par là. Un morceau nourrissant, épicé. Onctueux même et qui balance. Une fugue swing en bref.

Une valse musette de Marc Benham. " Bistrology " en hommage à Charlie Parker et à ses compositions  " Ornithology " & " Anthropology ". Marc fait tourner une boucle rythmique. Le trio démarre avec le batteur aux balais. Laisse aller, c’est une valse. Morceau bref et efficace.

« Battle hymn of the Republic ». Un classique nordiste de la Guerre de Sécession. Joué notamment par le pianiste américain Bill Carrothers dans son album « Civil War Diaries » célébré sur ce blog. Roulements de caisse claire. Marc et ses complices en font du Swing.

PAUSE

« Come rain or come shine ». Marc insiste sur le la. Qui ne sonne pas comme un la tant le piano droit du Petit Journal sonne comme une casserole. Ce piano a été manifestement martyrisé par des brutes qui l’ont frappé au lieu de le caresser, le chatouiller. Le piano, bien meuble inanimé, ne peut pas porter plainte mais sa plainte s’entend quand même tant il sonne faux. Contrebasse et batteur aux balais malaxent la pâte sonore. Marc Benham fait sonner le piano du mieux qu’il peut mais ce piano peut peu. Le batteur tapote doucement mais fermement aux baguettes. Solo de contrebasse finement ponctué par les 2 autres instruments. Alex Gilson joue bien la mélodie. Petit break de batterie bien sec comme il faut. Marc Benham vient nous chatouiller dans l’aigu pour le final. Avec un accord à la Debussy en touche finale.

Intro en piano solo. Ca roule vite. Batteur aux balais. Un standard dont le titre nous échappe à moi et à M.E. Joué vite fait bien fait. Baguettes. Ca hache menu. Influence d’Oscar Peterson sur le jeu du pianiste. Grosse vague puissante. Solo de contrebasse véloce finement ponctué par le piano. Au batteur de tripoter ses tambours aux balais.

« April in Paris ».  Batteur aux balais. Un standard tout en douceur. Les voix d’Ella Fitzgerald & de Frank Sinatra résonnent dans ma mémoire vive. La contrebasse est bien au centre de la pulsation.

Intro en piano solo. Un standard. Le piano donne ce qu’il peut et il peut peu tant il a été martyrisé. De temps en temps, avec beaucoup d’attentions, Marc Benham en sort de jolis accents. Le trio démarre avec le batteur aux balais. Ca balance tranquille. C’étaient 2 standards enchaînés : « Yesterdays » (très favorablement connu de mes services) puis « No moon at all » (inconnu de mes services).

Une composition Latin Jazz de Dizzy Gillespie. Pulsation contrebasse & batterie. Je reconnais « Tin tin deo ». Ca réchauffe le cœur et l’âme. Je me remets à hocher la tête et à battre du pied. Ca marche. Marc Benham joue main droite sur le clavier, main gauche dans les cordes. Le batteur tapote bien aux baguettes. Marc joue des percussions dans les cordes et sur le clavier du piano. Ca balance bien.

« Ham, hoax and cabbage » (Christian Mac Bride). Jambon, jarret et chou. En résumé, une choucroute. Un morceau nourrissant. Composition d’un contrebassiste vivant. Solo de contrebasse pour introduire. Soutenu virilement par le piano et la batterie. Batteur aux baguettes. Courte citation de « Singing in the rain » au piano. Solo énergique de contrebasse bien ponctué.

PAUSE

Il y eut un 3e set dans cette partie mais M.E et moi avons reçu notre dose de beauté. La chronique est donc finie. La plus belle femme de l'assistance, c'était la groupie du pianiste. Bien entendu.

 

NDLR : Alex Gilson n’est pas un parent du pianiste, compositeur, chef d’orchestre & arrangeur français de Jazz, Jef Gilson (1926 - 2012), nom de scène de Jean-François Quiévreux.

Partager cet article
Repost0

" One Page " Haboyan - Pallaro

Publié le par Guillaume Lagrée

" One Page "

Haboyan - Pallaro

Juste une Trace. 2022

 

Didier Haboyan: saxophone alto, flûte

Claudio Pallaro : saxophone ténor

David Patrois: vibraphone

Hubert Dupont: contrebasse

Julien Charlet: batterie

 

" Le Jazz est la plus parfaite musique de chambre de notre temps ". (Jean Cocteau). Nouvelle illustration de cet adage avec l'album " One Page " de Didier Haboyan & Claudio Pallaro. Le titre de l'album est, je présume, un hommage à l'album " Page One " de Joe Henderson (Blue Note, 1963).

Le premier album de Joe Henderson mêlait subtilement le Hard Bop et le Latin Jazz. Les compères saxophonistes, Didier Haboyan & Claudio Pallaro, déjà salués sur ce blog au sein de l'orchestre Pee Bee s'en inspirent avec le morceau d'ouverture " Moving Mind " (n°1).

Le piano est ici remplacé par le vibraphone de David Patrois déjà célébré sur ce blog en studio & en concert. Le vibraphone ajoute des couleurs chatoyantes, de la légèreté à l'ensemble. Par exemple sur " Partout et nulle part " (2) bien ancré par la contrebasse & la batterie. 

L'album est entrecoupé de 4 brefs interludes qui permettent aux musiciens de changer d'ambiance, de jouer des sons plus audacieux. 

Avant de revenir à leur Jazz de chambre, élégant et flamboyant. Pas besoin de monter le volume sonore pour jouer avec intensité. Savourez le solo de contrebasse d'Hubert Dupont légèrement ponctué par le vibraphone de David Patrois. Il nous emmène " Sur le ciel " (4). 

La flûte offre un délicieux contrechant aigu à la gravité du sax ténor " En attendant Irène " (5). Cette femme est attendue avec joie et une tension entretenue par le batteur aux balais et la contrebasse. 

Bref, lectrices chambristes, lecteurs jazzistes, je vous laisse imaginer vos propres histoires au fil des 13 morceaux de l'album " Page One " des souffleurs Didier Haboyan & Claudio Pallaro. Ressentez, ne comprenez pas car, au final, " T'as rien compris " (13e et dernier morceau de l'album).

Si, comme moi, vous manquâtes le concert de sortie de l'album à Paris, au Sunside, le mercredi 9 novembre 2022, souhaitons qu'il y en ait d'autres de ce groupe afin de nous rattraper. 

 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>