Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Melanie De Biasio " No Deal "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Melanie De Biasio

" No Deal "

PIAS. 2013

 

Lectrices affamées de savoir, lecteurs affamés de connaissance, j'avoue découvrir Melanie de Biasio avec cet album. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Née en 1978 à Charleroi, en Belgique, d'un père Italien et d'une mère Belge, cette sujette du Roi des Belges n'en est qu'à son deuxième album, le premier datant de 2007. Elle a pris le temps nécessaire pour polir un bijou, orné de sa voix et de sa flûte, de musiciens qui entrent dans son univers entre Jazz, Pop, Folk, des mots bien vagues pour désigner un univers particulier, le sien.

Elle chante l'amour (quel autre sujet chanter?) en s'y abandonnant ( " I feel You ", n°1) ou s'en jouant (" I'm gonna leave You ", n°6) avec une voix envoûtante qui semble sortie d'une forêt profonde, accompagnée par un piano qui distille ses notes comme des gouttes d'eau glissant sur un rocher, un batteur le plus souvent aux balais, un mixage extrêmement fin avec , par exemple, dans la chanson n°7 ( " With all my love? ") des pales d'hélicoptères au son transformé qui vient pallier l'absence de basse entre le piano et la batterie. Elle chante, en anglais, des chansons brèves ( 7 chansons. 33mn environ) qui s'enchaînent l'une à l'autre pour former un collier magique qui ne vous quitte plus. Si vous entrez dans son univers, elle vous donnera envie d'y revenir, d'y replonger car cet album laisse un goût de désir inassouvi.

Melanie de Biasio sort des cases. Ce n'est pas une chanteuse de Jazz essayant d'imiter Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan ou Billie Holiday. Ce n'est pas une Pop star décervelée. Pas non plus une chanteuse neurasthénique et aphone comme la société du spectacle nous en sort régulièrement. C'est une créatrice, une artiste qui vous emmène dans son univers. Vous pouvez très bien rester à côté mais nous sommes de plus en plus nombreux à l'apprécier puisque sa musique se vend, se diffuse, bien au delà des cercles restreints des puristes.

Pour vérifier si le charme opère aussi sur scène, voici ses dates de concert en France:

- dimanche 23 février 2014 à Saint Malo (35) dans la chapelle Saint Sauveur

- jeudi 10 avril 2014 à Paris (75) à la Cigale

- samedi 12 avril 2014 à Montbéliard (25)

- vendredi 30 mai 2014 à Coutances (50) pour le festival Jazz sous les pommiers

- mercredi 19 juin 2014 à Lyon (69) pour les nuits de Fourvière

- jeudi 20 juin  2014 à Hauterives (26) au Palais idéal du Facteur Cheval, lieu qui, par son étrangeté, devrait correspondre parfaitement à cette musique.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Thomas Savy Archipel 2 " Bleu "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Thomas Savy 

Archipel 2

" Bleu  "

Plus Loin Music

Abeille Musique

Sortie le jeudi 27 février 2014

 

Thomas Savy: clarinette basse

Michael Felberbaum: guitare électrique

Pierre de Bethmann: piano, Fender Rhodes

Stéphane Kerecki: contrebasse

Karl Jannuska: batterie

 

" Et l'unique cordeau des trompettes marines " (Guillaume Apollinaire). C'est sans trompette mais avec tambour que Thomas Savy chante la Mer et son bleu. Archipel c'est à la fois le nom du groupe et de la musique. Il résiste au flot. L'ambiance est plutôt à la douce brise sur l'Atlantique qu'à la tempête sur la Manche.

Les compositions se partagent entre Thomas Savy (surtout), Karl Jannuska, Stéphane Kerecki et Thelonious Monk pour le seul standard de Jazz de l'album " Misterioso ". Pierre de Bethmann ne compose pas cette fois mais il met sa patte de velours dans le jeu de piano et de Fender Rhodes. Thomas Savy a gardé sa maîtrise technique héritée de ses études classiques; La section rythmique est à toute épreuve avec des musiciens très demandés. Je suis particulièrement charmé par le morceau titre " Archipel bleu " (n°3) dont l'air me reste en tête, suave et mystérieux. 

Si vous entendez un soir, sur la plage, le son d'une clarinette basse s'élever pur et clair dans l'air, ce sera Thomas Savy en train de répéter son prochain album. En attendant cette occasion rare, profitons de cet album, lectrices ultra, lecteurs marins.

Navré mais je n'ai pu trouver de morceau tiré de cet album ni su deezer ni sur youtube d'où le silence qui règne sur cet article.

A écouter en concert à Paris au Duc des Lombards le vendredi 28 et le samedi 29 mars 2014 à 20h et 22h.

Partager cet article

Repost 0

Le jazz pervertit la jeunesse de France, par Paul Déroulède

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Madame la Vice-Présidente,

Au nom des principes qui sont au fondement de toute société (la propriété, la religion, la famille), j'énergique protestement contre le slogan qui s'étale partout sur les affiches dans l'Université: " ça jazze sur les campus ". Ceci contrevient en effet aux règles de la morale la plus élémentaire.

Je me permets en effet de vous rappeler que le sens originel du mot "jazz" est rien moins qu'obscène, et tient aux origines de cette musique, liée aux bordels de la Nouvelle-Orléans. Ce n'est pas un hasard, si l'armée américaine, au moment de l'entrée en guerre des Etats-Unis, fit boucler le quartier réservé de la Nouvelle-Orléans par mesure prophylactique. La conséquence en fut que cette musique de nègres se trémoussant se répandit de là à New York, Chicago, sans oublier bien sûr Kansas City. Il y a des spécialistes d'histoire culturelle pour saluer ce phénomène comme un événement majeur mais moi, en tant qu'ancien combattant, je considère cela plutôt comme une déplorable épidémie de stupre.

Autrement dit, quand je lis " Ca jazze sur les campus ", je lis en fait, sauf votre respect, " Ca b... sur les campus " et mon sang de père de famille ne fait qu'un tour, quand je vois ces milliers de jeunes filles innocentes qui vont et viennent sur le dit campus: elles sont hélas promises à la dépravation et à la chute. O tempora! O mores!... Quant à l'image procurée à l'extérieur de l'université, et je sais que vous y êtes très sensible, à l'instar du Président Brihault, vous imaginez le désastre. La seule consolation est que la même infamie s'étale sur les murs de l'université Rennes 1 (d'ordinaire plus soucieuse de son prestige), laquelle ne pourra plus désormais prétendre que le bordel, c'est seulement à Rennes 2.

Du train où vont les choses, n'allons nous pas revenir à la situation des Universités médiévales au temps de François Villon, où les étudiants jazzaient déjà à qui mieux mieux? Au temps où, lorsque les jurys de thèses duraient deux jours, les candidats devaient payer aux membres des jurys le gîte, le couvert ainsi que la compagnie pour la nuit. Je sais que certains de mes éminents collègues et néanmoins amis ont la nostalgie de cette époque mais, Madame la Vice-Présidente, imaginez vous un instant que l'Ecole doctorale puisse prendre en charge ce genre de prestation (même avec un bon de commande établi dans les règles)? Assez jazzé: les Universités doivent redevenir des lieux où l'on travaille pour préparer la France de demain: saine et propre!

Veuillez agréer, Madame la Vice-Présidente, l'assurance de mes sentiments respectueux.

Paul Déroulède.

Ce pastiche, daté de 1999, est l'oeuvre de mon regretté père, Michel Lagrée (1946-2001), professeur d'histoire contemporaine à l'Université Rennes 2. Les lectrices les plus sagaces, les lecteurs les plus astucieux trouveront aisément à qui il était adressé.

Mon père m'initia au Jazz en m'emmenant à mon premier concert de Jazz pour mes 6 ans. Je m'en souviens encore.

Pour rester dans le style de Paul Déroulède, le Jazz est non seulement une musique de Nègres mais aussi une musique de Juifs. D'ailleurs le premier groupe mixte Blancs-Noirs, aux Etats-Unis d'Amérique, fut constitué par le clarinettiste Benny Goodman, un Juif, dès la fin des années 1930. Cela horrifiait sa maman mais le succès fut tel qu'elle dut lui pardonner. Ici, en 1937, dans le film " Hollywood Hotel ", Benny Goodman est accompagné de son orchestre avec Gene Krupa (batterie), Harry James (trompette, le premier modèle de Miles Davis), Teddy Wilson (piano), Lionel Hampton (vibraphone). " Sing, sing, sing ". Rien à ajouter.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Magic Malik " Tranz Denied "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Magic Malik

" Tranz Denied "

Bee Jazz. 2013

 

Magic Malik: chant, flûte, sanza et claviers

DJ Oil: laptop et électronique

Olivier Nouno: laptop et électronique

Hubert Motteau: batterie

Denis Guivarc'h: saxophone (n°4)

Frauke Aulbert: chant (n°6)

Jessica Buresi: chant (n°3)

 

Magic Malik

 

La photographie de Magic Malik est l'oeuvre de l'Aérien Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Lectrices progressistes, lecteurs révolutionnaires, vous savez à quel point ce blog est un pilier de la réaction, un suppôt du conservatisme. C'est pourquoi j'ai mis autant de temps à me procurer et écouter le dernier album de Magic Malik " Tranz Denied ". Il s'agit tout de même du seul musicien qui m'ait fait quitter un concert avant la fin du premier morceau. Trop long, trop lourd.

Toutefois, insatiablement curieux comme un jeune éléphant, j'ai fini par écouter cette Transe déniée. Grand bien m'en a pris. Je savais déjà que Magic Malik était un formidable flûtiste pour l'avoir écouté en duo d'oiseaux de haut vol avec son aîné Michel Edelin dans les défunts 7 Lézards. Je reconnais qu'il sait aussi utiliser l'électronique avec goût. Comme chanteur, il se débrouille même si c'est à la flûte qu'il chante le mieux avec ou sans trafic de sons. 

L'album " Tranz Denied " est comme un recueil de nouvelles, chaque morceau racontant une histoire bien particulière. La preuve, c'est que " Tranz Denied " n'est pas un titre de l'album mais le titre de l'album, un programme, une ligne directrice.

Sans avoir jamais mis les pieds au marché de Montreuil sous Bois (Seine Saint Denis, Ile de France, France), j'en ai saisi les couleurs, les odeurs, la multiculturalité avec " Montreuil Market " qui ouvre l'album.J'ai pensé au marché de primeurs mais il s'agit peut-être du marché aux puces de Montreuil réputé chez les amateurs de fringues et de vinyls. Il existe une importante communauté musulmane à Montreuil, réputée pour être la deuxième ville maiienne au monde. En toute logique, l'album enchaîne avec un appel à la prière et  " Dark Stone " qui fait irrésistiblement songer à la pierre noire, pas l'Azabache d'Irving Acao, mais la Kaaba à la Mecque.L'usage de la sanza donne une couleur africaine à la musique.

Pour les morceaux 3 et 4, " E.Z. Com " et " Zivanoul " je n'ai pas trouvé de code mais la voix de Jessica Buresi pour le premier et le sax de Denis Guivarch' pour le second ajoutent leurs pierres à l'édifice.  

Vient ensuite le hit de l'album " Shibuya Memories ", souvenir d'un quertier très animé de Tokyo, de manifestations de jeunes contre les forces de l'ordre, porté par un air irrésistiblement entraînant et un Magic Malik chantant en japonais et flûtant joyeusement. Un morceau entre futilité et engagement. " North " (n°6) n'a rien à voir avec le " Nord " de Louis Ferdinand Céline mais évoque un nord scandinave, ethéré, blanc, électronique. Pour se réchauffer, rien de tel que de croquer ensuite dans le " Chunky delice " (n°7) qui ferait une excellente musique publicitaire pour un chocolat qui croustille. A moins que vous ne vous en serviez pour faire danser les militants, lectrices progressistes, lecteurs révolutionnaires. Il y a en plus un morceau surprise pour finir, non indiqué sur l'album mais je n'en dirai mot pour vous laisser le plaisir de le découvrir.

Pour écouter, danser, voyager, militer, rêvasser, " Tranz Denied " de Magic Malik s'impose.

Magic Malik sera en concert à Rennes (35) dans le cadre du festival Jazz à l'Etage le jeudi 27 mars 2014 à 20h, à Puteaux (92) pour le festival Chorus le vendredi 28 mars 2014 à 19h, à Saint Jean de Vedas (34) le vendredi 11 avril 2014 à 20h. 

" Shibuya Memories " (n°5) . Rien à ajouter.

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

" Claude Nougaro, quand le Jazz est là " TSF Jazz. Mercredi 5 mars 2014. 20h.

Publié le par Guillaume Lagrée

 

" Claude Nougaro,

quand le Jazz est là "

TSF Jazz

Mercredi 5 mars 2014. 20h-21h.

Emission conçue et réalisée par Thierry Lebon.

 

Claude Nougaro, né en 1929 à Toulouse, nous a quitté le 4 mars 2004 à Paris. Je me souviens de lui en duo avec son pianiste Maurice Vander dans la tournée " Une voix, dix doigts " en 1994. Inoubliable.

Heureusement, Claude Nougaro n'est pas oublié, dix ans après son départ. Thierry Lebon, lui rendra hommage sur TSF Jazz, le mercredi 5 mars 2014, de 20h à 21h, avec les témoignages de ses musiciens: Michel Legrand qui le poussa à chanter puisque Michel avait écrit les musiques, Claude les textes et que personne ne voulait les chanter, André Cecarelli (batteur) qui explique le sens rythmique très poussé pour un chanteur français de Monsieur Claude, Aldo Romano (batteur) qui parle du Nougaro nocturne, dépressif et alcoolique, Yvan Julien (trompettiste) qui parle de ce patron surprenant, Jean-Marie Ecay (guitariste) qui évoque ce poète en état de création verbale permanente, Marcus Miller (bassiste) qui jouait avec lui, après Dizzy Gillespie et Miles Davis, sans parler alors le français et pourtant dégustant ses paroles, Stéphane Guillaume (saxophonste) qui évoque ce Monsieur qui se souciait toujours des nouveaux courants musicaux.

David Linx (chanteur) qui vient de sortir un album hommage à Nougaro (pas à mon goût d'ailleurs. A vous de juger, lectrices hot, lecteurs swing), souligne la trace qu'il a laissé dans la chanson. Maxime Le Forestier explique le talent de Monsieur Claude pour faire swinguer la langue française y compris sur des rythmes complexes comme ceux de Dave Brubeck ou Wayne Shorter.

Il y a aussi le témoignage de son agent, de son coach vocal, de comédiens.

Il y a enfin le témoignage de Cécile Nougaro, celle pour laquelle il écrivit " Cécile, ma fille ", chanson qui l'émeut toujours dès les premières notes.

" Claude Nougaro, c'est gentll mais, musicalement, il en est resté à mon quatrième album " (Serge Gainsbourg). Parole cruelle et injuste car Nougaro a su se remettre totalement en question et rebondir en 1987 avec " Nougayork " alors que sa maison de disques l'avait jeté, ne le trouvant plus assez rentable.

L'émission est rythmée comme une chanson de Claude Nougaro. Elle a du punch, du peps, de la répartie. La part belle est laissée à l'artiste, sa musique, ses paroles. Les témoignages sont brefs, pertinents. Bref, je vous la recommande vivement, lectrices hot, lecteurs swing.

Parmi les témoins, il en manque deux: Eddy Louiss (orgue Hammond), Daniel Humair (batterie). Les voici justement, accompagnant Claude Nougaro sur une de ses rares chansons politiques, " Paris Mai ", écrite après les événements de Mai 68. Rien à ajouter.

 

 


 
 

 


 

Partager cet article

Repost 0

La collecte des droits d'auteur en France en 2013 par la SACEM

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Lectrices expertes, lecteurs comptables, après l'importance de la musique dans le commerce, étudions, grâce à la SACEM, la répartition des droits d'auteur en France en 2013.

La société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique compte 149 263 membres représentant 164 nationalités différentes. 88% des sociétaires sont Français.

En 2013, 810 000 000€ de droits d'auteurs ont été collectés par la SCAEM (+ 1,7%).

Avec 281 700 000€, les concerts, spectacles, tournées, discothèques, musiques de sonorisation progressent de 3,1% par rapport à 2012 et constituent le premier secteur de revenu (34%) des sociétaires de la SACEM. 

Le spectacle vivant (concerts, tournées, festivals) en progression de 16,6% représente à lui seul 11% de l'ensemble des revenus de 2013. Pour le Jazz, musique d'improvisation, composition de l'instant, la pensée de Jean-Paul Sartre est toujours valable: " Le Jazz, c'est comme les bananes, ça se consomme sur place ".

Avec 24 700 000€, Internet représente 3% des revenus collectés par la SACEM, soit +20,5% par rapport à 2012. Ce blog y contribue à sa mesure.

Avec 236 700 000€, les médias audiovisuels (radio,TV) restent stables (-0,1%) et forment la 2e source de revenus pour les autteurs, compositeurs, éditeurs de musique en France.

Avec 80 000 000€, l'international baisse de 2,3% par rapport à 2012 notamment à cause de l'Euro fort. Le répertoire de la SACEM est le 2e à l'étranger après le répertoire anglo-américain.

Il reste 67 000 000€ pour la copie privée et 65 400 000€ pour le secteur phono vidéo.

En lisant attentivement ce blog, vous vous apercevrez que plusieurs albums chroniqués ont reçu une aide à la création de la SACEM. En 2013, 14 900 000€ ont été investis dans la création pour soutenir 1630 projets contre 1537 en 2012 (+6%). Sur 810 000 000€ collectés, cela fait 1,84% de réinvestis dans la création. Pour une société d'auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, il y a certainement moyen de faire plus et mieux.

Le 27 juillet 1965, au Festival de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins,en France, dans les Alpes Maritimes,sur la rive Nord de la Mer Méditerranée, le quartet composé de John Coltrane (saxophone ténor), Mac Coy Tyner (piano), Jimmy Garrison (contrebasse) et Elvin Jones (batterie) jouait " Naima ". Document conservé par l'INA et diffusé par Mezzo dans le cadre de son programme Jazz Archive le jeudi 13 mars 2014 à 20h30. Pour de telles sensations, le retour sur investissement après avoir payé sa place de concert est inestimable. C'est dire s'il faut aller aux festivals de Jazz écouter la beauté se créer dans la nuit et le moment. Rien à ajouter.

 

Partager cet article

Repost 0

Les Français et la musique: étude de la SACEM

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, si vous lisez ce blog, c'est que vous faites partie d'une élite cachée, ceux qui aiment le Jazz.

En effet, la dernière étude de la SACEM sur les Français et la musique est formelle.

Les Français aiment avant tout la variété française, internationale, le rock et la pop. Viennent ensuite la musique classique, la R'n'B et la Soul, les musiques de film et du monde. Le Jazz n'y figure pas. Les faits sont têtus comme disait le regrettable camarade Lénine.

Allons plus avant dans les pratiques musicales des Français comme auditeurs.

99% des Français écoutent de la musique et 75% ne pourraient pas s'en passer. Chaque jour, les Français écoutent en moyenne 2h25 de musique, en voiture pour plus de 65% d'entre eux ou à la maison pour 60%. Dans l'ordre décroissant, ils l'écoutent sur l'ordinateur, à la radio, sur une chaîne hi fi, à l'autoradio.

9 Français sur 10 sont curieux de l'actualité musicale. Pour découvrir nouveaux titres et nouveaux talents, la radio réunit 60% des suffrages. Après les médias traditionnels, Internet recueille 50% des voix pour découvrir de la musique. La preuve, vous lisez cet article. Enfin, près de 40% des Français découvrent de la musique grâce à leur entourage. 

La musique est bonne pour le moral. Elle met 92% des Français de bonne humeur et, pour 85% d'entre eux, elle donne de l'énergie. Pourtant, à quelques exceptions près, ils ne connaissent pas " Boogie Stop Suffle " de Charles Mingus!

70% des Français écoutent de la musique en ligne au moins une fois par semaine. Par exemple, en lisant cet article. 

Enfin, 6 Français sur 10 vont au concert ou à un festival au moins une fois par an. Par exemple, au festival Jazz à l'Etage ou à celui de l'AMR selon qu'lls vivent à l'Ouest ou au Sud-Est de la France.

En 1969, déjà, les Français se rendaient nombreux au festival international de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins, dans les Alpes Maritimes, en France, au Nord de la Mer Méditerranée, pour y écouter Nina Simone chanter et jouer " Four women " entre français et anglais. Ils étaient fascinés. 45 ans après, grâce au film du concert conservé par l'INA, le charme opère encore. La preuve ci-dessous.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Par Hermès, la musique est bonne pour le commerce!

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices consommatrices, lecteurs consommateurs, vous avez certainement remarqué qu'il est impossible d'entrer dans une boutique sans y entendre de la musique, souvent de la muzak d'ailleurs, à un volume sonore le plus souvent élevé. Comme disait mon père préféré Michel Lagrée, " Vivaldi était un génie si visionnaire qu'il avait prévu les supermarchés et la musique qui va dedans ". Michel Petrucciani, lui, lorsqu'il faisait ses courses, s'arrêtait pour écouter la musique et se disait: " Mais pourquoi le mec il joue cet accord? Ca sonnerait bien mieux comme ça " et il refaisait la musique dans sa tête jusqu'à ce qu'il se dise: " Arrête de déconner, Michel, tu n'es pas au boulot, tu fais tes courses! ".

L'évaluation de l'impact de la musique dans le processus d'achat a fait l'objet d'une étude scientifique grâce à la SACEM.

Les résultats sont clairs:

71 % des professionnels de la vente diffusent de la musique dans leurs magasins

75% des professionnels estiment que la musique est un élément important qu'ils soient coiffeurs ou dirigeants de grandes surfaces

71% des clients auraient trouvé le lieu triste et 61% des clients auraient été plus gênés par le bruit ambiant sans musique.

La musique motive les employés à  89% et les met de bonne humeur à 96% ( les 4% restants doivent souffrir en silence, je suppose)

70% des clients trouvent agréable d'écouter de la musique au supermarché et la diffusion de musique réduit de près de 10% le sentiment d'attente en caisse.

En grande surface, quand de la musique connue est diffusée, les clients l'apprécient à 65% parce qu'elle est moderne, joyeuse et dynamique.

Surtout pas d'audace, pas de découverte! Cela ferait peur aux clients. Ce serait mauvais pour les ventes. 88% des clients indiquent qu la musique diffusée correspond à l'image du magasin. Tout à fait d'accord. Quand je trouve la musique du magasin agressive et bruyante, j'en ai une mauvaise image. C'est sûrement pour cela que je n'aime pas magasiner. 80% des clients des magasins d'habillement souhaitent spontanément de la musique avec des artistes ou des groupes connus (les 20% restants, souffrent en silence, pour ne pas vivre nus).

Aucun magasin d'habillement contacté pour l'enquête n'a voulu prendre le risque de supprimer la musique pendant une semaine. S'ils pouvaient déjà baisser le son, ça m'éviterait de devoir hurler dans l'oreille de la vendeuse pour me faire comprendre. Même si la vendeuse a l'oreille charmante, c'est désagréable de devoir lui hurler dedans.

Au final, la musique est indispensable au soutien des ventes en magasin d'habillement et amortit d'une tiers la baisse du chiffre d'affaires dans la grande distribution alimentaire.

Bref, comme le disait Friederich Nietzsche, gourou méconnu du commerce, " Sans musique, la vie serait une erreur ".

Dans les débits de boisson, les cafés, les tavernes, les auberges, les restaurants, les estaminets, les hôtels, quoi de plus essentiel que la musique? Mettez Louis Armstrong derrière le bar. Faites lui chanter " I can't give You anything but love, baby. Love is the only thing I've got plenty of ". Les clientes se dandinent joyeusement sur leurs tabourets. Les clients en perdent la tête, font des folies, consomment sans compter. Les affaires fleurissent, l'argent rentre dans les caisses, le propriétaire est ravi, le percepteur aussi. Bref, c'est le Paradis ici et maintenant. La preuve ci-dessous.

 


 
 

Partager cet article

Repost 0

Accord sur les droits d'auteur entre Deezer, Youtube, Beatport, Google et Armonia

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices honnêtes, lecteurs réguliers, vous avez certainement remarqué que ce blog fonctionne en partenariat avec deezer pour l'audio, youtube pour la vidéo. Sachez aussi que le fruit du travail des artistes exposé ici ne leur est pas volé puisqu'Armonia qui regroupe la SACEM (France), le SIAE (Italie), la SGAE (Espagne), Artisius (Hongrie) et la SABAM (Belgique) vient de passer un accord avec youtube, deezer, google, beatport afin de s'assurer du respect des droits des auteurs, compositeurs, interprètes, éditeurs de musique lors de la diffusion et de la reproduction des oeuvres musicales en ligne.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous adresser à chacune des sociétés de défense des droits d'auteur concernées. Pour la France, la Société des auteurs compositeurs éditeurs de musique (SACEM).

Profitez donc pleinement, lectrices honnêtes, lecteurs réguliers du trio composé d'Eric Le Lann (trompette), Nelson  Veras (guitare), Gildas Boclé (contrebasse), se souvenant de Chet Baker. Album " I remember Chet ". Ici " I should care " (Je devrais faire attention, pour les francophones).

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Festival Jazz à l'Etage à Rennes et Saint-Malo (35) du 28 février au 29 mars 2014

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Festival Jazz à l'Etage

de Rennes à Saint-Malo

Ille et Vilaine, Bretagne, France

du vendredi 28 février au samedi 29 mars 2014

 

Joe Lovano

 

La photographie de Joe Lovano est l'oeuvre du Sexy M.F Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'utilisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

 

Grandes lectrices, Bretons lecteurs, retrouvez vous à l'Est de l'Ouest, en Ille et Vilaine, du vendredi 28 février au samedi 29 mars 2014 pour le festival Jazz à l'Etage.

Au programme, le batteur Franck Agulhon jouera son spectacle Solisticks en solo de batterie et de percussions et animera une master class de batterie, des concerts conférences, des ateliers découvertes du Jazz pour les enfants dans différents endroits du département, des concerts à Rennes et Saint-Malo.

Voici quelques suggestions de concerts:

- dimanche 2 mars à Saint-Malo, beau port de mer, ciné concert " Charley Bowers " mis en musique par Denis Colin.

- mercredi 26 mars à Rennes, 2 concerts: le magnifique pianiste transatlantique Dan Tepfer maintes fois louangé sur ce blog suivi du quatuor Monk, quatuor à cordes qui joue la musique de Thelonious Sphere Monk, auquel s'ajoutera le saxophoniste Vincent Jourde.

- jeudi 27 mars à Rennes: le flûtiste électronique Magic Malik sera précédé de Dr Poulpe et suivi de DJ Oil. Une soirée entre Jazz et électro. Le dernier album de Magic Malik "  Tranz Denied " , auquel a largement contribué DJ Oil, sera prochainement chroniqué sur ce blog.

- samedi 29 mars à Rennes, Maxence Ravelomanantsoa (sax ténor) aura l'honneur de précéder sur scène un quartet de stars made in USA composé de Joe Lovano (sax ténor), Leo Genovese (piano), Esperanza Spalding (contrebasse) et Jack de Johnette (batterie).

Puissent musiciens et spectateurs avoir une pensée durant ce festival pour mon frère Benoît Lagrée, un Rennais amateur de Jazz et de Funk, disparu en Martinique depuis le samedi 30 novembre 2013.

Dan Tepfer, en concert à New York, joue ses Variations sur les Variations Goldberg de Jean Sébastien Bach. Silence et respect.

 

 


 

Partager cet article

Repost 0