Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

88 résultats pour “Hervé Sellin

La chronique de Monsieur S: Un soir aux Nancy Jazz Pulsations

Publié le par Guillaume Lagrée

Nancy Jazz Pulsations

Nancy, Meurthe et Moselle, Lorraine, France

Salle Poirel

Vendredi 11 octobre 2014, 20h30

The Messenger Legacy suivi de André Manoukian Quartet.

Lectrices indulgentes, lecteurs généreux, je soumets à votre jugement éclairé la chronique qui va suivre. Ne pouvant suivre tous les festivals de Jazz de France (la France est le pays qui en compte le plus au monde, plus de 600 par an), après Monsieur P à Nantes dont la chronique des Rendez vous de l'Erdre reste attendue sur ce blog, voici que Monsieur S, à Nancy, est allé aux Nancy Jazz Pulsations. Monsieur S est allé à une soirée que je ne lui ai pas conseillé, écouter des musiciens que je n'ai jamais écouté. C'est sa première chronique de Jazz.

Pour commencer, un apéro Jazz avec le Lotardo trio. Amusant groupe que ce trio alsacien spécialisé dans le Jazz manouche. Interprétations toniques, vives et enjouées. Le public, plutôt jeune, est sous le charme et l'ambiance est détendue, cool (logique pour un apéro Jazz!).

1ère partie:

The Messenger Legacy, groupe composé d'anciens musiciens des Jazz Messengers d'Art Blakey qui rendent hommage à leur Boss. Orchestre de Jazz américain classique.Une seule performance mérite d'être relevée, celle du trompettiste Bryan Lynch, le seul Blanc du groupe (Note de Guillaume Lagrée: le seul Blanc du groupe hommage à Art Blakey se nomme Mr Lynch. Ca ne s'invente pas!).

2e partie:

Quartet d'André Manoukian (piano) avec Hervé Gourdikan (saxophones, doudouk), Christophe Wallemme (contrebasse, guitare basse électrique) et Pierre Alain Tocanier (batterie)

Il ne s'agit pas du tailleur mais du pianiste d'origine arménienne, de l'ancien animateur de " la Nouvelle Star " sur M6, du compagnon de Liane Foly, de la très courte tranche musical sur France Inter (7h25-7h30) " Erudit Dam Dam " consacrée à la présentation d'un style de musique, un chanteur et/ou musicien décédé.

Rythmes orientaux quasi planants, dépaysants en tout cas sur fond de Jazz classique (contrebasse et batterie). Cocktail réussi. Prestation remarquée d'Hevé Gourdikian au doudouk (flûte orientale usitée en Arménie et en Iran). Les harmonies andines du Pérou sont reléguées!

André Manoukian est un pianiste " jazzy ", assez doué, qui ne peut s'empêcher de faire des allusions et des blagues grivoises mais elles ne sont pas du tout machistes ni misogynes.

L'année prochaine j'insisterai auprès de Monsieur S pour qu'il assiste à un concert d'un musicien plus intéressant qu'André Manoukian aux Nancy Jazz Pulsations. Pour cette année, ce sera tout.

Partager cet article

Repost0

Quelques concerts de Jazz à Paris en juin 2011

Publié le par Guillaume Lagrée

John Taylor

 

La photographie de John Taylor est l'oeuvre de l'Océanique Juan Carlos HERNANDEZ.

Estimables lectrices, respectables lecteurs, voici ma sélection personnelle, partielle et partiale de concerts de Jazz à Paris pour le mois de juin 2011. Sans oublier la Fête de la Musique le mardi 21 juin bien entendu.

Duc des Lombards:

Mercredi 22 juin à 20h et 22h, le duo Stéphane Kerecki (contrebasse), John Taylor (piano) pour fêter la sortie de son album "  Patience ". Ayant apprécié ce duo sur disque et en concert, je le recommande vivement à toutes les âmes sensibles.

Mardi 28 juin et mercredi 29 juin à 20h et 22h, le trompettiste New Orleans Terence Blanchard, compositeur des musiques des films de Spike Lee, sera sur scène en quintette. Do the right thing!

Sunside:

Mardi 21 juin à 21h le pianiste guadeloupéen Alain Jean Marie jouera gratuitement ses Biguine Reflections en trio pour fêter la Musique. N'oubliez pas de consommer des boissons au bar pour payer les musiciens.

Mercredi 22, jeudi 23, vendredi 24 juin à 21h le pianiste, chanteur, animateur, conteur Ben Sidran viendra en quartette faire vivre New York à Paris. Je me souviens y avoir amené une New Yorkaise. Elle se sentait comme à la maison.

Sunset:

Mercredi 15 juin à 21h30, trio du guitariste Savoyard William Chabbey. Un digne héritier français de Wes Montgomery

Auditorium Saint Germain des Prés:

lundi 20 juin, 19h30, Leçon de Jazz d'Antoine Hervé consacrée au Trombone dans le Jazz en duo avec Glenn Ferris, tromboniste. Le titre de ce blog étant un hommage à un Géant du Trombone, Jay Jay Johnson, je me dois de signaler cette Leçon et d'y assister.

Le Triton, Les Lilas, métro Mairie des Lilas:

vendredi 10 juin, à 21h, la pianiste Sophia Domancich  viendra jouer son album " Snakes and ladders " qui n'a pu vous échapper, fidèles lectrices, attentifs lecteurs.

samedi 11 juin, à 21h, le saxophoniste Guillaume Perret et son Electric Epic viendront vous raconter de bien étranges histoires.

vendredi 17 et samedi 18 juin à 21h, Médéric Collignon et son Jus de Bocse joueront " King Crimson ". Certes ce n'est pas du Jazz. So what? comme disait Miles Davis.

Ci-dessous, Guillaume Perret et son Electric Epic au Triton en 2010. Vous jugerez des évolutions accomplies par ces musiciens sur pièces et sur place le samedi 11 juin à 21h.

 


Partager cet article

Repost0

Quelques concerts de Jazz à Paris en janvier 2011

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices éveilées, lecteurs pas couchés, voici ma sélection personnelle, arbitraire, partiale et dictatoriale de concerts de Jazz à Paris en janvier 2011.

 

 

 

Marc Copland

La photographie de Marc Copland est l'oeuvre du Parallélépipédique  Juan Carlos HERNANDEZ.

 

Au Sunside:

 

Mecredi 12 et jeudi 13 janvier à 21h " The Godfathers of Groove " avec un trio mené par le batteur Bernard " Pretty " Purdie dont les beats et les grooves imparables ont été samplés par des milliers de DJ. Ne cherchez pas plus loin. Le Saint Groove sera là!

 

Vendredi 21 et samedi 22 à 21h, le pianiste français Manuel Rocheman rendra hommage à Bill Evans avec Matthias Allamane à la contrebasse et Matthieu Chazarenc à la batterie. Elégance, raffinement et émotion sont prévus au programme.

 

 

Mercredi 25 janvier à 21h, le saxophoniste ténor Charles Gayle viendra pousser ses barrissements d'éléphant du Free Jazz. Je ne parle pas de sa carrure mais de sa puissance sonore bien sûr.

 

Vendredi 28 et samedi 29 à 21h, un triumvirat de Maîtres sera réuni devant vos yeux ébahis et vos oreilles éblouies: Marc Copland (piano), Riccardo del Fra (contrebasse) et Billy Hart (batterie). Attention, ce n'est pas de la confiture pour les cochons! N'y invitez pas n'importe qui. Le 25 janvier 2010, au Sunside, Marc Copland dialoguait avec Riccardo del Fra. Il a fallu attendre un an pour que Billy Hart vienne les y rejoindre. Plus que quelques jours de patience.

 

Au Duc des Lombards:

 

Vendredi 7 et samedi 8 janvier à 20h et 22h: le trio du contrebassiste Jean Philippe Viret. Je vous renvoie à une précédente chronique pour vous dire tout le grand bien que j'en pense.

 

Mardi 11 janvier à 20h et 22h: Laurent Robin Skyrider Project pour la sortie de l'album " Ode to de Doodooda " déjà connu et apprécié des lecteurs de ce blog.

 

Au 38 Riv:

Le trio Word Out du pianiste britannique Jim Funnell le mercredi 12 janvier à 20h30.

 

Au Triton, aux Lilas (métro mairie des Lilas), juste à côté de Paris:

 

Jeudi 27 janvier à 20h30, Henri Texier Brain Danse Quartet fera danser vos cerveaux.

 

Samedi 29 janvier à 20h30, Yves Robert jouera son conte politique " L'argent nous est cher " avec la Grande Elise Caron.

 

A l'Auditorium Saint Germain des Prés:

 

Leçon de Jazz d' Antoine Hervé sur Charlie Parker en duo avec Pierrick Pédron (saxophone alto).

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à Paris en novembre 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Honorables lectrices, respectables lecteurs, si vous ne passez pas l'automne à New York, vous pouvez toujours écouter du Jazz qui se joue à Paris comme la version de ce standard (Autumn in New York) par  Chet Baker. Voici donc, choisi avec l'approbation des plus hautes autorités morales et religieuses, c'est-à-dire moi (contrairement à Pierre Desproges, je n'écris pas avec un chat sur mes genoux) une sélection parfaitement arbitraire et totalement partiale de concerts de Jazz à Paris pour le mois de novembre 2012.

Je vous recommande d'abord deux festivals parisiens destinés aux curieux impécunieux car les musiciens sont souvent peu connus, viennent parfois de loin et que leurs concerts sont peu chers :

- Jazzycolors du mardi 6 au vendredi 30 novembre 2012 réunit des jeunes Jazzmen venus de l'Europe entière qui jouent dans les centres culturels étrangers à Paris sous le haut parrainage de Bojan Z, musicien slave du Sud qui ouvrira les débats en duo avec le saxophoniste français Julien Lourau.

Bojan Z

 

La photographie de Bojan Z est l'oeuvre du Fameux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

- Sons 9 du mardi 6 au mardi 13 novembre 2012, à Paris 6e arrondissement, dans le quartier de Saint Germain des Prés, vous permettra de retrouver dans des contextes originaux des musiciens inconnus de mes services et d'autres déjà chroniqués sur ce blog comme Denis Colin, Anne Pacéo, Frédéric Eymard, Benjamin Moussay, Christophe Marguet.

Salle Pleyel:

2 concerts avec Brian Blade à la batterie. Je ne présente pas les leaders. Sauf si vous n'écoutez pas de Jazz depuis 50 ans, vous les connaissez forcément.

- Samedi 3 à 20h: Wayne Shorter Quartet.

- Dimanche 18 à 20h: Chick Corea Trio.

Auditorium Saint Germain:

- Lundi 26 à 19h30: Leçon de Jazz d'Antoine Hervé " L'électro Jazz: la révolution informatique ".

 

Sunset-Sunside:

- Samedi 10 à 22h: Boulou et Elios Ferré (guitares) en quartet avec Alain Jean-Marie (piano) et Pierre Boussaguet (contrebasse). A écouter avant ou après avoir été à l'exposition Django Reinhardt, le Swing de Paris à la Cité de la Musique.

- Dimanche 11 à 20h: The Claudia Quintet avec John Hollenbeck et Chris Speed. Un démenti terrible pour les ignorants qui croient que le Jazz est une musique de bar, tranquille. Chris Speed porte bien son nom!

- Mercredi 14 à 21h30: Hommage à Charlie Parker avec Manu Codjia (guitare), Géraldine Laurent (saxophones) et Christophe Marguet (batterie). Faisons leur confiance pour sortir des sentiers battus.

- Mercredi 21 à 21h, jeudi 22 à 20h: Kurt Rosenwikel Trio. Un guitariste américain dont j'ai entendu grand bien.

- Vendredi 30 à 21h, samedi 1er décembre à 21h: Stéphane Kerecki Trio invite Bojan Z et Logan Richardson. Des chercheurs et trouveurs de beauté.

Le Triton:

- Mercredi 7 deux concerts pour les enfants par John Greaves (basse, chant) et Thomas de Pourquery (chant,saxophone alto). De 14h30 à 15h15 pour les 4-6 ans, de 15h30 à 16h15 pour les 7-10 ans. Parents, grands-parents, oncles, tantes, professeurs des écoles, éveillez les enfants, emmenez les à ces concerts, saperlipopette! Entrée libre sur réservation.

- Samedi 10 à 21h: Marc Ducret Tower Bridge. Le guitariste électrique Marc Ducret réunit 3 groupes sur scène pour raconter toutes sortes d'histoires violentes, étranges, mystérieuses.

- Vendredi 30 à 21h: trio Aldo Romano (batterie)/Michel Benita (contrebasse)/Baptiste Herbin (saxophone alto). Ordre, beauté, luxe, calme et volupté.

Studio de l'Ermitage:

- Lundi 19 à 20h30: Antoine Hervé Quartet. Présentation du nouvel album dont j'ignore tout. C'est Antoine Hervé donc cela ne peut être ignoré.

- Mardi 20 à 21h30: Yvan Robilliard en trio. Un pianiste à l'énergie communicative.

Duc des Lombards:

- Lundi 5, mardi 6, mercredi 7 à 20h et 22h: The Bad Plus. Un trio piano/contrebasse/batterie made in USA, francophile et qui déménage comme un Power Trio de Rock'n Roll.

- Mercredi 14, jeudi 15, vendredi 16, samedi 17 à 20h et 22: le trompettiste Christian Scott en sextet. Un trompettiste de Jazz noir né à La Nouvelle Orléans en Louisiane, ça ne vous rappelle rien? Celui là est né en 1983 et prouve que la relève est bien là.

- Lundi 19, mardi 20 à 20h et 22h: le batteur Billy Hart en quintette. Une valeur sûre. 

New Morning:

- Lundi 5 à 20h30: Mike Manieri (vibraphone) avec le trio de Frank Tortiller (vibraphone). Ca va vibrer!

- Jeudi 15 à 21h: Fiona Montbet (violon) en quartet. L'ancienne élève de Didier Lockwood, née en 1989, viendra jouer le répertoire de son premier album en quartet qui sortira début 2013.

- Vendredi 16 à 20h30: John Scofield (guitare)/ Steve Swallow (basse)/ Bill Stewart (batterie). Plus qu'un trio, un triumvirat.

La Java:

- Mardi 6 à 20h30: Son libre. Malik Mezzadri (flûte)&Sarah Murcia (contrebasse)+ Smadj (DJ).

- Vendredi 9 de 22h à l'aube: Electro Swing Paris. Pour faire danser les cool cats...

- Lundi 19 à 20h30: Jazz à la Java. 2 groupes pour le prix d'un. Richard Bonnet (guitares)+Tony Malaby (saxophone ténor) puis le quartet de Jef Sicard (saxophones, clarinettes, flûtes)

- Vendredi 30 de Oh à l'aube: Jazz Attitudes Party. Une nouvelle occasion de faire danser les cool cats...

Péniche l'Improviste:

- Vendredi 9, samedi 10 à 21h: Mauro Gargano Mo'Avast Band. Il Jazz all'italiana. 

- Jeudi 22 à 21h: Maxime Fougères Guitar Reflections. Si c'est aussi bon sur scène qu'en studio, Miam Miam!

- Mercredi 28 à 21h: Marc Buronfosse Sounds Quartet. Voici ma chronique enthousiaste d'un précédent concert de ce quartet de musiciens magiciens.

- Vendredi 30 à 21h: Pierre Durand " Around Nola ". Si c'est aussi bon sur scène qu'en studio, Miam Miam!

Les Disquaires:

Un bar près de Bastille. Presque chaque soir à 20h, un concert gratuit de jeunes Jazzmen. Si la musique ne vous plaît pas, vous aurez étanché votre soif. Si elle vous plaît, vous aurez étanché votre soif de beauté. Tentez l'expérience. Je ne connais pas les musiciens. Je ne recommande ni ne déconseille personne. A vous de juger sur pièces et sur place.

 

Partager cet article

Repost0

Le troublant boléro d'Irving Acao au Duc des Lombards

Publié le par Guillaume Lagrée

Irving Acao

Paris. Le Duc des Lombards.

Mardi 4 août 2015. 19h30.

Irving Acao : saxophone ténor

Yonathan Avishai: piano

Felipe Cabrera: contrebasse

Lukmil Perez: batterie

Carlos Miguel Hernandez: chant

Lectrices hispaniques, lecteurs hispanisants, je vous prie de bien vouloir excuser mes erreurs de transcription dans les titres des morceaux. Je ne parle pas un mot d’espagnol. Merci pour votre indulgence et vos corrections.

Le premier morceau m’a laissé froid. Je n’en dirai mot.

Le second morceau était un hommage à Marco Polo. Une jolie ballade. Je retrouve ce son de saxophone qui me plaît tant sur l’album « Azabache » d’Irving Acao. C’est plus velouté, plus chaleureux. Le groupe a franchement monté de niveau par rapport au premier morceau. Quel joli thème ! Ca chante.

Arrivée du chanteur. « La gloria es tu ». Solo de contrebasse pour préparer le terrain. Un peu long comme préliminaires. Au fait. Justement le chanteur chantonne avec le saxophone. C’est du boléro, le style des crooners cubains. On se croirait dans un hôtel à La Havane, avant 1959, au bord de la piscine, avec Ernest Hemingway, Frank Sinatra, Ava Gardner et Sam Giancana. La voix est chaude et grave à souhait. Il s’adresse clairement aux dames et aux demoiselles. Le sax aussi. Smoothy, comme disait Louis Armstrong. La rythmique réveille le tout. Juste une brise légère sur le front de mer pour nous rafraîchir. Le sax ténor reprend la main. Ca glisse sur du velours. Beau duo sax/contrebasse. Un instant, j’ai cru à une sonnerie de portable mais c’est le piano qui revient et relance la rythmique. Le quartet redémarre en bloc. Beau décollage. Là, ça sonne hard bop.

« Que hora ? ». Le chanteur porte un petit chapeau, des lunettes noires, une chemise blanche. Le total look du crooner cubain. Duo piano/chant. Liquide. Une ballade. C’est l’esprit boléro fort différent de celui de Ravel même si ces rythmes viennent bien d’Espagne donc des Arabes (suivez les Leçons de Jazz d’Antoine Hervé pour les explications techniques sur ces voyages des rythmes d’Arabie à Cuba via l’Espagne et la France). La rythmique arrive avec le batteur aux balais . Quelques notes chaudes de sax ténor. Ca emballe. Comme disait Guy Bedos dansant avec Sophie Daumier : « Vas y Jeannot ! Attaque ! » (sketch « La drague ».1973).

« Siete », nouvelle composition d’Irving Acao. La salle est pleine et se remplit encore. Un morceau plus énergique avec un bon tempo latino. Ca balance et donne envie de danser. Ca se voit dans la salle qui hoche la tête et bat des pieds. Le chanteur est parti. Ca sonne plus viril. Le jeu reste tout de même sous contrôle. Ce n’est pas Gato Barbieri. Trop de préliminaires, pas assez de jouissance, à mon goût. Joli jeu de lumières rouges qui clignotent sur le manche de la contrebasse. Rythme entêtant du piano qui accompagne le solo de batterie alors que la contrebasse impulse. Ca sonne latin, enfin ! Le saxophone s’ajoute à la fiesta. Ca retombe aussitôt en douceur comme une feuille qui tombe jusqu’au final.

Retour du chanteur. Au public de chanter maintenant. « Laï, laï, laï, laï ». Attention, ce n’est pas du Enrico Macias. Cela ne se prononce pas pareil. Ca balance doucement et le public prend de l’assurance. Un standard cubain. Même moi je reconnais. C’est dire. Paroles tristes sur un air joyeux. A chacun son solo : au chanteur, au public, au saxophoniste. « Es la storia de un amor ». Le dernier mot reste au public pour le refrain.

« Reflexion » (Irving Acao). Un air qui balance comme un voilier sur la mer des Caraïbes. Ca s’énerve sur la fin : du coltrano-cubain. Ostinato du piano, contrebasse au milieu et le batteur aux tambours avec un son latino. Ca, c’est bon.

L’Internationale Communiste est reconstituée. Un couple de jeunes Chinois, à côté de moi, écoute passionnément des Cubains.

Le film ci-dessous fut réalisé durant la répétition de ce concert. Rien à ajouter.

Partager cet article

Repost0

Pierrick Pédron " Unknown "

Publié le par Guillaume Lagrée

Pierrick Pédron

" Unknown "

Fo Feo Productions distribué par Caroline Productions France une division de Universal Music France. Sorti le 15 septembre 2017.

Pierrick Pédron: saxophone alto, compositions sauf n°7 et 10

Carl-Henri Morrisset: piano

Thomas Bramerie: contrebasse

Gregory Hutchinson: batterie

Concert en première partie de la soirée spéciale centenaire de Thelonious Sphere Monk samedi 21 octobre 2017 à 20h30 à Paris, à la Maison de la Radio, au studio 104. Concert diffusé dans l'émission " Jazz sur le Vif " sur France Musique

Concerts de lancement de l'album lundi 23, mardi 24 et mercredi 25 octobre 2017 à 19h30 et 21h30 au Duc des Lombards à Paris. 

Eblouissantes lectrices, fulgurants lecteurs, sachez qu'après quelques années d'aventures électro galactiques, ponctués de deux albums acoustiques en trio voués à Thelonious Monk (2012) et à The Cure (2014) le saxophoniste costarmoricain Pierrick Pédron signe son retour au Jazz et à l'acoustique en quartet avec l'album " Unknown ". 

Un titre clin d'œil (n°1 de l'album) car il rend hommage ici aux gens et aux lieux qu'il aime. " Mum's eyes " (2), c'est pour sa maman évidemment. " Val André " (n°3), c'est un tribut à la station balnéaire bretonne, dans les Côtes d'Armor, de Pléneuf Val André, sur la côte de Penthièvre. Version à comparer avec la version électrique donnée sur l'excellent album " Omry " (2009). " Mister Miller " (4) doit être logiquement un hommage au défunt pianiste américain Mulgrew Miller (1955-2013) avec qui Pierrick Pédron joua et enregistra. Pour " With the 2 B's " (8) je ne parierai pas pour un hommage au défunt Boy's Band les 2 B Free mais plutôt pour deux Jazzmen bretons, les frères Gildas  et Jean-Baptiste   Boclé

Outre son amour profond du Be Bop (il avait joué Charlie Parker pour une Leçon de Jazz d'Antoine Hervé), Pierrick Pédron aime la Pop anglaise des années 80, celle de son adolescence. Il a déjà consacré en 2014 un splendide album en trio acoustique à The Cure. Voici qu'en 2017 dans cet album " Unknown " il livre deux versions acoustiques d'un méga tube de Dépêche Mode " Enjoy the silence " (n° 7 et 10). Le tempo est ralenti, la mélodie est respectée et le charme opère.

Pierrick Pédron a toujours un superbe son de saxophone alto, acide mais pas aigre. Il est soutenu ici par une rythmique de rêve. Son vieux et fidèle complice Thomas Bramerie à la contrebasse. Un batteur américain dont la réputation n'est plus à faire, Gregory Hutchinson. Un jeune pianiste français se mêle sans problème à l'affaire, Carl Henri Morrisset. Il était temps que je le découvre puisqu'il joue déjà avec Riccardo del Fra et Archie Shepp

Bref, l'affaire est dans le sac et " Unknown " ne vous restera pas inconnu, lectrices éblouissantes, lecteurs fulgurants. Comme son compatriote et ami Eric Le Lann, autre Jazzman costarmoricain, Pierrick Pédron se remet en cause à chaque album. Qu'il poursuive dans son être et que les Dieux et les muses le protègent!

 

 

La photographie de Pierrick Pédron est l'œuvre de l'Insensé Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

" Hommage à la musique de Miles Davis " François Bernat Quartet

Publié le par Guillaume Lagrée

François Bernat Quartet

" Hommage à la musique de Miles Davis "

François Bernat. 2018

François Bernat; contrebasse

Antonino Pino: guitare électrique

Olivier Robin: batterie

Frédéric Borey: saxophone ténor

Invité

Yoann Loustalot: trompette, bugle

Lectrices Cool, lecteurs Jazz, peut-être avez vous cessé d'écouter Miles Davis en 1968 lorsqu'il a succombé aux charmes de la fée Electricité. C'était le cas de mon père, Michel Lagrée, par exemple. 

Si c'est le cas, rassurez vous, cet album hommage concocté par François Bernat en quartet augmenté d'un invité, Yoann Loustalot, concerne la période 1945 - 1967 qui va du Be Bop ( " La première fois que j'entendis Bird et Diz jouer ensemble, ce fut la plus grande sensation de ma vie, habillé. Toute ma vie, j'ai cherché à atteindre cette émotion dans ma musique. Je m'en suis parfois approché de très près. Je cherche encore. " Miles Davis) au second quintette, avec Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams, la meilleure petite formation de l'histoire du Jazz selon l'avis, que je partage, du pianiste, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre Antoine Hervé

Pour ce faire, le quintette joue dans une formation que Miles Davis (1926-1991) n'a jamais pratiqué puisque la guitare électrique remplace le piano. C'est celle d'un album culte d'hommage à Miles Davis, " so near, so far " (1992) de Joe Henderson (sax ténor) qui joua quelques semaines sur scène avec Miles Davis, en 1967.

Joe Henderson (1937-2001) n'avait pas mis de trompette dans son album hommage à Miles Davis. François Bernat l'ose avec Yoann Loustalot mais, grâce aux Dieux et aux Muses, ces musiciens ont assez bon goût pour ne pas copier. Jamais Yoann ne se permet de jouer avec la sourdine Harmon dite sourdine " Miles " tellement Miles Davis en fit sa chose. S'il se le permet, je ne l'ai pas remarqué ce qui serait encore plus fort. Plusieurs trompettistes de Jazz copient le son de Miles Davis. Comme cela n'a aucun intérêt, je ne citerai pas de nom.

Les musiciens de cet album ne sont pas Américains, n'ont pas d'ancêtres Africains déportés en Amérique par des Européens esclavagistes, n'ont jamais souffert de racisme et vivent au XXI° siècle en France. C'est dire si leur vécu est différent de celui de Miles Davis. Ils jouent son répertoire avec une émotion et une intensité autres. Ils sonnent relâchés, élégants, dans l'inspiration Cool Jazz, la première révolution du Jazz portée par Miles Davis avec Gil Evans, John Lewis et Lee Konitz dans l'album " Birth of the Cool " (1948). 

Bref, lectrices Cool, lecteurs Jazz, cet album hommage à Miles Davis vous ravira car il s'agit bien d'un hommage à un Maître, avec tous les honneurs dus à son rang, et non pas d'une pâle copie d'imitateurs serviles. 

Après l'enregistrement, vous pourrez découvrir cette musique sur scène aux dates et dans les lieux suivants:

- Jeudi 9 août 2018 à 18h, à Paris, sur la Péniche le Marcounet.

- Samedi 18 août 2018 à 21h, à Paris, au 38 Riv.

- Samedi 25 août 2018 à Goussainville (95) au festival Jazz au Village.

- Vendredi 7 septembre 2018 à 18h, à Paris, sur la Péniche le Marcounet

- Mardi 11 décembre 2018 à 20h, à Paris, sur la Péniche le Marcounet. Concert de sortie d'album.

- Lundi 17 juin 2019 à 20h30, au théâtre de Fontenay-le-Fleury (78).

La photographie de Frédéric Borey est l'œuvre de l'Indéchiffrable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Frédéric Borey par Juan Carlos HERNANDEZ

Frédéric Borey par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

Eric Le Lann & Paul Lay " Thanks a Million "

Publié le par Guillaume Lagrée

Eric Le Lann & Paul Lay

" Thanks a Million "

Gazebo Production. 2018

Eric Le Lann: trompette

Paul Lay: piano

Lectrices Swing, lecteurs Hot, ce blog vous a maintes fois chanté les mérites de Louis Armstrong (1900-1971), le seul et unique Roi du Jazz (quand Louis apprit que Benny Goodman se faisait appeler King of Swing, il voulut le tuer) et d'Eric Le Lann (1957), le plus émouvant trompettiste de Jazz français depuis 40 ans. 

Eric est le fils d'Hervé Le Lann, dentiste de profession, trompettiste de Jazz New Orleans par passion qui lui communiqua son amour de Louis Armstrong dès le départ. 

" A la trompette, même dans les trucs les plus modernes, vous ne pouvez rien faire qui ne vienne pas de Louis " (Miles Davis qui se fit chanteur dans un chœur avec Ornette Coleman pour  l'album " Louis Armstrong and his friends " en 1970). 

En hommage à son père et à son Maître, Eric Le Lann a donc décidé de travailler le répertoire de Louis Armstrong (interprète inoubliable mais fort peu compositeur comme Chet Baker à qui Eric Le Lann a déjà rendu hommage) . 

Louis Armstrong a enregistré le premier duo piano & trompette de l'histoire avec Earl " Fatha " Hines ( Fatha parce qu'il est le Père des pianistes de Jazz). " Weather Bird " (1928), un chef d'œuvre évidemment.

Nonante années après, c'est en duo avec le pianiste Paul Lay qu'Eric Le Lann rend hommage à Louis Armstrong. En concert, cela sonne du feu de Zeus. En studio, le charme fonctionne aussi comme le prouve cet album.

Eric Le Lann a déjà enregistré deux duos avec des pianistes. En studio avec Michel Graillier " Trois heures du matin ". En concert à Jazz à Vannes avec Martial Solal " Portrait in Black and White " (1999). Deux décennies plus tard, Paul Lay ( ne pas confondre avec le pianiste américain Paul Bley qui donna son nom à Carla ) succède à deux chevaliers des touches. 

Le Blue est joué à son essence. Cf la version de Saint James Infirmary (8) en extrait audio au dessus de cet album. Bien entendu, ces musiciens sont assez créatifs et pas assez fous pour copier Louis Armstrong & Earl Hines. Copie t-on les cathédrales gothiques d'Ile de France ou les pyramides d'Egypte? Si mais cela ne donne que des copies, pas des créations.

Il suffit d'écouter l'attaque au piano de " Dinah " (1) pour comprendre l'esprit de cette musique. Il s'agit de rendre hommage à Louis Armstrong et d'en tirer une source d'inspiration. Son répertoire était d'une telle modernité pour son époque qu'il passe l'épreuve du temps.

" J'essaie de mettre toute ma vie dans chaque note que je joue " (Louis Armstrong). Le brillant de la sonorité de Pops ( son surnom pour le peuple noir américain, Satchmo pour le reste du monde)  est intouchable mais Eric Le Lann s'emploie à jouer cette musique avec l'énergie nécessaire. Cf " Jubilee " (3) et " Tight like this " (4). Louis Armstrong, c'est aussi un art de jouer lazy, en retard volontaire par rapport au tempo. Surtout sur les ballades. " Sleepy time down South " n'est pas joué mais il y a  " Azalea " (6) superbe thème de Duke Ellington qui figure sur un album culte qui réunit ces deux Géants du Jazz, " The Great Summit " (1961), tout simplement. 

Comme Louis Armstrong est la source d'inspiration de ce duo, chacun des musiciens lui dédie un thème.

Pour Paul Lay, c'est un " Farewell to Louis " (10) qui, en toute logique, clôt l'album.

Pour Eric Le Lann, Breton et Jazzman, c'est un " Louison " (7) que je me plais à imaginer comme un hommage simultané à Louis Armstrong et à Louison Bobet, triple vainqueur du Tour de France (1953-1954-1955) et champion du monde de cyclisme sur route (1954).

A votre tour, lectrices Swing, lecteurs Hot, dites " Thanks a Million " (5) à Eric Le Lann & Paul Lay pour cet hommage élégant et émouvant à Louis Armstrong. 

Partager cet article

Repost0

Où écouter Jean-Charles Richard en novembre 2013?

Publié le par Guillaume Lagrée

     RECLAME

 

Splendides lectrices, superbes lecteurs, vous pourrez écouter le divin chauve Jean-Charles Richard souffler avec talent à tous les vents de la Corée du Sud, de l'Allemagne et de la France en novembre 2013.

La preuve ci-dessous.

 

Dimanche 10 novembre à 16h 

Yoenji hall of sori art center 

SEOUL (CORÉE) 

Aux Archipels du Pansori 

Min Hye SUNG (vx), Leonardo GARCIA (flutes), Arnault CUISINIER (ctb), 

Nicolas DEFLACHE (ordinateur), Hervé PEJAUDIER (Comédien), 

Jean Charles RICHARD (sop sax) 


Mercredi 13 novembre à 18h30 

Auditorium Jean Jaurès 

NEVERS 

Claudia SOLAL SPOONBOX 

Claudia SOLAL (voix), Benjamin MOUSSAY (Keyb.), Joe QUITZKE (dr) & Jean Charles RICHARD 

(saxs) 

 


Vendredi 15 novembre à 20h 

Jazz Klub 

Alter Schlachtof 7A, 76131 

KARLSRUHE (ALLEMAGNE) 

Bernard STRUBER Z’Tet 

Bernard STRUBER (gt, compos), Benjamin MOUSSAY (keyb), Bruno CHEVILLON (elec. Bass), 

EricECHAMPARD (dr), Serge HAESSLER (tp), Mike ALIZON (sax), Fred NOREL (violon), Ray 

HALBEISEN (alto sax) et Jean Charles RICHARD (bar-sop sax) 

 

Samedi 16 novembre 

COSNES SUR LOIRE David PATROIS Trio 

David PATROIS (vib.), Luc ISENMANN (batterie) et Jean Charles RICHARD (saxes) 


Lundi 18 novembre à 20h 

Café de la Danse 

5, passage Louis Philippe 

75011 PARIS 

01 47 00 57 59 

L’orchestre DANZAS de Jean Marie MACHADO Lagrima Latina 

Jean-Marie MACHADO (piano-compo), Claudia SOLAL, Simonetta SORO, Sofia RIBEIRO (voix), 

Cécile GRENIER (violon alto), Stracho TEMELKOVSKI (percussions, mandole), François THUILLIER 

(tuba), Joce MIENNIEL (flûtes), Didier ITHURSARRY (accordéon), Claus Stötter (trompette), Jean Charles 

Richard (saxophones) 

 

Jeudi 21 novembre PARIS Jean Charles RICHARD SOLO «FACES» Jean Charles RICHARD (saxophones)

Vendredi 22 novembre Théâtre Beaumarchais Av. des martyrs de la résistance 37400 AMBOISE 16€, 14€, 12€, 6€ 02 47 23 47 34 «La Fête à Boby» Par Jean Marie MACHADO & l’Orchestre DANZASAvec Jean Marie MACHADO (arrangements, piano), André MINVIELLE (voix, objets sonores), Didier ITHURSARRY (accordéon), Joce MIENNIEL (!ûtes), Jean Marc QUILLET (vibraphone), François MERVILLE (batterie), Gueorgui KORNAZOV (trombone), François THUILLIER (soubassophone), Jean Charles RICHARD (saxophones)

Samedi 23 novembre à 17h Auditorium du Conservatoire du 13ème Arrondissement PARIS 01 44 06 63 20 Carte Blanche à Jean Charles RICHARDdans le cadre de l’inauguration du Nouveau ConservatoireDuos et trios avec Claudia SOLAL (voix), Pauline BARTISSOL (violoncelle) et Jean Charles RICHARD (saxophones)

Du mardi 26 au vendredi 29 novembre L’Astrada Chemin de Ronde 32230 MARCIAC Résidence JIM & CIE, dirigé par Jean Charles RICHARDJean Charles RICHARD (direction artistique, compositions et saxophone soprano), Laurent COULONDRE (piano), Raphaël MATHEU (trompette), Alexandre GALINIE (saxophones), Louis NAVARRO (contrebasse), Rodolphe TISSINIER (trombone), Jérémy BERGES (batterie), Amaury CHAUMOND (guitare)

Samedi 30 novembre à 20h30 L’Astrada Chemin de Ronde 32230 MARCIACJIM & CIE, dirigé par Jean Charles RICHARD Dans le cadre des 20 ans des IMJJean Charles RICHARD (direction artistique, compositions et saxophone soprano), Laurent COULONDRE (piano), Raphaël MATHEU (trompette), Alexandre GALINIE (saxophones), Louis NAVARRO (contrebasse), Rodolphe TISSINIER (trombone), Jérémy BERGES (batterie), Amaury CHAUMOND (guitare)

 


Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, voici le " Spoonbox " de l'Enchanteuse Claudia Solal, avec Jean-Charles Richard, en concert pour France Musique, le 26 mars 2011. Comme disent les notaires: le mort saisit le vif!

 


 

Partager cet article

Repost0

Quelques concerts de Jazz à Paris en janvier 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

Respectables lectrices, estimables lecteurs, pour vous remettre des conséquences des festivités de la fin d'année 2011, je vous recommande, en toute subjectivité, les concerts de Jazz suivants à Paris pour le mois de janvier 2012.

Bruno Angelini

 

La photographie de Bruno Angelini est l'oeuvre du Pétrifiant Juan Carlos HERNANDEZ. L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

New Morning

Mercredi 18 à 20h30 le trio Péala/Angelini/Bearzatti viendra présenter au public parisien son album Move is, subtile évocation moderato cantabile de l'art cinématographique.

Mardi 24 à 20h30 La Grande Compagnie des Musiques à Ouïr viendra jouer Duke&Thelonious soit Duke Ellington et Thelonious Sphere Monk comme vous ne les avez jamais ouïs, parole de poisson!

Le Triton (métro Mairie des Lilas, ligne 11)

Vendredi 20 à 20h le trio de Nelson Veras (guitare) avec Gildas Boclé (contrebasse) et Stéphane Galland (batterie). Je vous recommande toujours aussi vivement son dernier album en trio où Nelson Veras compose enfin et son sublime album solo. Les deux sont à tomber par terre, les bras en croix. 

Studio de l'Ermitage

Mercredi 18 à 20h, duo André Minvielle (vocalchimiste) et Lionel Suarez (accordéon). Grâce à André Minvielle, j'ai appris à faire le tonnerre, la pluie, le vent avec des sacs plastiques de supermarché. Parents, emmenez y vos enfants. Cela stimulera leur créativité et la vôtre en même temps.

Mercredi 25 à 20h, Lucas Gillet viendra présenter son nouvel album " A Darker wave. Emily Bronte Poems " et jouera aussi le précédent " A thin sea of flesh " avec Elise Caron au chant.

Duc des Lombards

Le mois de janvier 2012 est consacré aux Jazzmen français sous le titre générique de French Quarter, en clin d'oeil à La Nouvelle Orléans, évidemment.

Vendredi 20 à 20h et 22h le trio du pianiste guadeloupéen  Alain Jean Marie.

Jeudi 26 à 20h et 22h le quartet du saxophoniste alto breton Pierrick Pédron

Samedi 28 à 20h et 22h le trio du pianiste antillais Mario Canonge.

Auditorium Saint Germain des Prés

Mardi 24 janvier à 19h30, Leçon de Jazz sur Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova par Antoine Hervé (piano, enseignement) et Rolando Faria (chant).

Sunset/Sunside

Sunside. Lundi 16 à 20h. Minino Garay et sa Cordoba Reunion. Leçon de percussions garantie. Viva Argentina!

Sunside. Mercredi 18 à à 21h. Marc Copland (piano) en duo avec John Abercrombie (guitare électrique). Conversation de haut vol entre deux beaux oiseaux. Chut, écoutons...

Sunset. Samedi 21 à 21h30. Brady Winterstein Trio. Le renouveau de la guitare manouche. On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans.

Sunside. Vendredi 27 à 21h. Leila Olivesi Quintet. Beauté, sensualité, féminité, raffinement, métissage. Que demander de plus?

Samedi 28 à 21h, duo Ari Hoenig (batterie)/Rick Margitza (saxophone ténor). Ca va chauffer!

Voici le trio Thierry Péala (chant)/Bruno Angelini (piano)/Francesco Bearzatti (saxophone ténor, clarinette) lors d'un concert de préparation de l'album Move is au Duc des Lombards le 12 février 2010. Vous pourrez constater vous même leurs progrès le 18 janvier 2012 à partir de 20h au New Morning.

 

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>